Vrac presque en brèves

Il y a de drôles de coincidences. Il y a peu, je remarquais que je n’étais pas capable d’écrire des articles de vrac, où j’évoquerais de manière brève divers sujets qui n’ont rien à voir les uns avec les autres.

J’ai essayé plusieurs fois mais à chaque tentative chaque idée que je voulais brève était finalement tellement développée qu’elle suffisait à faire un article entier. Bref, jusqu’ici toutes mes tentatives ont été des fiascos totaux. (il fallait que je le case quelquepart, j’aime bien le son de « fiascos totaux ».)

Et pourtant je crois bien qu’aujourd’hui je vais y arriver. Suffirait-il de constater un « échec » (en lequel je ne crois pas) pour le dépasser ?

***

Première nouvelle importante du soir : ça vaut le coup d’être culottée ça paye. (Je vous laisse vous rafraichir la mémoire ici, si nécessaire.)

Je suis complètement déphasée. Je m’aperçois que je me suis comportée jusqu’à maintenant avec l’idée que mon culot n’aboutirait pas. Qu’au fond c’était tant mieux si je n’étais pas retenue parce que de toute façon j’avais envie de changer d’air. Et pendant toute cette attente, j’ai trouvé tous les points positifs du cursus que j’allais suivre ailleurs. (Et mes amies ont abondé dans ce sens.) Depuis 3 jours j’en étais même clairement convaincue, ce cursus pouvait être formidablement enrichissant. Seul bémol : la distance (donc long trajet tous les jours ce qui n’est pas idéal pour la fatigue.)

Bref (oui, c’est censé être une brève tout de même) finalement je suis admise… Et donc j’ai le choix. Et donc je suis perdue. D’autant plus perdue que tous se réjouissent autour de moi, ils expriment tous un enthousiasme que je ne ressens pas moi.

Je me retrouve avec un choix cornélien : choisir de continuer mon école, rester dans le prestige, « l’enseignement d’excellence », aller au bout du cursus commencé. Mais accepter une année avec beaucoup de travail (ce que je ne souhaite pas.) Mes parents, et une certaine partie de ma raison, me poussent dans cette voie. Elle a d’autres avantages à ne pas oublier : le trajet depuis mon logement actuel est bien plus court : pas besoin de déménager ou de faire de longs trajets quotidiens. De plus, cela me plait tout de même beaucoup par l’immersion dans le monde pro et je suis certaine que les cours me plairont.

Choix B : aller dans une fac (où j’ai également été admise) pour acquérir des compétences plus généralistes mais très techniques (ce qui me fera peut-être défaut dans la 1° formation) Mais la fac est décentrée donc soit déménagement soit longs trajets, je n’ai envie ni de l’un ni de l’autre. Et même si la plaquette me semble prometteuse et que j’ai entendu beaucoup de bien de cette fac… Et si j’étais finalement déçue ?

Au fond, je crois bien que mon choix est déjà fait. Pour l’option A. Mais qu’il me faut du temps pour me faire à l’idée de recommencer une année chargée. Cela faisait longtemps que je n’avais pas ressenti cette peur du regret face à un choix. En choisissant l’option A j’ai peur de regretter d’avoir accepté cette nouvelle année chargée. Mais en choisissant l’option B j’ai peur de rater une occasion. Peut-être que je réfléchis trop. Peut-être que je me projettes trop loin. Peut-être que réfléchir aux amménagements, les accepter plus largement, suffirait à régler ce problème de charges.

Depuis la lecture des résultats et des admissions je retourne en boucle l’histoire du paysan indien / du paysan chinois (l’histoire est la même, seule la culture de celui qui raconte change le contexte…) Donc chaque choix est bon, chaque choix aura des répercussions différentes que je ne pas voir de là où je suis. Mais ça ne m’aide pas à trancher.

En discutant avec une amie j’ai pu saisir les différents problèmes que cela soulève et qui me remuent : il y a la confiance en moi (encore et toujours), il y a le syndrome de l’imposteur, il y a la peur de décevoir, il y a la difficulté à accepter de l’aide là où j’aimerais me débrouiller seule (tout le temps, donc) et il y a mon ego/ mon ambition.

Bref, je vais encore y réfléchir pas mal de temps.

****

J’ai plusieurs articles en brouillon écrits progressivement ce mois-ci. J’en ai notamment écrit un sur mon expérience du mémoire. Comme tout ce qui touche au mémoire, il est j’ai du mal. C’est marrant parce qu’il y a quelques jours alors que je l’augmentais encore un peu j’ai pensé attendre la publication des résultats pour le publier car ce serait une manière de tourner la page. Comme quoi, je pensais vraiment que je ne serai pas admise. Avec toutes les questions que me posent les résultats je n’ai plus envie de le publier maintenant. Peut-être plus tard … Ou peut-être pas.

***

Je me sentais enfin reposée, enfin sereine. Et puis finalement non, c’est reparti pour un tour de questionnements et de doutes. Heureusement que c’est les vacances. Car oui, c’est le deuxième élément important à retenir de ces brèves : demain je prends le train, je pars de Paris pour l’été… Je pars aussi de la blogosphère (pour l’été seulement, bien sûr !)

****

Vie culturelle de l’été :

Si vous êtes à Paris ou si vous passez par là, je vous recommande l’exposition Nous et les autres du Musée de l’Homme, très instructive. Ainsi que l’exposition Rodin du Grand Palais (magnifique pour ceux qui aiment Rodin, évidemment.)

Je ne sais pas combien de temps il reste en replay mais je vous conseille aussi « Même le vent semble pleurer » sur Arte. Très beau. (mais il faut avoir le cœur bien accroché, surtout au début.)

Et merci Anick Anouck et The Miss :  deux des livres prévus (dont un déjà commencé) pour cet été sont issus de vos conseils – lectures !

Voilà, voilà, je trouve que pour un premier vrac c’est pas mal. (Mon premier titre était « Brèves en vrac » mais par honnêteté je l’ai changé 😀 )

 

 

Publicités

Un trimestre de bonheurs

Cela fait un certain temps et un temps certain que je ne vous ai pas fait part de mes petits bonheurs… En mars, avec le week-end de Pâques bien occupé, c’est passé à l’as (et je culpabilisais de ne parler que de mon anniversaire :P) ..J’ai donc repoussé en avril mais comme j’étais en pleine révisions je n’ai pas privilégié le blog pour m’évader… Et en mai, suite des révisions et examens, j’ai été inspirée par d’autres sujets… Les voilà donc enfin !

En mars :

Pour mon anniversaire, j’ai reçu une invitation dans mon salon de thé préféré (et donc je me suis régalée 😛 ), j’ai reçu en cadeau une belle lecture inspirante et une jolie carte et encore d’autres belles cartes dans la boîte aux lettres (ça fait toujours très plaisir). J’ai vu une très belle exposition au Palais Galliera (sur la comtesse de Greffulhe, muse de Proust). J’ai préparé mon séjour à Dublin. Je me suis achetée quelques bouquins (en prévision des temps de voyage.) Tradition –vielle de 4 ans- oblige, j’ai retrouvé P. et son fils le temps d’une journée : un festin pour les papilles et un concert pour régaler les oreilles. J’ai profité du week-end de Pâques pour aller retrouver famille et amis et voir la mer dans le Sud. Lors d’un apéro d’au-revoir plein d’émotions j’ai retrouvé des amies perdues de vue (C. et K.) et profité du soleil sur la terrasse. Avec C. nous sommes allées au cinéma régresser en regardant Zootopie (mais quoi de mieux que ce Disney pour un dimanche soir ?!) J’ai entendu le récit -longtemps attendu- de ma naissance. J’ai trouvé des chaussures (techniquement 1/ elles conviennent, 2/ esthétiquement elles me plaisent et 3 / (bonus) elles ne sont pas trop chères : un exploit !)

En avril :

J’ai pris l’avion et j’ai découvert Dublin. J’ai écrit des jolies cartes. Je suis allée au cinéma voir The Assassin (esthétiquement magnifique) et Le Coeur Régulier (sublime à tous points de vues…) J’ai participé aux JOP au Louvre (=les Jeunes Ont la Parole), ça a été une belle expérience de partage, de parole, d’observation et d’écoute … et une bonne occasion pour recevoir des sourires et des compliments (en français ou en anglais 😉) et même une carte de visite ! J’ai découvert avec M. le quartier du canal Saint-Martin et  des aspects cachés de Paris par une belle ballade en péniche, puis nous nous sommes réchauffées dans notre salon de thé préféré, nous avons construit des châteaux en Espagne et des plans sur la comète …

 

En mai :

J’ai partagé un bon repas avec ma tante et mes grands -parents ( avec grapillage de petites anecdotes du passé et de compliments de-ci de-là),  j’ai vu une belle exposition au Musée du Luxembourg (il n’y avait pas autant de découverte de l’art hongrois que je l’attendais mais de belles oeuvres malgré tout…), je suis allée voir Brooklyn avec L. (un très beau film) et Tout sur ma mère, seule (aller au cinéma seule de temps en temps, ça a un charme certain, j’adore !) J’ai découvert le Lucernaire, un centre d’arts et d’essais, lieu très original et surprenant. J’ai attendu avec impatience chaque nouvel épisode de Game of Thrones (la série s’essouffle et manque d’inspiration mais ça reste un bon moment.) J’ai fait un joli tour au Musée des Arts et Métiers pendant la Nuit des Musées (sans surprise ce musée est encore plus magique la nuit… et c’était très intéressant !) J’ai mangé une crêpe « de fête foraine » avec M., comme ça, sans préméditation. J’ai partagé avec M. un repas impromptu à la bonne franquette et j’ai découvert la Coulée Verte (encore un autre bel endroit de Paris) par une journée chaude et ensoleillée. Par une autre journée chaude et ensoleillée, nous avons flâné dans le Marais et nous sommes régalées d’une légère tarte aux pommes avec sa boule de vanille (oui, nous mangeons beaucoup… J’assume ! 😀) Très important aussi, j’ai réussi à expliquer mon handicap clairement et succinctement (c’est-à-dire sans les perdre dans des détails inutiles) à un groupe de gens en chair et en os (donc à l’oral, pas à l’écrit derrière mon écran…) C’est assez nouveau, l’avenir me dira si c’est vraiment réussi (Ont-ils vraiment compris et vont-ils s’en souvenir ou devrais-je réexpliquer ?)

J’ai eu grand plaisir à écrire cet article et à me remémorer tout ces petits moments… Des instants qui semblent si lointains et si proches en même temps. Ce sont comme des repères, des phares, qui éclairent tout le reste et font prendre conscience du chemin parcouru…  Chaque post de petits bonheurs me fait le même effet que le feuilletage d’un album photos : tout un tas d’émotions et de ressentis qui remontent, une plongée dans le passé comme si c’était de nouveau le présent…

Mes petits bonheurs de janvier…

  • Retrouver ma maison du sud pour une semaine, avec le sapin, la crèche et tout le reste.
  • Manger tout plein de bonnes choses (parce que chez nous, la bonne mangeaille ça ne s’arrête pas aux fêtes !)
  • Profiter des soldes pour se faire un peu plaisir (cela faisait longtemps et il est très rare que je prenne plaisir à faire du shopping…)
  • Un stage qui remplit les journées (enfin !) et apprend plein de belles choses (des moins belles aussi mais toujours intéressantes). Je m’en mets plein les yeux et plein la tête !
  • Voir plusieurs enquêtes du Commissaire Maigret en replay (lectures et soirées télé favorites de mon adolescence …. !)
  • Passer 2 bons moments au cinéma (James Bond et Le Goût des Merveilles, un film visuellement, émotionnellement, narrativement et auditivement ((dans l’ordre, les 2 derniers ex-æquo )) ma-gni-fi-que….)
  • Visiter 3 très belles expos (tant esthétiquement que pédagogiquement) : Elisabeth Vigée Le Brun au Grand Palais, et surtout : Sepik au Musée du Quai Branly et Marc Chagall et la musique à la Philharmonie. (Ne m’en voulez pas, mais elles se terminent toutes les 2 demain… ce qui me rassure un peu c’est que je ne crois pas avoir de parisiens dans mon lectorat 😉)
  • Du soleil quand on ne s’y attend pas et des chants d’oiseaux en plein centre-ville.
  • Partager des tas de bons moments entre amis (je vous donne la recette idéale : gourmandises + coussins + anecdotes, racontage de vie et philosophie + rires, sourires, bisous et câlins : ça marche à toute heure !)
  • Voir des questions se dissoudre et des projets se former

Objectifs de l’année 2015

Cette année ne sera pas comme les autres, cette année je redouble pour repasser un module. Cette année je vais donc avoir peu d’heures de cours et beaucoup de temps pour moi, beaucoup de temps libre, dont je peux faire ce qu’il me plaît.

J’ai beaucoup de projets qui vont bien vite remplir ce temps libre (et dilapider ma fortune d’étudiante.) Je vous les livre sur un plateau d’argent :

  • Travailler pour arriver à mes fins, c’est-à-dire passer en master à l’École.
  • Faire un ou deux stages professionnels, j’ai du temps, c’est l’occasion ou jamais d’acquérir de l’expérience.
  • Aller à la piscine une fois par semaine (et en plus de me faire plaisir je pourrais m’améliorer !) (et là c’est bien parti, ça fait déjà un mois que c’est en place…)
  • Améliorer mon niveau en anglais, là aussi c’est le moment ou jamais.
  • Améliorer ma vitesse de frappe à l’ordinateur (c’est la peine que je me répète ? « C’est le moment ou jamais » !)
  • Visiter Paris, les jardins et les bibliothèques en particulier… et les rues (et les bons petits restos)
  • Aller à toutes les expositions qui me font envie (y en a toujours des tas…)
  • Aller au cinéma, à l’opéra, au théâtre
  • Lire !!! (c’est déjà entamé)
  • Écrire ici (ça aussi)
  • Aller à la prière Taizé hebdomadaire à côté de chez moi
  • Cuisiner (je n’ai pas de four 😦 😦 tant pis je ferais plein de mousses au chocolat, na !)
  • Prendre soin de moi (ça changera…)
  • Si, après tout ça, il me reste quelque chose (que l’on nomme communément argent…) (ne parlons pas du temps, lui je le trouverais…) j’aimerais rendre visite à une amie, un week-end, dans le pays de l’autre côté de la mer (qui me fait tellement rêver) où elle étudie cette année. Et un week-end dans la ville de Queen Lizzie aussi, tant qu’on y est, soyons fous ! (je suis riiiiiche ! sans le savoir… et sans que ma banque le sache non plus, c’est surtout là le problème)

J’avais aussi 3 autres idées en tête mais elles m’auraient pris pas mal de temps et quand même, là ça fait déjà pas mal (oui j’en suis consciente…mais, avouons-le, je suis une fille incapable de rien faire de ses journées… Sinon, c’est que je suis -ou que je vais être- déprimée), et je ne veux rien lâcher (surtout pas les 3 premiers points, mes priorités absolues…) et puis c’est trois choses pour lesquelles je n’étais pas motivée à fond, alors j’ai choisi de les écarter, ce sera pour plus tard.

En une phrase cette année je veux me faire plaisir et « améliorer mes points faibles » *

(*je trouve cette expression bizarre mais je n’en ai pas trouvée d’autre, si vous avez je suis preneuse…)

PS : J’ai écrit tout ça à une heure indécente (c’est maintenant que je m’en rends compte… C’est à cause de la piscine, ça m’a donné une pêche et une crampe incroyable) avec la musique de Ludovico Einaudi dans les oreilles, je suis définitivement fan… (je le savais déjà 🙂) (allez écouter par ici et par …)

Je vous parle de petits plaisirs et d’avenir

Ce mois-ci a été riche : il a commencé dans ma famille dans le sud, puis je suis revenue sur Paris pour mes derniers examens, et enfin j’ai pu profiter de vacances dans la capitale pour faire ce qui me plaît tout en préparant mon année à venir ….

Dans la suite du mois de mai, j’ai beaucoup profité d’être choyée par ma famille toute entière, je suis allée régaler mes oreilles en écoutant l’examen de violon de ma sœur, j’ai mangé une glace et d’autres gourmandises, j’ai eu beaucoup de soleil…

A l’un de mes 2 oraux, j’ai revu avec plaisir la prof qui m’avait soutenue l’an passé et elle m’a félicitée de mes efforts et progrès (même s’ils n’ont pas été suffisants pour atteindre mon objectif mais c’est une autre histoire et c’est rattrapable… rien de dramatique !)

Enfin, je suis en vacances : pendant quelques jours je ne fais rien, je vis dans la lenteur et dans un rythme totalement décalé !

Puis je me déchaîne : je vais voir une amie au théâtre, je passe une bonne soirée, je fête la pendaison de crémaillère d’une amie dans un petit appart absolument charmant, je partage avec des amies un bain de foule à la braderie d’Emmaüs, nous voyons de très beaux objets artisanaux de récupération, nous flânons en faisant quelques petites folies, puis nous partageons un thé pour nous reposer, je vais voir plusieurs belles expos (dont l’expo sur le vitrail), je découvre le théâtre de l’Odéon lors d’un spectacle absolument magnifique, je vais lire dans un jardin public près de chez moi, je profite du beau temps et de la chaleur pas encore insupportable, je me balade dans la ville et prends quelques photos, je vais à la bibliothèque emprunter des livres à lire pour le plaisir, je passe avec deux amies une petite soirée pleine de rigolades dans un resto japonais (au point parfois de provoquer un grand blanc dans la salle ….), je vais voir Vice-Versa avec des amies, nous régressons, nous rigolons, nous mangeons du pop corn, j’écris plusieurs articles sur le blog, je bats mon record de visites haut-la-main avec mon article sur l’accessibilité (je ne fais pas mon blog pour la popularité mais ça fait plaisir quand même…), je vais à la piscine, j’observe le coucher de soleil et le ciel plein de nuages, entourée d’amis et une bière à la main, je planifie une semaine de vacances avec une amie, je réfléchis au cadeau de la fête des pères et je trouve, je vais à la fête de la musique et passe une très très bonne soirée (que c’est bien d’être à Pairs !), je fais un gâteau, je partage un gros repas fait-masion avec des amies, beau partage avec encore une fois beaucoup de rires, blind test musical, séance skype avec une amie commune, coup de téléphone à une autre amie commune, Je discute longuement avec une amie pas vue depuis longtemps, Avec une amie nous faisons le plein de romantisme en voyant Loin de la foule déchaînée  (un film magnifique : histoire, acteurs, esthétique, lumière, paysages, musique …)

J’ai trouvé mon logement pour l’an prochain, mes cartons sont terminés (comme vous ils vont attendre septembre pour me revoir), à part les derniers examens mes résultats sont à la hauteur de mes espérances….

Quand vous lirez cet article je serais en train de découvrir mon nouveau quartier avant de prendre le train pour rentrer dans ma famille…

Je rentre dans un nouvel espace-temps : grandes vacances en famille…
Une page se tourne, transition vers un nouveau chapitre : nouveau logement après trois ans ici bien entourée, nouveau cycle d’études (normalement, si les rattrapages se déroulent comme je l’espère) … Cela donne un étrange cocktail de bonheur-tristesse-nostalgie-peur-excitation duquel résulte cet article absolument pas structuré …

Cependant si je devais résumer ce mois-ci en quelques mots ce serait : temps pour moi, amitié, partage, avenir !

Un de mes plus grands bonheurs de ce mois-ci est d’avoir reçu tout plein de preuves et de manifestations d’amitiés, amitiés indéniables et amenées à durer malgré les séparations… Ce qui a pour moi une valeur inestimable… J’en parlerais l’an prochain !