Questionnaire de Flow : 92 à 101

92) A qui envoyez-vous le plus de SMS ?
Je ne sais pas.

93) Dites-vous plus souvent oui ou non ?
Oui. Et même si je sais que j’arrive à dire non plus souvent qu’actuellement, la majorité restera toujours au oui. Parce que je pense que dire oui c’est  aussi une manière d’accepter ce qui arrive, de saisir les occasions et d’avoir un regard plus positif.

94) Aimez-vous être seul ?
Oui, les moments seuls me sont vitaux pour avoir des moments de paix, seulement face à moi-même. Mais j’ai aussi besoin de voir régulièrement des gens pour ne pas dépérir. (Le besoin de solitude est majoritaire dans l’absolu. J’ai simplement besoin de voir un ami ou une amie pour discuter deux/trois fois par semaine et sortir pour voir des gens (même inconnus) minimum une fois tous les deux jours.

95) Que feriez-vous si vous n’aviez pas besoin de travailler ?
Je ferais du bénévolat (dans le domaine de l’éducation ou de la culture) pour des populations défavorisées ou marginalisées. Et je ferais plein plein PLEIN de voyages, dans toutes les parties du monde.

96) Êtes-vous un bon conducteur ?
Je n’ai pas le permis. (Je ne m’imagine pas bonne conductrice puisque je suis très « mono-tâche ».)

97) Avez-vous besoin que les gens vous apprécient ?
Plutôt oui. Enfin, j’ai besoin d’avoir un minimum de gens qui m’apprécient dans mon entourage. Après pas besoin que TOUS m’apprécient (une ou deux personnes suffisent amplement), je suis très capable d’ignorer superbement ceux-qui ne m’apprécient pas tout en gardant les contacts nécessaires à la vie en société (pour travailler par exemple…)

98) Qu’auriez-vous du faire de différent dans votre vie amoureuse ?
Pour l’instant tout va très bien, merci !

99) Quand vous sortez le soir, que préférez-vous faire ?
Mais le soir il y a plein de choses bien à faire ! Pas seulement une seule : déambuler (un peu, au-delà d’une heure et demi/ deux heures, c’est trop…) dans les rues de Paris, aller au cinéma ou au théâtre ou à l’opéra, se poser en terrasse pour boire une bière, un thé ou un chocolat.

100) Avez-vous jamais enfreint la loi ?
Certainement. Du genre prendre un transport sans ticket (mais je n’ai pas dû le faire souvent car je suis très honnête et que ça me stresse beaucoup trop) ou n’être pas attachée en voiture sur un trajet de 10 minutes à 20km/h en campagne.

101) Votre signe astrologique correspond-il à vos traits de caractère ?
Je ne crois pas du tout à ces choses-là, mais ça me fait beaucoup rire… Voyons donc…
je suis Poisson. Ce site dit :

Le caractère du Poissons : c’est le dernier signe de l’horoscope. Il symbolise le nouveau commencement. Mais comme il ferme le cercle, il se présente comme le signe de l’éternité, de la réincarnation et de la renaissance spirituelle.

Le Poisson est quelqu’un de loyal, de désintéressé et il très généreux. (oui) Le Poisson est une personnalité sensible, ce qui explique sa grande tolérance. Il peut être toujours à l’écoute des autres, allant même jusqu’à se sacrifier pour eux. Très compréhensif, son caractère le pousse ouvert à venir en aide aux autres. (oui toujours) Il éprouve le désir de les consoler, de les réconforter et veut même guérir tout le monde. (non, je me sens très nulle pour réconforter…) Il n’aime pas l’agressivité. (oui) Une des qualités du Poisson est qu’il peut s’adapter à toutes les situations et aux gens. C’est un être ouvert mais discret. (oui) Il aime respecter son entourage (ah, je vois pas ce que ça veut dire…).
Mais le natif de ce signe est aussi un être qui ne se confie pas facilement. Il n’extériorise pas facilement non plus ses sentiments. Il est timide (oui) et orgueilleux. (loupé ! et puis, euh, je croyais qu’il était généreux ?) C’est aussi un pessimiste et a tendance à se laisser aller à la tristesse, à la mélancolie. (non, non, non !) Le Poisson a pour habitude d’accaparer la conversation, ne laissant pas aux autres le temps de parole. Mais son art de parler compense fort bien l’ennui de ses interlocuteurs. (Je vois pas trop comment il font coïncider la grande capacité d’écoute précédemment citée et l’accaparement de la conversation… Et l’occurrence chez moi c’est non. Et pour l’art de parler on repassera, j’ai de la répartie par de courtes phrases mais certainement pas des longs discours !) Le plus grand défaut du Poisson est qu’il manque de confiance en lui. (Ah, ça… Oui.) Le signe du Poisson est également régi par le mysticisme et les rêves. (le mysticisme je sais pas trop, mais les rêves… oui !)

Bon, ça m’amuse énormément… (Comment noyer le poisson –ahahah– pour dire tout et son contraire !) Donc, voyons ce que ça donne avec celui-ci :

Le profil de la femme Poissons
La femme Poissons est une petite sirène attendrissante (hmm, hmm, ok…) et rêveuse (oui d’accord, c’est vrai et on nous l’a déjà dit, merci) qui inspire les poètes (ahah J’ai une belle chanson écrite à partir de mon prénom, ça compte ?). Elle a un grand sens artistique et créatif (oui ça d’accord), et cherche un esthétisme inédit. (Ah.. euh, ça veut dire quoi ?) Quel que soit le domaine, elle se laisse influencer par toutes les tendances et les courants qu’elle croise (il est vrai que je suis très influençable) et elle les mélange pour créer une nouveauté, la sienne. (si seulement…) Ainsi ses relations familiales, amicales ou amoureuses ne sont jamais banales.(ah bon ? Mes relations familiales vont très bien, merci. Ok mes amies sont un peu barrées… Décidément y a un problème avec l’Amour aujourd’hui !) De même, ses goûts hétéroclites donnent un mélange d’influences intéressant. (Si ce n’était pas du grand blabla, ça serait probablement vrai dans le fond…) La femme Poissons calque aussi sa manière de penser au fil de ses rencontres et assemble entre elles plusieurs philosophies de vie.(Il est vrai que j’ai peu d’opinions arrêtées et que je suis très influençable -on se répète un peu là…- MAIS ma philosophie de vie est arrêtée depuis bien longtemps, elle. Elle s’enrichit probablement de mon vécu, certes, mais ce n’en est qu’une forme un tout bien harmonieux. Si si.)Elle aime méditer, réfléchir sur ce qui l’entoure, et garde toujours l’esprit ouvert. (Ah ça, oui !) Ce mode de fonctionnement fait de la native une personne surprenante et troublante(ahah, on ne m’avait encore jamais dit ça !) mais parfois déraisonnable (euh, ça non plus, même plutôt l’inverse…) et influençable (oui, ok, on avait compris). Elle peut aussi se montrer orgueilleuse et capricieuse, quand elle se sent bloquée dans un projet ou attaquée. (alors là, certainement pas !) La femme Poissons est sensible, indulgente et ne juge jamais ses amis car elle est respectueuse de la liberté de chacun. (oui oui oui.) Elle ne cherche en aucun cas à contrôler les univers qui ne sont pas les siens, seulement à les comprendre. (hmm, c’est un peu perché -je crois pas être très mystique comme ils disaient au-dessus…- mais si on veut…)

(J’arrive à bout de la première centaine de questions, il en reste encore 209… ça va durer encore longtemps 😀)

Citation anti-découragement

Cette citation est apparue sur mon moteur de recherche Lilo  (j’en ai aussi parlé ici) vendredi dernier.

« Pour moi, l’échec, ce n’est pas de ne pas réussir, mais de ne pas essayer. »

Nicole Van De Kerchove

La machine ne se doute probablement pas d’à quel point elle tombait à propos.

Et pourtant, juste avant mes partiels, alors que le découragement et l’impression de foncer directement dans le mur pointaient le bout de leur nez, c’est tout à fait ce qu’il me fallait.

Je vais donc essayer. Ainsi, à défaut d’être sûre de réussir, au moins je serais sûre de ne pas échouer.

Je suis bien sûr allée sur Wiki pour voir qui est cette dame : c’était donc une pianiste et navigatrice française née en 1945 et morte en 2008 en Patagonie. (Je ne savais même pas que ce mot désignait une région réelle –au sud de l’Amérique Latine, une partie de l’Argentine et du Chili, toujours selon Wiki-, je trouve ça incroyablement poétique, ça m’évoque un pays imaginaire, utopique…)

Je vous souhaite une bonne soirée et une bonne semaine, n’arrêtez jamais d’essayer ! (Vous pouvez aussi en faire la devise de votre année 2017, c’est mon cas 😉 )

Dublin #3 : Et moi alors ?

Je vous ai donné beaucoup d’informations mais je n’ai parlé de moi qu’en filigrane… Mais, comment j’ai vécu mon voyage en fait ?

Super bien !!!

Pour commencer, aucun problème à l’aéroport… Il faut dire que voyager sans bagage en soute c’est vraiment plus facile et moins stressant ! (Il faut que je m’en rappelle pour les prochains petits voyages : restreindre le bagage c’est casse-tête mais ça vaut vraiment le coup !)

Là-bas (deux heures de vol c’est vraiment pas long surtout quand avec le « décalage horaire » tu as l’impression de rajouter une heure à ta journée !)( ça a un côté surréaliste dans ma tête : décollage 13h-arrivée 14h, durée de vol : 2h !! ben voyons, c’est tout naturel 😀), là-bas donc, je retrouvais une amie en Erasmus, je n’avais donc pas besoin de chercher un logement, ni de m’inquiéter de l’organisation pratique ni de me soucier de mon orientation spatiale pourrie (je ne l’ai pas quittée d’une semelle 😀 mon amie je veux dire…) Tellement de stress en moins ! (Vous vous rappelez ce que je vous avais raconté ici et ?)

D’ailleurs, je dois dire qu’au delà du voyage et de la découverte, ce séjour fut un chouette moment amical. Ça compte dans les bons souvenirs que j’en garde !

J’ai eu une chance inouïe : en 4 jours il n’y a pas eu de pluie ! Juste un petit crachin à la fin en guise d’au-revoir…C’était quand même plus pratiques pour toutes nos pérégrinations…

Je garde un très grand souvenir de la bibliothèque de Trinity, de la Chester Beatty Library et de notre passage sur la côte irlandaise (on peut rejoindre la côte très rapidement et facilement en train.)

Mes billets d’avion étant pas très chers et les musées étant gratuits, je me suis un peu lâchée sur les souvenirs… Pourtant je ne suis pas du genre consommatrice mais là… j’ai fait exception… Que des petits trucs mais plein ! Cartes postales, cartes à jouer, livres, magnets, sous-verres… J’ai presque autant dépensé en billets d’avion qu’en souvenirs…

J’ai aussi beaucoup aimé parcourir les rues du centre-ville (Dublin est une ville assez petite en fait… heureusement pour moi ! 😀)

J’ai beaucoup marché : je savais que ça en valait la peine et je voulais vraiment en profiter à fond, du coup j’ai un peu repoussé mes limites sur ces quelques jours… Pour compenser je dormais beaucoup (sieste systématique en fin d’après-midi avant de ressortir le soir) et je ne regrette absolument pas ! Surtout que cette escapade m’a fait tellement de bien au moral que finalement la semaine suivante je n’étais pas aussi fatiguée que je le craignais (ou je n’ai pas ressenti la fatigue… C’est possible aussi…)

Ce voyage je l’ai surtout apprécié parce que c’était une belle découverte culturelle. C’est pour ça que j’aime les voyages : voire la diversité des modes de vie, des habitudes vestimentaires, culinaires et tout le reste… Tous les petits détails qui font la différence… (tous ces petits détails dont je vous ai parlé en première partie …)

Je m’aperçois d’ailleurs que j’ai oublié de vous parler  de l’accent irlandais ! Absolument charmant / très mignon (je vous laisse choisir l’expression que vous préférez…)

Pour conclure, on ne me change pas : les pubs irlandais c’est trop génial  et la Guiness c’est très très bon !!!

 

Voilà voilà j’ai dit tout ce que j’avais à dire sur Dublin…
J’ai plein d’autres articles sur plein d’autres sujets en réserve…
Ça arrive tout doucement, l’un après l’autre !

Dublin #2 : must-see sights !

  • Le Trinity College et sa fameuse bibliothèque qui conserve entre autres le célèbre livre de Kells. Sachant qu’il y a eu en 1916 d’importantes révoltes (le centenaire est d’ailleurs un évènement important) , et qu’une balle a même été retrouvée dans un livre (le livre a été son terrain d’atterrissage 😉) je suis tout à fait fascinée qu’elle n’ait pas brûlé à cette occasion ! J’ai vu cette bibliothèque en photos de nombreuses fois, j’en ai beaucoup rêvé, j’avais donc un peu peur d’être déçue… Mais non, la magie était bel et bien là ! Cette bibliothèque est vielle, majestueuse, magique et magnifique (voilà rien que ça 😀) ! À savoir : on rentre dans Trinity College (qui est, comme son nom l’indique, une université) comme dans un moulin, en revanche l’entrée de la bibliothèque est payante et chère (11 euros !) Le bon plan : connaitre un étudiant de Trinity College qui peut alors nous faire rentrer gratuitement ! 😛
  • La Chester Beatty Library : cette bibliothèque-musée renferme l’immense et incroyable collection de manuscrits de Mr C. Beatty (manuscrits japonais, indiens, islamiques, papyrus égyptiens…) L’entrée est gratuite.
  • Attention : ces 2 lieux sont fermés le dimanche matin (à cause de la messe ??? J’avoue que je me pose la question…). 
  • Je vous recommande aussi d’aller jeter un coup d’œil à la poste centrale elle vaut le détour (sol de marbre, mobilier de bois, grilles dorées… On pourrait se croire au XIX° siècle.)
  • Quand j’y suis allée les collections permanentes étaient fermées, mais sachez que la National Gallery conserve -notamment- une belle collection de Vermeer. L’entrée est également gratuite.
  • Avec tout ça, n’oubliez pas de parcourir les rues (notamment les quartiers centraux de Trinity et de Temple Bar) et les abords de la Liffey (rivière qui traverse la ville) et d’entrer dans des pubs 😉 !
  • Pour se reposer il y a aussi de très grands et beaux parcs où l’on peut fouler la pelouse… (contrairement à la plupart des parcs parisiens, à mon grand regret…)

Dublin #1 : petit tour en 10 points

Je vous ai suffisamment harcelés pour que ça ne vous ai pas échappé : j’ai été découvrir Dublin ! Ça a été un voyage vraiment formidable… J’y suis resté 3 jours (presque 4), j’en ai donc bien profité mais il me resterait encore beaucoup à faire si j’y retourne ! Voilà en vrac ce que j’en retiens.

Je vais commencer par évoquer les points plutôt négatifs (attention : j’ai fait un séjour de 3 jours, j’étais une touriste aux yeux émerveillés avec peu de sens critique. J’ai donc pu rater certaines informations et je n’ai pas de données chiffrées à fournir. Mais c’est mon ressenti. Et le résultat du partage de mes observations avec l’expérience de mon amie qui est là-bas pour un an.)

  1. Accessibilité : Tous les passages piétons sont équipés de signaux sonores pour les personnes malvoyantes ou aveugles.(ça c’est positif ! 🙂) En revanche, pour les personnes en fauteuil ou à mobilité réduite (comme moi) c’est pas top : les transports en commun ne sont pas très développés et chers (chaque ligne est gérée par une compagnie privée différente, donc pas d’abonnement groupé pour couvrir l’ensemble de la ville et le billet individuel est cher…) Les bus ne sont absolument pas accessibles aux fauteuils roulants (pour ça Paris est assez bien quand même !) Pour les trammways j’avoue ne pas avoir fait assez attention (il n’y a que 2 lignes et je ne l’ai pris qu’une fois.) Les transports étant chers nous avons beaucoup marché, heureusement la ville est majoritairement plate (et j’ai beaucoup dormi) !
  2. Écologie : Je l’ai dit les transports en commun sont chers… Ça n’encourage pas vraiment à leur utilisation : je ne les ai jamais vus bondés comme le métro ou le bus parisien. Ceci dit les Dublinois utilisent beaucoup le vélo… Il y avait pas mal de circulation de voitures aussi… (Mais je n’ai aucune idée de la population et du pourcentage.)
    Autre point noir : le recyclage n’est pas du tout encouragé non plus : pas de containers collectifs dans les rues et pour avoir des poubelles de recyclage chez soi il faut payer un abonnement !
  3. Gourmandise : C’est sûr je ne pourrais pas vivre en Irlande : ils ne savent pas faire du bon pain !! (Je ne suis pas restée suffisamment longtemps pour noter d’autres lacunes culinaires mais le pain c’est déjà énorme…)

Je râle beaucoup mais en vrai c’est une ville pleine de charme, j’ai adoré ! Sachez que :

  1. Le gaélique est encore beaucoup parlé, d’ailleurs c’est toujours une langue officielle. Je ne le savais pas mais ça ne pouvait pas m’échapper : toutes les informations sont écrites dans les 2 langues (Sachez-le : ce qui est dit ne ressemble pas à ce qui est écrit…)
  2. Beaucoup d’informations sont écrites au sol (pour les passages piétons, les lignes de métro à ne pas dépasser…), encore une fois dans les 2 langues, ça m’a beaucoup amusée.
  3. Les clichés ne sont pas tous mensongers : les Irlandais sont des grands consommateurs de bière et les pubs sont très nombreux.
  4. L’ambiance des pubs est vraiment très agréable, chouette, conviviale : les Irlandais sont vraiment sympathiques, ils aiment beaucoup raconter leur vie (ou s’en inventer une…)
  5. Contrairement aux pubs parisiens, il y a vraiment un grand mélange générationnel, il y a autant de jeunes que de vieux ! (et les vieux viennent parler aux jeunes…)
  6. Ajouter à cela l’ambiance sonore, dans plusieurs pubs des groupes de musiciens jouent de la musique traditionnelle (avec une vitesse et une agilité impressionnante… absolument pas altérée par les nombreuses bières descendues 😛)
  7. La Guiness (pression) c’est vraiment délicieux ! (ça c’est une excellente conclusion !)