Courir après le temps, tout le temps

C’est l’impression que je garde de cette année. Une grande course contre la montre. Dans laquelle j’avais / j’ai toujours du retard. (C’est pas nouveau la vitesse ce n’est pas mon truc, les courses qu’elles soient réelles ou virtuelles non plus !

Du retard pour apprendre mes cours : j’en ai sacrifié certains que j’ai décidé passer aux rattrapages.

Du retard dans ma bibliographie à lire pour le mémoire.

Du retard pour comprendre le fonctionnement des bases de données.

Arriver en retard en cours parce que trop fatiguée et donc réveil difficile.

Arriver en retard à certains rendez-vous parce que le lieu n’est pas facile d’accès et que les transports n’y mettent pas du leur.

Rendre un mémoire incomplet parce que retard accumulé. Écrire pour obtenir un délai supplémentaire, compléter, rendre un truc tout autant insatisfaisant. (à mon goût, de leur côté elles ont aussi remarqué que c’était incomplet mais également la grande avancée entre les deux.)

Se reposer un tout petit peu et enchainer sur le ddépôt des candidatures en M2, l’envoi d’un dossier -exercice d’évaluation.

Puis les révisions des rattrapages.

Puis la semaine de rattrapage et  la soutenance (relire un mémoire dont on est pas satisfaite c’est vraiment pas une partie de plaisir mais bon, la soutenance s’est bien passée), puis s’occuper de la candidature pour l’École.

Normalement la dite limite de dépôt c’était aujourd’hui, sauf que à 19h date de fermeture du magasin d’impression et dernière levée de la poste … j’avais pas fini. Et j’apprends qu’à l’École ils ont enlevé la boite de dépôt dédiée à 17h15 (heure de fermeture du pôle pédagogique mais bien avant la fermeture de l’École à 20h.), ce qui signifie très clairement qu’ils sont hyper à cheval sur la date limite, beaucoup plus que d’autres fac…

Du coup j’hésite :

option A : remodifier quand même ma lettre ce soir (parce qu’en plus j’ai vu que je n’ai pas donner la forme souhaitée / répondu à certaines attentes) et l’envoyer au culot par la poste demain (peut-être qu’ils ne regarderons pas le timbre parce que trop de paperasse ou peut-être qu’ils me feront une fleur parce qu’ils connaissent mes difficultés.)

option B : non tant pis, laisse tomber et va dormir tu en rêves, de toute façon en recevant l’enveloppe ils regarderont forcément le timbre et ils l’élimineront direct sans se soucier de qui est qui, c’est un pré-tri hyper efficace, et puis l’Ecole n’est que ton choix 3.

  • avantages de l’option A : je n’aurais pas de regrets parce que j’aurais tenté le tout pour le tout. J’ai déjà marché au culot comme ça pour une autre formation (mon choix 1, ma candidature hélas pas été retenue mais à cause du nombre de dossiers reçus pas de la date limite) et pour demander un délai pour mon mémoire, les deux fois ça  a porté des fruits.  Alors pourquoi pas tenter ?
  • défauts de l’option A : j’en ai vraiment marre de courrir, je suis juste fatiguée. Ok, ça a servi à quelque chose ces deux fois mais le résultat n’était pas ouf non plus (le 2° rendu m’a finalement tout autant déçue que le 1° et ma candidature n’a pas été retenue.) J’ai tout sauf envie de m’occuper de ça ce soir pour un résultat hypothétique. (Surtout que c’est considérer que j’ai
  • Avantages de l’option B : je dors enfin. Je ne gaspille pas mon énergie à quelque chose d’inutile.
  • Défauts de l’option B : oui, j’en ai marre de l’École mais quand même cette formation peut-être super intéressante. Ce n’est que mon choix 3 sauf que : choix 1 -> refus ; choix 2 et 2bis -> un en suspens (un entretien à passer) et un refus ; choix 4 -> acceptée (mais 4 c’est après 3 … donc…) et puis l’idée même de baisser les bras ne me plait pas. Et puis mon ego en prendra un coup parce que le choix 4 est moins prestigieux que les trois premiers…)

Bref si on regarde comme ça l’option A semble privilégiée… Sauf que la fatigue ça pèse quand même très lourd sur la balance… Je vais appeler chez moi, ils auront les idées plus claires…

J’ai donc appelé – > option B, modifications plus légères que je ne pensais… ça m’a pris une heure. Ne reste plus (pour demain, ce soir c’est finiiii !!!) qu’à assembler les autres pièces déjà prêtes, les imprimer et envoyer le tout . Alea Jacta est. (Et puis bon, peut-être que l’entretien va bien se passer et le choix n° 2 va fonctionner !)

 

 

Rencontrer ses limites

J’ai beaucoup parlé ces derniers temps des aménagements scolaires et des avantages et inconvénients qui y sont indéfectiblement liés. Ce mélange d’avantages et d’inconvénients qui fait que la solution est toujours bancale. Aujourd’hui je m’y trouve assez durement confrontée.

En début d’année le médecin qui s’occupe du choix des aménagements m’avait proposé un délai supplémentaire pour le rendu du mémoire. Parce que c’est un peu dans le même ordre d’idée que le tiers temps finalement. Sauf que j’ai refusé.

Parce que si je connais bien le tiers-temps et son utilité, je ne suis pas habituée à avoir un délai supplémentaire pour un rendu et que je ne voyais pas l’utilité. C’est à dire que gérer un rallongement de temps sur un temps court et limité de quelques heures, dans un lieu encadré entièrement dédié au devoir à rendre, ok. Gérer en roue libre un rallongement de temps sur une année entière (donc de plusieurs semaines ou mois) ? Ça ne me semblait être qu’une illusion, un moyen de procrastiner un peu plus et c’est tout. Je voyais surtout les inconvénients : ça va me distinguer des autres, ça va rallonger le temps pour travailler dessus mais de toute façon à la fin je serai fatiguée…

J’ai donc refusé. Aujourd’hui encore, alors que je viens de passer deux semaines éprouvantes pour boucler mon mémoire et que je n’en suis pas satisfaite (du tout), je ne sais pas si j’ai eu raison ou tort. Probablement plus tort, parce que j’aurais pu l’accepter et ne pas l’utiliser, qu’au moins j’aurais pris « tous les moyens possibles » pour y arriver et que de toute façon j’ai fini par me faire remarquer puisque j’ai dû m’expliquer auprès de ma directrice de recherche.  Sauf qu’aujourd’hui encore je suis persuadée que je n’aurais pas su l’utiliser efficacement et que j’aurais de toute façon été tellement fatiguée que ça n’aurait pas permis de tout compenser.

J’arrive donc aujourd’hui à mes limites. Je sais depuis longtemps que je n’ai pas envie de les toucher, maintenant que c’est fait je vous confirme que je n’aime pas du tout.

Il y a quelques mois encore j’avais très envie de continuer le cursus dans cette école parce que ça a l’air encore très intéressant, j’hésitais un peu avec tous les sons de cloche que j’en avais qui me décrivaient cette suite comme encore plus dure et chargée. Mais je l’envisageais quand même. Aujourd’hui j’ai beaucoup plus de mal, je suis en train de faire une croix dessus et de chercher les alternatives.

J’ai informé la personne en charge de toutes les questions liées au handicap de mes difficultés. (Je l’ai informée parce que mes parents ont insisté, sinon j’aurais laissé courir, considérant que de toute façon c’était passé et ça ne servait plus à rien….) Elle m’a répondu en me disant de ne pas hésiter à retourner vers lui pour discuter de ce qui peut être fait pour améliorer l’année prochaine.

Il a raison. Sauf que...(Je vais me répéter un peu, désolée) je ne vois pas ce qui peut être fait pour m’aider : me donner plus de temps je ne saurais pas gérer et ça ne règle pas le problème de la fatigue sur le long terme…

Bon, après ma mère n’a pas tort, il y a peut-être aussi  – très certainement – une nécessité de lâcher prise… d’accepter de recevoir de l’aide… sans se sentir impostrice…. C’est pas gagné. (Rien qu’à y penser je me sens impostrice « non mais il aurait suffit que tu travailles plus pendant l’année… Si tu procrastinais un peu moins… »)

Pourtant ça pourrait sembler assez logique : je monte dans les études > plus de difficultés > plus d’aménagements. Mais mon cerveau a pas l’air trop décidé à avaler ça. Syndrome de l’imposteur puissance 10 000. Un hémisphère entend bien les arguments, l’autre lutte (« non mais attends t’es pas si handicapée que ça, tes camarades rencontrent exactement les mêmes problèmes, eux aussi ils étaient à la bourre à la dernière minute, eux aussi ils étaient super fatigués… Au fond c’est pareil » Bon…)

Bref en ce moment (depuis une semaine environ…) je suis énervée contre moi-même. Moi qui ne suis pas capable d’accepter / de demander de l’aide sans avoir l’impression de quémander. Moi qui me sabote toute seule en ne voulant pas me faire remarquer et souhaitant faire comme les autres. Avec tout ça j’ai fait foncé dans le mur et fait une overdose : j’ai peut-être même réussi à foirer mon année. Je vais « renoncer » à cette formation de M2 parce que  j’ai pas été capable de demander de l’aide assez tôt avant qu’il ne soit trop tard et que j’y laisse toute mon énergie et ma volonté.

En commençant à écrire ce texte j’étais un peu coincée sur une nouvelle sensation d’échec, sensation d’être au pied du mur, confrontée à mes limites. Écrire ne m’a permis de trouver des solutions mais je me suis rappelée que l’échec n’est que relatif et apporte toujours beaucoup de nouvelles pistes derrière. Bon, il va me falloir encore un petit peu du temps avant d’avaler la pilule (notamment passer la soutenance, ahem ) mais j’ai déjà un peu avancé et dépassé un blocage. J’irais pas en M2 à l’Ecole c’est pas grave il y a plein d’autres choses bien ailleurs. Je suis un peu moins énervée.

(A suivre… probablement après la soutenance, dans un peu plus d’un mois donc.)

 

Petits bonheurs de Pâques

Cette année a été pour moi assez difficile niveau charge de travail, de stress et de fatigue. Les deux semaines des vacances de Pâques je suis donc repartie dans ma famille dans le Sud pour recharger les batteries, retrouver le moral et la motivation, ce qui a été très bénéfique (et nécessaire quand je vois ce qui est venu après, c’est-à-dire ces deux dernières semaines.)

Pendant ces 10 jours dans le Sud il y a eu une véritable moisson de petits bonheurs :

 La famille, le soleil, la chaleur, la mer.

Plein de bons petits plats à base de poireaux, de pois cassés, d’asperges (cette recette -avec un petit moins de riz ce serait parfait !), un gâteau à l’orange, deux glaces (lait-sucre et marron), des côtes de bœuf, une fondue bourguignonne.

Une super pièce de théâtre, très bien jouée, bien mise en scène et en lumière…

Un pic-nic sur une petite plage cachée.

Une baignade rafraichissante (oui c’est déjà possible à la mi-avril quand on est un peu fou comme moi.)

La veillée pascale, c’est un moment dont je ne pourrais pas me passer, il y a vraiment quelque chose de mystique, magique, que je ne saurais décrire ou expliquer. C’est l’événement mystique par excellence, ça me dépasse et m’émeut toujours autant. Pas que à cause du feu au début.

Un petit coucou de ma sœur ainée qui a aussi quitté le nid.

Un très beau poncho en cadeau.

Une revoyure des photos du mariage (ça fait vraiment du bien parce que c’était vraiment une belle journée.)

Un bon livre.

Un petit retour sur les Sims (les Sims c’est un petit peu le pouvoir de faire construire la maison de mes rêves … J’adore !

Des fêtes d’anniversaires.

Un numéro d’acrobatie et de contorsionniste très impressionnant au cirque.

 

Depuis que je suis revenue à Paris, je l’ai dit, c’est plus dur mais raison de plus pour se rappeler des points positifs :

J’ai eu une semaine de cours en contact direct avec le milieu professionnel, quasiment en immersion, qui a été très agréable, nous étions de personnes très bienveillantes et accessibles et cette semaine m’a ouvert de nouvelles pistes de réflexions pour mon avenir. Le cadre était très agréable également.

Je me suis rapprochée encore un peu plus d’une camarade côtoyée tout au long de cette année, j’espère que nous allons rester en contact par la suite.

Les lignes aériennes de métro c’est assez joli. Quand en plus il n’y a pas de problème pour on confine à la perfection !

J’ai mangé des quenelles, un de mes plats préférés et facile à préparer. (Parfait pour les soirées compliquées.)

J’ai été bien entourée par mes parents. (et par C. aussi, grand grand merci à elle !)

J’ai envoyé une candidature pour une formation qui m’intéresserait beaucoup juste après la date de fin d’envoi et visiblement le dossier va quand même être examiné.

Il y a eu un autre beau mariage. Occasion révée pour revoir mes sœurs alors que je venais à peine de les quitter.

 

 

 

Billet d’humeur : cohabitation et imperfection

J’ai récemment accueilli ma mère chez moi pour quelques jours. Ce n’est pas la première fois qu’elle venait dans mon appartement mais c’est la première fois qu’elle y est restée si longtemps. Elle y a dormi et mangé alors que les fois précédentes c’était juste un passage. D’ailleurs c’est aussi la première fois que j’accueillais quelqu’un pour plus qu’un repas.

Je me faisais une grande fête de ces quelques jours, ça faisait longtemps que j’en avais envie et que j’avais semé la proposition, elle aussi je crois que ça lui faisait envie depuis assez longtemps, ça s’est décidé sur un coup de tête. J’en avais envie pour lui montrer des choses dans la capitale et avoir un temps de partage en tête à tête. Je crois aussi que c’était une manière plus ou moins inconsciente de lui montrer comment je me débrouillais bien en autonomie.

Je n’avais pas du tout anticipé tout ce qu’il s’est passé. Tout ce que cela impliquait.

Nous avons effectivement passé de très bons moments ensemble, partagé beaucoup. Je ne voudrais pas l’oublier. Mais il y a eu aussi des moments de tension dont je me serais bien passée (même si, avec le recul, ils étaient mineurs.)

D’abord, elle a scruté tous les petits détails. J’ai du coup eu l’impression qu’elle remarquait plus les défauts que les efforts faits. (Elle ne m’a pas spontanément félicitée pour le ménage mais a noté que le rideau de douche était « moisi » par exemple.)

Ensuite, quand on s’est balladées elle m’a fait remarquer ce que je ne savais pas et que je « devrais savoir ». C’était juste pour me taquiner. Mais je l’ai mal reçu, comme une mise en doute de mes capacités.

Ensuite elle m’a coupé dans mes repérages dans les transports, elle a fait des remarques qui me perturbaient / court-cicuitaient. Du coup je paniquais et je réfléchissais de travers. (J’en ai déjà parlé ici : soit elle me laisse faire jusqu’au bout et c’est ok, soit c’est elle qui guide, mais pas entre les deux ! Et en l’occurrence hors de question que ce soit elle qui guide puisque c’est moi qui accueille.)

Dans les transports j’avais aussi l’impression qu’elle vérifiait chacune de mes décisions, comme pour s’assurer que je ne faisais pas fausse route. Encore une remise en cause de mes capacités que j’ai mal vécue (et là, pour le coup aucune excuse, ça m’énerve encore.)

Et puis chez moi, elle a fait des vaisselles et des repas. Et là j’ai été paradoxale. Très clairement, elle faisait ça pour prendre soin de moi, m’aider, parce qu’on avait fait beaucoup de choses dans la journée et qu’elle me savait fatiguée. Mais moi je l’ai parfois mal pris car c’est comme si elle prenait ma place. Comme si elle soulignait que j’étais trop lente pour faire le repas dans les temps avec ma fatigue. Comme si elle soulignait que faire la vaisselle à chaque repas c’est quand même beaucoup plus facile que de la laisser s’accumuler… Alors que bien sûr j’étais fatiguée et bien sûr ça m’aidait qu’elle fasse la vaisselle / le repas. Mais c’était une ingérence dans mon quotidien, moi qui voulait montrer mon autonomie.

Ces moments de tension ont été favorisés par plusieurs facteurs, principalement venant de moi.

  1. Je voulais l’accueillir chez moi, être la maitresse de maison mais la réalité m’a rattrapée je ne pouvais pas tout gérer à la perfection (le planing chargé + les obligations du quotidien). (Et je le découvre de plus en plus je ne supporte pas mes imperfections.) Il y a eu comme un décalage entre le week-end idéal et rêvé et la réalité que j’ai eu du mal à digérer.
  2. Fatiguée, je décuplais les moindres remarques lors qu’elles me semblaient négatives en oubliant-minimisant les remarques positives ou en occultant la volonté sous-tendue (prendre soin de moi.) Peut-être aussi que c’était fait ou dit maladroitement.
  3. Il y aussi une différence de mode de vie/philosophie qui joue. Ma mère est maladivement pointilleuse sur certains aspects (elle ne supporte pas l’odeur de cigarettte par exemple, entre beaucoup d’autres choses), c’est très envahissant et ça m’horripile. Pour reprendre l’exemple de la cigarette, comme elle ne la supporte pas elle pense tout de suite que c’est tout de suite aussi horrible pour moi et me dit tout de suite qu’il faut que je le signale à la résidence que je sens des odeurs de cigarette, il y certainement quelqu’un qui fume dans les environs. Alors que c’est autorisé de fumer chez soi. « Oui mais peut-être qu’il fume dans les parties communes et ça ça ne l’est pas » Sauf que non je ne vais pas faire tout un patacaisse pour une odeur, désagréable ok mais occasionnelle, juste parce qu’elle ne la supporte pas. Je sais qu’il y a une lourde histoire derrière, que c’est viscéral, que je ne peux pas changer ça. Mais j’aimerais juste qu’elle arrête d’identifier ses propres ressentis aux miens et qu’elle arrête de s’imiscicer dans ma vie à ce point. Pour ça il faudrait déjà qu’elle s’en rende compte, qu’elle réalise que c’est un problème, je ne suis pas sûre que ce soit le cas, il faudrait donc que je lui dise… Sans l’énerver (parce que c’est un point sensible) et sans m’énerver (parce que je me sentirais niée si elle n’accepte pas d’entendre mon avis différent que j’aurai fait l’énorme effort d’énoncer)… C’est pas gagné 😦

Au-delà de ces obsessions viscérales et envahissantes contre lesquelles je ne peux rien, il y aussi une manière de penser qui m’énerve (mais contre laquelle je ne peux rien non plus.) Elle laisse très facilement les points négatifs prendre le dessus et occulter le positif. S’il y a un truc qui s’est mal passé, elle va le répéter dix fois au cours de la journée. Alors que ça suffit, c’est passé et voilà. Après je sais qu’elle admire ma façon que j’ai de penser toujours au positif avant tout. Donc qu’elle est consciente de ce défaut (mais du coup dans ma tête, si elle admire, pourquoi elle ne le mets pas en pratique ? Oui, je sais, pas si simple…) J’ai remarqué qu’elle fait beaucoup d’efforts pour penser positif. Mais ça m’énerve quand même. (Dans le genre se pourrir la vie pour rien : il semblerait que je mange moins qu’à la maison. Peut-être, mais je mange à ma faim, et elle aussi. Alors où est le problème ? )

Le pire dans tout ça c’est que je me voyais être énervée pour des futilités ou des choses que je ne peux pas changer et ça m’énervait d’être énervée (alors que je rêvais de ces quelques jours depuis tellement longtemps.) En plus je vois bien que je lui reproche des choses que je fais moi-même (elle pense que je ressens forcément comme elle / je voudrais qu’elle fonctionne comme moi.) et ça aussi m’énerve beaucoup. Pour finir, ce qui m’énerve dans mon énervement; c’est que quand je suis dans cet état (énervement-fatigue-frustration) je suis incapable de l’expliquer. Du coup elle voit bien que je suis énervée mais ne sait pas exactement pourquoi, donc ça ne risque pas de changer... Bien sûr, je pourrais en reparler après coup. Mais il y a 2-3 freins. D’abord une difficulté à m’exprimer sur de tels ressentis et une peur que ce ressenti soit nié (elle excelle dans : « Mais non ce n’est pas ce que j’ai voulu faire/dire, tu m’as mal comprise ») et puis une contradiction de cette pratique (reparler de ce qui est mal passé calmement plus tard) avec ma manière de penser (laisser le négatif derrière.) S’il n’y avait que ce dernier point je pourrais passer outre, je le fais parfois avec des amis et ça passe très bien, parce que c’est constructif, que l’on s’écoute. Mais justement avec elle je « sais » que l’écoute ne sera pas la même, qu’elle ne va entendre que la moitié ou déformer mes propos. Je « sais » parce que j’ai déjà tenté parfois, mais c’était il y assez longtemps, je n’ai plus le courage de retenter, me confronter à un point de vue aussi radicalement opposé au mien.

(AnnickAnnouck j’ai essayé de faire comme toi car ça pourrait m’aider… Mais j’ai toujours autant de mal à exprimer de tels ressentis et à les publier… C’est terrible cette pudeur !) (Cette semaine j’ai écrit un autre article de ce type mais un  je-ne-sais-trop-quoi de honte/pudeur m’empêche de l’assumer et de le publier…)

Lâcher prise

En ce moment je suis assez contente, je réussis à lâcher prise (et par résonance à prendre de l’assurance) dans plusieurs domaines qui étaient jusqu’à maintenant assez épineux :

  • M’assoir dans le bus.

En fait ça a commencé aux arrêts de bus. Je me suis dit un jour « Maintenant je vais faire attention à m’asseoir sur le banc s’il y a une place (il y en a souvent) et même si c’est que pour 2 minutes. et je reste assise jusqu’au bout (quand le bus il est là devant, pas seulement, tout près, là-bas, arrêté au feu.) Tant pis de ce que les gens y pensent. (En pensent-ils vraiment quelque chose ? Et surtout ce quelque chose importe -t- il ? NON.)

Au même moment, il y a eu aussi la vidéo de Margot et ses commentaires qui m’ont fait réfléchir. Dans le bus s’asseoir est une autre affaire…

bus Je n’ose jamais demander une place et je n’osais jamais non plus prendre les places dites prioritaires [qui sont à l’avant du bus] parce que je me disais que je n’avais pas besoin de celles là. « J’ai juste besoin d’une place assise pas forcément d’y arriver rapidement. » Ce qui est est à moitié vrai. D’abord parce que mon équilibre est plus ou moins vaillant selon les jours. (Certes ça ne met pas ma vie en danger, mais si je pouvais éviter de me faire détester de tout le bus en écrasant tous les pieds et bousculant tout le monde, ça serait pas si mal.) De plus, le temps d’arriver au fond du bus, souvent, les places vides ont été prises. Enfin, il semblerait que dans la tête des gens il est plus logique que je demande à m’asseoir à une place prioritaire qu’à une autre parce qu’elles sont faites pour ça. (Ce raisonnement m’énerve ) (Si ça vous intéresse je pourrais peut-être faire un article spécifique sur « M’asseoir dans les transports en commun » pour récapituler ce que j’ai déjà dû dire de-ci de-là et rajouter ce genre de choses…)

Je me suis plusieurs fois retrouvée absurdement coincée entre demander une place avec ma carte mais ne pas oser -car là-bas la place prioritaire est libre-, et ne pas oser aller s’asseoir à cette place dite prioritaire -parce qu’impression d’illégitimité (En écrivant ça je me rends compte à quel point c’est profondément idiot). Je me suis aussi très souvent retrouvée debout parce que je me suis dit « Non je ne vais pas prendre ces places-là [les place prioritaires] il y en a au fond » et finalement quand j’arrive, il n’y en a plus… (et, rappelons-le, je n’ose pas demander.)

Alors un jour j’ai réfléchi autrement.

  1. « Cette place est libre et j’ai besoin de m’asseoir »
  2. « Cette place est une place prioritaire et je suis prioritaire. »
    (J’ai une carte prioritaire [et celle-là je n’ai même pas eu à insister pour l’avoir…] = je suis prioritaire)
  3. « M’asseoir ici m’évite les problèmes d’équilibre jusqu’au fond du bus et j’épargne les pieds des gens.
  4. « Bon, je m’assois. » (!)

En 1 mois, (oui cette révolution date de quelques semaines seulement) j’ai dû le faire 3 ou 4 fois, toujours sur le même long trajet (c’est-à-dire une trentaine de minutes pour aller ou revenir de l’École), je n’ai encore jamais eu de remarque.

carte_de_prioritePeut-être des regards, je ne sais pas trop en fait puisque j’ai pris le parti de ne pas regarder les gens, je m’en fiche de ce qu’ils pensent (j’essaye). En fait, pour être sûre de ne pas me sentir gênée en croisant un regard réprobateur, je regarde par la fenêtre (mais c’est beaucoup moins le stress et la fuite qu’avant… Avant j’étais fixée-vissée à la fenêtre, maintenant je suis juste tournée vers… Je ne sais pas si vous visualisez la différence d’attitude…) Je ne me sens pas encore capable d’affronter tous les regards mais il y a quand même une grande évolution… J’ai un peu lâché-prise.

Peut être que la prochaine étape va être de sortir la carte pour demander une place quand il n’y en a pas ?

  • Les courses.

J’arrête de me presser/stresser à la caisse. Curieusement, ça se déroule beaucoup plus facilement. Clairement, je prends du temps : alors que j’ai à peine fini de vider mon panier sur le tapis, le caissier ou la caissière a déjà passé la moitié [de ce que j’ai posé]. Et donc le temps que je paye et range tout, s’il y a une (voire 2) personne derrière il doit attendre ou se débrouiller autrement. Hé bien tant pis. Je ne me presse pas pour autant. Je mettrais du temps de toute manière, pas la peine de rajouter au ridicule s’il y en a

Je crois que j’ai aussi été aidée pour ça par l’observation de mes amis (c’est-à-dire que JE les observe), je crois que je suis très complexée par ma lenteur… Mais qu’en fait eux n’en ont rien à faire. Parfois même je me dépêche tellement pour ne pas être lente que c’est moi qui les attend (Comment c’est possible ? Je fais tout à moitié ou de travers, eux s’appliquent et vont jusque au bout…) Il faut que je continue à travailler dessus. J’ai avancé mais le complexe est encore là.

  • Les relations amicales.

J’ai aussi lâché du lest dans ce domaine [J’ai continué à…] mais c’est un peu compliqué à expliquer en quelques mots, parce que tout ça est un sacré chantier, encore inachevé. Mais ça avance, je monte dans les étages… (et il n’y a pas eu de casse, juste une petite fêlure, aujourd’hui colmatée…)

Ce qui est génial dans tout ça : ces  petites avancées ont -il me semble- des répercussions plus globales… Je me fais plus confiance !*

*Pour une fois je suis sûre que ça n’est pas le processus inverse : la première fois que je me suis assise sur la place prioritaire je n’avais pas plus confiance en moi qu’avant. C’était un crash test. Crash test qui a été couronné de succès,  cela m’a donné plus d’assurance, de motivation, pour réessayer la fois d’après et encore après.