Aide à la décision : sondage !

Bon, passons aux choses sérieuses, maintenant que j’ai passé ma soutenance et envoyé le dossier, j’ai du temps pour écrire (et DORMIR et faire la vaisselle et passer la serpillère et lire et ranger et aller à la piscine et aller voir des expos et … réviser pour mon dernier oral.)

Et donc je me retrouve avec une foultitude de brouillons entamés qui me plaisent tous autant les uns que les autres. Donc : un nouveau sondage. (après tout le dernier était en mars, c’est loin 😀 )

De quoi voudriez-vous que je parle ?

Nombre de réponse limité à 3, n’hésitez pas à ajouter un commentaire ou faire une suggestion.

 

Le temps passe sur la blogosphère…

3 ans.

WordPress, magnifique robot intelligent, m’informe que cela fait 3 ans -jour pour jour- que j’ai ouvert ce blog.

C’est assez fou. Je me rappelle de l’excitation mêlée d’un peu d’inquiétude que je 11664993_163157674188_2ressentais alors : est-ce que je vais avoir des choses à raconter ? Est-ce que ce sera vraiment intéressant ? (Parfois j’en doute mais d’autres posts ont bien marqué leur utilité… ça compense.) Est-ce qu’il va vraiment des gens qui vont s’arrêter et me lire ??? (Bah, 3 ans après il semblerait donc que oui…) Est-ce que je vais tenir sur la durée ? (3 ans c’est pas mal, je trouve et je n’envisage pas d’arrêter de sitôt…)

Quand j’ai ouvert ce blog il y a 3 ans je le concevais comme une sorte de journal intime ou plutôt carnet de bord (les choses vraiment intimes je les garde pour moi) qui serait interactif. Je comptais sur cette interactivité pour le faire durer, n’ayant jamais réussi à garder un journal intime actif  bien longtemps. Je crois que c’est assez réussi 🙂

dragons-loyalty-awardLe Dragon’s Loyalty Award prend encore plus de sens …

(Ça me fait drôle parce que la blogosphère c’est comme un grand cercle d’amis, mais avec l’avantage que quand l’un s’en va ça fait beaucoup moins mal que dans le monde réel…) (C’est drôle que ça soit su rapproché 🙂 )

Il y a 3 ans j’ouvrais ce blog sans vraiment savoir où ça me mènerait. Un journal intime interactif. Un endroit où raconter ma vie. LE truc que je ne sais pas faire en chair et en os : raconter ma vie. Parler de moi. Je voulais écrire, sans trop savoir quoi, m’exprimer sans trop savoir comment.

Ça fait 3 ans. 3 ans que je parle de moi et d’autres choses. De ce que je ressens, de ce que j’expérimente, de ce que je vis, de ce que j’aime ou pas…

Ça fait 3 ans que j’en reçois tous les effets inattendus : j’ai plus de confiance en moi, je sais mieux distinguer ce que j’aime ou pas, ce que je veux ou pas, j’ai guéri certaines blessures psychologiques par le seul poids des mots et enfin j’ai informé sur le handicap (l’IMC et la dyspraxie en particulier) et sur l’accessibilité.

3 ans. Et ça continue… csz84hpvthnf3cstsf-uk5cz8ji

N.B. : J’écris beaucoup en ce moment parce que je sais qu’avec les fêtes et les partiels je ne vais pas avoir beaucoup de temps à consacrer au blog jusqu’à la mi-janvier. Je sais que ça va me manquer, alors je me défoule… L’efficacité pour la suite reste à (é)prouver…

 

Dragon’s Loyalty Award

C’est très inattendu et surprenant et pourtant… Bulline m’a taguée pour le Dragon Loyalty Award. Merci Buline !

dragons-loyalty-award

Mais qu’est-ce donc que cela ? C’est une récompense pour les lecteurs les plus réguliers (loyaux donc) et en particulier les plus présents dans les commentaires…

Comment ça marche ? Au premier abord c’est plutôt simple, il faut : 

  • Poster l’Award sur son blog. (c’est simple et c’est fait 😉 )
  • Annoncer que l’on a gagné et mettre un lien vers la personne qui vous a nominé. (tout aussi simple et également fait !)
  • Présenter 6 blogs qui méritent l’Award et mettre un lien vers leur blog et leur faire savoir qu’ils ont reçu un Award. (ça c’est déjà plus compliqué, j’ai toujours du mal avec les nominations. Je n’ai pas envie de forcer la main. Pas sûre de trouver 6 nominations pertinentes…)
  • Écrire 7 choses intéressantes sur soi. (ça aussi c’est compliqué… « intéressantes » ça se définit comment ? Pas sûre d’avoir 7 trucs intéressants à vous apprendre !)

Donc, mes nominations :

  • AnnickAnnouck, ça me semble difficile de ne pas te nommer, tu es devenue une lectrice assidue et qui regrettait autrefois de ne pas oser commenter, tu t’es largement lancée et rattrapée depuis 😉 ! Nous avons plusieurs points communs et réflexions communes, donc forcément ses écrits (sur les états d’âme, la connaissance de soi, la confiance en soi, l’estime de soi…) m’inspirent beaucoup !
  • Le Souffleur de Mot, sans hésitation non plus, tu es également parmi ceux qui commentent le plus… Pour ceux qui ne connaissent pas encore aller voir ses magnifiques photos ! (d’ailleurs il fait aussi des vidéos parlant de la surdité maintenant, à découvrir aussi…)
  • Bibouman, tu n’hésites pas à commenter assez régulièrement aussi, c’est chouette ! 🙂 La réciproque est beaucoup moins vraie en revanche, autant en lecture qu’en commentaires, mais dernièrement son rituel de l’Avent a retenu mon attention ! (je viens de remarquer du coup qu’elle avait aussi été taguée par Buline… Bon, tant pis, je laisse quand même… Pas pour que tu recommences mais comme tu le dit si bien toi-même pour marquer que tes commentaires sont importants pour moi !)
  • Voilà trois personnes et je sèche… Pourtant j’ai des lecteurs très bien et très recommandables et j’ai des commentaires aussi, mais souvent c’est occasionnel, voire c’est quelqu’un de passage… Et puis j’ai plusieurs anciens lecteurs-commentateurs moins présents sur la blogosphère actuellement, donc il me semble que ça n’a pas grand sens de le nommer pour un tag… Et puis il y a plusieurs de mes lecteurs-commentateurs qui ne sont pas des pratiquants de tag, donc ça n’a pas grand sens non plus… Bref : trois personnes c’est bien, non ?
  • (Puis aussi il faut le dire, c’est injuste, Buline, fait partie de mes plus fidèles lecteurs-commentateurs… (Merci Buline !) Mais elle m’a nommée, si je la re-nomme on ne s’en sort plus ! :D)
  • J’en profite du coup : merci à tous ceux qui laissent des commentaires que ce soit fréquent ou occasionnel, j’apprécie vraiment beaucoup d’avoir tous vos retours !

Nous arrivons donc aux choses intéressantes sur moi. 7 choses intéressantes ! (C’est beaucoup !)

  1. Je ne sais pas, n’aime pas, parler de moi. Quand un ami me demande « Alors quoi de neuf ? » ou « Qu’est-ce tu as à me raconter ? » Je suis toujours bien embêtée… « Pas grand chose de bien intéressant en fait… » (Je suis exactement dans le même état d’esprit actuellement, voyez-vous ?)
  2. Je préfère très largement écouter. J’ai une grande grande grande capacité d’écoute. Même pour des trucs qui ne vous semblent pas intéressants. Même quand vous avez l’impression de saouler. En fait, absolument pas, j’adore écouter les gens raconter leur vie, leurs états d’âmes, leurs râleries du quotidien…
  3. Grâce à cette énorme capacité d’écoute j’étonne régulièrement mes amis proches en « devinant » leur pensée ou ce qu’ils sont sur le point de dire.  (la plupart du temps, pas toujours, heureusement que des fois je me trompe !!!) Parce qu’à force d’écouter et d’observer autant j’arrive à comprendre la manière dont ils réfléchissent.
  4. Je suis téléphono-phobique. C’est à dire que je repousse le plus possible les appels téléphoniques parce que cela me stresse énormément. (Mes parents sont LA SEULE exception). Je préfère communiquer de vive voix ou par écrit. Quand j’étais petite je détestais tout autant répondre, même à des proches, maintenant il y a du mieux : je rechigne à répondre quand d’autres peuvent le faire, sinon je réponds bien évidemment. (je pense pas que le mot existe mais la peur existe bel et bien, elle.)
  5. Je suis très émotivement sensible  : j’ai beaucoup de mal à réprimer des rires ou des pleurs. Je peux facilement me mettre à rire uniquement parce que mon camarade rit depuis quelques secondes et que je suis de bonne humeur, même si je ne sais absolument pas pourquoi. La plupart du temps je le vis très bien mais parfois c’est gênant…  (surtout qu’une fois que je suis lancée il est difficile de m’arrêter !)
  6. Mon plus grand péché-mignon c’est le chocolat noir. Donnez-moi du chocolat noir sous n’importe quelle forme, je suis heureuse !
  7. Jusque là c’est venu assez spontanément (même si je suis dubitative sur l’intérêt.) mais pour la septième j’ai séché longtemps. Finalement voilà : à cause de mon handicap je n’ai pas le droit au ski alpin et je suis une catastrophe en ski de fond (tenir debout ok mais tenir debout et glisser c’est trop me demander, sinon je peux glisser sur les fesses, c’est pas mal, mais alors sans les skis c’est un peu plus confortable quand même…) Bref ce n’est pas ça l’info intéressante. Ce que je voulais dire : j’ai eu la chance d’expérimenter le ski-fauteuil /fauteuil-ski (en duo / en tandem, c’est-à-dire que c’est un moniteur debout derrière moi qui conduit) et c’est vraiment génial, j’adore !! (j’espère en refaire un jour…)

    Ce n'est qu'un exemple, il existe des tas de modèles différents....

    Ce n’est qu’un exemple, il existe des tas de modèles différents….

Écrire la page qui se tourne et le remue-ménage

Voilà, les vacances d’été sont finies.

C’étaient probablement mes dernières grandes vacances. Après il y a les études, les stages et les boulots qui vont en prendre la place…

C’étaient probablement aussi mes dernières vacances en famille. Parce que la famille change. Bouge. Se disperse. C’est normal, c’est la vie, le temps qui passe et la transmission de génération en génération. J’aurais tort de critiquer, j’ai quand même été la première à partir…

Bref, c’était un été charnière. Mon enfance est définitivement derrière. Je rentre dans le monde des adultes. En fait j’y suis même déjà un peu… Mais je ne réalise pas… Je ne suis pas prête à travailler, à rendre des comptes, à me dire que je travaille pour les autres, que je vis sur ce que je gagne. J’en rêve (être véritablement autonome, décisionnaire et rendre service aux autres par mon travail) mais je ne veux pas. Il y a un fossé entre le rêve et la réalité. Qui me fait peur. Que je ne veux pas franchir, je ne sais même pas comment c’est possible… Et pourtant tout le monde le fait. Donc ça doit bien se faire. Si ça se trouve c’est même facile. Si ça trouve c’est comme le bac, on s’en fait un énorme film… et puis en fait, ça passe… C’est juste que je ne m’imagine pas « adulte qui travaille » dans ma tête je ne le suis pas, dans ma tête je suis toujours une petite fille dépendante… Heureusement le monde du travail ce n’est pas encore pour tout à fait tout de suite.

Bref, bref, bref, je suis partie très loin, je n’avais pas prévu d’écrire tout ça (mais maintenant que c’est là, ça va y rester)

Tout ça pour dire, donc, que c’est un été charnière qui vient de se terminer. Et que j’ai une année bien chargée en perspective (au niveau des études en particulier). Et que en ce moment on me demande beaucoup de me projeter et que j’ai du mal, et que je cogite à fond, et que ça se bouscule un peu. Moins que l’année dernière parce que je commence dans du positif (l’année dernière je devais redoubler, cette année j’entre en master) et que, mine de rien, j’ai muri et évolué pendant cette année de jachère. Je sais un peu mieux où j’en suis et ce que je veux. Et que mes cours semblent très intéressants. 

Mais quand même, je cogite et ça remue…

Et en fait, les pensées vont beaucoup plus vite que la parole ou l’écriture. Du coup c’est difficile d’écrire tout ce cafouillis. Difficile de prendre chaque pensée une à une pour y mettre de l’ordre. Difficile de mettre des mots sur un ressenti, une impression, une émotion.

Et du coup, je n’arrive pas à écrire, ni à lire d’ailleurs. Je n’arrive pas (d’ailleurs vous le voyez bien mon texte est tout décousu, avec plein de phrases commençant par « et » pour simuler un semblant de lien) et je n’ai pas vraiment envie non plus. J’ai la tête trop occupée pour ça et d’autres priorités.

Conclusion : ne vous inquiétez pas si je ne donne plus signe de vie, c’est juste une pause. Pause à durée indéterminée parce que je ne sais pas quand je retrouverais le temps et l’envie.

(Re)mise en page et dyspraxie

Je continue dans le partage de mon expérience de la dyspraxie visuo-spatiale.
Petit rappel avant de rentrer dans le vif du sujet : la dyspraxie c’est la difficulté -voire l’incapacité- à acquérir des automatismes gestuels. Pour la dyspraxie visuo-spatiale en particulier, c’est donc une difficulté -voire une incapacité- à automatiser/contrôler le « geste » (= mouvement) des yeux : difficulté à passer d’une ligne à l’autre, difficulté à passer d’un plan (cahier) à un autre (tableau), difficulté à se repérer dans un texte (pour retrouver une information et répondre à une question)
(Pour en savoir plus, j’en parle déjà ici, et encore ici)

[ Oh ! J’ai oublié de mettre ça dans mes petits bonheurs de mai !! J’ai réussi à expliquer mon handicap clairement et succinctement à des gens dans la vie réelle, face à face ! Je progresse là ! (« clairement et succinctement » : sans bredouiller et sans en raconter des tonnes, des détails qui les embrouilleraient et dont ils se fichent totalement…) Je vais rajouter ça de suite…]

Peut-être l’avez vous remarqué –ou peut-être pas il y quelque temps j’ai un peu changé la mise en page du blog. C’est quelque chose que je fais rarement parce que les remises en page de ce que je lis, généralement, je n’aime pas trop ça…

J’avais envie de changement. J’ai donc changé la palette de couleurs pour commencer. Ça c’est un changement qui me dérange pas trop. C’est déroutant comme tout changement, mais ça ne change pas la lecture en soi… Donc ça va. C’est un changement que je peux faire assez facilement (comme le changement de l’image en bannière.)

Mais là, j’avais envie d’un changement plus grand, comme un petit vent frais sur le blog. Alors j’ai envoyé du lourd : j’ai changé la place des informations dans les colonnes secondaires, ça vraiment c’est un gros changement : ça change la structure de la page, ça change les habitudes de lecture, en fait ça supprime toute habitude, facilité de navigation sur la page… ça bouleverse tous mes repères. Donc je n’aime pas ça généralement. Mais là j’avais envie de changement alors je l’ai fait, voilà.

Puis surtout pire encore : j’ai changé les polices d’écriture du texte ET du titre ! Ça c’est LE gros changement ! Parce que je veux une écriture qui soit jolie mais j’ai aussi besoin qu’elle soit lisible, des lettres pas trop petites et bien distinctes, parce que sinon c’est infernal. Trouver la bonne écriture, celle qui convenait à mon changement, jolie mais avec des lettres bien identifiables, n’a pas été chose aisée. D’ailleurs j’ai même failli renoncer. Parce que des écritures qui sont belles y en a des tas, mais elles ne sont pas toujours bien lisibles… Et puis, grand problème : même si l’écriture est bien dans les faits, j’ai du mal à en être sûre, parce que mes yeux (mon cerveau, ma tête, mon esprit…bref) ont du mal à s’acclimater à cette nouvelle écriture, il y a toujours un petit moment de flottement… Alors imaginez quand en plus je veux en comparer plusieurs à la chaîne ! Puis en plus, pour faire les choses bien simplement j’ai changé les 2 écritures ! Bref ce soir là j’étais un peu folle… 😀

Mais finalement quelques semaines après je peux le dire, je l’aime bien comme ça, j’ai fait de bons choix (et si je décidais de revenir à la mise en page d’avant, je serais de nouveau perturbée tout pareil, il faudrait encore me ré-habituer… De toute façon pas de risque, celle-ci me plaît et je ne me rappelle déjà plus comment c’était avant ! 😀)

J’avoue, la transition a été finalement assez facile, parce que je vois plus souvent à mon blog au travers de mon espace d’écriture, où tout est lisse, standard (d’ailleurs merci wordpress, la police du brouillon est super pour moi !!!), je ne vois la mise en page publique (celle que vous lisez, celle que j’ai changé) qu’occasionnellement, quand je vérifie l’aspect de l’article avant de le publier …

Alors pourquoi j’en fais tout un foin ???

D’abord parce que même si c’est occasionnel, ça m’a quand même perturbé un peu… Parce que pour vous c’est peut-être pas grand chose, que vous avez vite oublié ou même pas remarqué, mais pour moi ça a vraiment été un grand changement…(et j’ai passé beaucoup de temps à me décider pour la police d’écriture…)

Ensuite à cause de mon empathie 😉 On m’a toujours dit « ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas que l’on te fasse » or j’ai horreur des changements de mise en page des revues ou journaux que je lis… Et puis je me dis que si moi -dyspraxique- je ne me soucie des autres dyspraxiques, si je ne me rends pas accessible alors que je sais ce qu’ils peuvent vivre, comment je peux attendre des autres qu’ils le fassent ? Bref, du coup je pense à vous pauvres lecteurs et je rechigne à bouleverser vos habitudes.

Et ensuite parce que c’est révélateur de comment je vis les changements de mise en page.  C’est d’ailleurs tout simplement révélateur de l’importance de la mise en page. Quand petite, j’ai choisi mon abonnement à une revue la mise en page à pesé dans mon choix. J’en ai écarté une dont le contenu me plaisait mais dont la présentation était trop « fouillis » pour que je m’y retrouve… J’avais par conséquent tellement de mal à la lire que je n’y prenais pas plaisir (en tout cas pas autant que j’aurais pu avec une autre mise en page) Je prenais un abonnement pour me distraire pas me fatiguer !

Quand une revue ou un journal que je lis change de mise en page, ça me perturbe tellement que quel qu’il soit c’est forcément moins bien qu’avant ! (alors que si ça trouve c’est plus lisible en fait …)