Questionnaire de Flow : 102 à 122

102) Quelle est la couleur dominante dans votre garde-robe ?
Probablement marron (et ses nuances.), j’ai aussi pas mal de bleu, et de nuances autour du rouge et du violet (en passant par le rose framboise que j’aime beaucoup.) En bref, j’ai une garde robe assez colorée (parce que j’ai aussi du vert, du jaune et même du orange…)

103) Profitez-vous à fond de chaque jour ?
Euh… (Qui peut répondre OUI sans sourciller une seconde ?) J‘essaie, mais évidemment, certains jours c’est moins facile que d’autres.

104) Admettez-vous facilement vos erreurs ?
Ahah, j’aimerais bien, mais je crois que non.

105) Quelles choses vous donneraient envie de rester enfant ?
Ne pas avoir à s’occuper de paperasse, ne pas avoir à téléphoner.

106) Pouvez-vous vous passer d’Internet pendant une semaine ?
Oui (en vacances, pendant l’année scolaire, non.)

107) Qui vous connaît le mieux ?
Moi. Même si j’ai certaines lacunes (j’ai du mal à voir mes qualités et la conscience de mon corps c’est pas tout à fait ça), ça reste moi qui aie la meilleure visibilité sur toutes mes facettes.

108) Quelle tâche ménagère trouvez-vous la moins ennuyeuse ?
La cuisine. J’aime ça, je trouve même ça assez relaxant. Le problème, c’est la vaisselle qu’il faut faire après, ça par contre je déteste…

109) Avez-vous déjà été déçu par une personne ?
Oh oui, des tas. Souvent des personnes que je croyais être des amis et qui ne l’étaient pas.

110) A quoi ressemble une journée parfaite pour vous ?
Avec du soleil et du vent, quelques obligations (notamment le matin pour m’obliger à sortir du lit) et un minimum de temps libre.

111) Êtes-vous fière de vous ?
Plutôt oui. Mais il y a quelques parts d’ombre, évidemment et heureusement.

112) Quel talent inutile possédez-vous ?
Euh… Aucune idée. (Mettre de la couleur dans mes articles de blog ?)

113) Y a-t-il des problèmes en suspens dans votre vie ?
Mon problème actuel c’est l’attente des résultats scolaires (mi-juillet) pour savoir ce que je fais l’an prochain. C’est pas un très gros ploblème, ça va 🙂

114) Pourquoi buvez-vous ou ne buvez-vous pas d’alcool ?
J’en bois par goût, pour partager aussi. Mais je suis loin de considérer ça comme obligatoire ou nécessaire pour s’amuser.

115) Quel genre de choses vous rend heureux ?
La météo, la nourriture, les sourires et rires, les moments suspendus, ma famille, mes amis… Cette liste est super longue ! Cf mes Petits bonheurs.

116) Avez-vous regardé les nuages aujourd’hui ?
Oui (en fait c’est pas difficile, il n’y a que ça, il suffit donc de regarder le ciel…)

117) Quel mot utilisez-vous trop souvent ?
à l’écrit je qualifie beaucoup de choses d »importantes ». A l’oral, je ne vois pas…

118) Aimez-vous être sous les feux de la rampe ?
Non !!!

119) A quoi devriez-vous consacrer plus de temps ?
Mon ménage (pas plus de temps mais plus régulier…)

120) Pensez-vous que les gens sont foncièrement bons ?
Oui. Sauf que ça peut se gâter assez « facilement » dès le début.

121) Faites-vous passer le travail avant l’amour ?
Oui (trois fois oui.)

Sachant que pour 20 questions je n’ai pas mis une seule fois la même couleur mais qu’elles sont toutes belles et bien choisies, je confirme mon talent inutile 🙂

Publicités

Questionnaire de Flow : 92 à 101

92) A qui envoyez-vous le plus de SMS ?
Je ne sais pas.

93) Dites-vous plus souvent oui ou non ?
Oui. Et même si je sais que j’arrive à dire non plus souvent qu’actuellement, la majorité restera toujours au oui. Parce que je pense que dire oui c’est  aussi une manière d’accepter ce qui arrive, de saisir les occasions et d’avoir un regard plus positif.

94) Aimez-vous être seul ?
Oui, les moments seuls me sont vitaux pour avoir des moments de paix, seulement face à moi-même. Mais j’ai aussi besoin de voir régulièrement des gens pour ne pas dépérir. (Le besoin de solitude est majoritaire dans l’absolu. J’ai simplement besoin de voir un ami ou une amie pour discuter deux/trois fois par semaine et sortir pour voir des gens (même inconnus) minimum une fois tous les deux jours.

95) Que feriez-vous si vous n’aviez pas besoin de travailler ?
Je ferais du bénévolat (dans le domaine de l’éducation ou de la culture) pour des populations défavorisées ou marginalisées. Et je ferais plein plein PLEIN de voyages, dans toutes les parties du monde.

96) Êtes-vous un bon conducteur ?
Je n’ai pas le permis. (Je ne m’imagine pas bonne conductrice puisque je suis très « mono-tâche ».)

97) Avez-vous besoin que les gens vous apprécient ?
Plutôt oui. Enfin, j’ai besoin d’avoir un minimum de gens qui m’apprécient dans mon entourage. Après pas besoin que TOUS m’apprécient (une ou deux personnes suffisent amplement), je suis très capable d’ignorer superbement ceux-qui ne m’apprécient pas tout en gardant les contacts nécessaires à la vie en société (pour travailler par exemple…)

98) Qu’auriez-vous du faire de différent dans votre vie amoureuse ?
Pour l’instant tout va très bien, merci !

99) Quand vous sortez le soir, que préférez-vous faire ?
Mais le soir il y a plein de choses bien à faire ! Pas seulement une seule : déambuler (un peu, au-delà d’une heure et demi/ deux heures, c’est trop…) dans les rues de Paris, aller au cinéma ou au théâtre ou à l’opéra, se poser en terrasse pour boire une bière, un thé ou un chocolat.

100) Avez-vous jamais enfreint la loi ?
Certainement. Du genre prendre un transport sans ticket (mais je n’ai pas dû le faire souvent car je suis très honnête et que ça me stresse beaucoup trop) ou n’être pas attachée en voiture sur un trajet de 10 minutes à 20km/h en campagne.

101) Votre signe astrologique correspond-il à vos traits de caractère ?
Je ne crois pas du tout à ces choses-là, mais ça me fait beaucoup rire… Voyons donc…
je suis Poisson. Ce site dit :

Le caractère du Poissons : c’est le dernier signe de l’horoscope. Il symbolise le nouveau commencement. Mais comme il ferme le cercle, il se présente comme le signe de l’éternité, de la réincarnation et de la renaissance spirituelle.

Le Poisson est quelqu’un de loyal, de désintéressé et il très généreux. (oui) Le Poisson est une personnalité sensible, ce qui explique sa grande tolérance. Il peut être toujours à l’écoute des autres, allant même jusqu’à se sacrifier pour eux. Très compréhensif, son caractère le pousse ouvert à venir en aide aux autres. (oui toujours) Il éprouve le désir de les consoler, de les réconforter et veut même guérir tout le monde. (non, je me sens très nulle pour réconforter…) Il n’aime pas l’agressivité. (oui) Une des qualités du Poisson est qu’il peut s’adapter à toutes les situations et aux gens. C’est un être ouvert mais discret. (oui) Il aime respecter son entourage (ah, je vois pas ce que ça veut dire…).
Mais le natif de ce signe est aussi un être qui ne se confie pas facilement. Il n’extériorise pas facilement non plus ses sentiments. Il est timide (oui) et orgueilleux. (loupé ! et puis, euh, je croyais qu’il était généreux ?) C’est aussi un pessimiste et a tendance à se laisser aller à la tristesse, à la mélancolie. (non, non, non !) Le Poisson a pour habitude d’accaparer la conversation, ne laissant pas aux autres le temps de parole. Mais son art de parler compense fort bien l’ennui de ses interlocuteurs. (Je vois pas trop comment il font coïncider la grande capacité d’écoute précédemment citée et l’accaparement de la conversation… Et l’occurrence chez moi c’est non. Et pour l’art de parler on repassera, j’ai de la répartie par de courtes phrases mais certainement pas des longs discours !) Le plus grand défaut du Poisson est qu’il manque de confiance en lui. (Ah, ça… Oui.) Le signe du Poisson est également régi par le mysticisme et les rêves. (le mysticisme je sais pas trop, mais les rêves… oui !)

Bon, ça m’amuse énormément… (Comment noyer le poisson –ahahah– pour dire tout et son contraire !) Donc, voyons ce que ça donne avec celui-ci :

Le profil de la femme Poissons
La femme Poissons est une petite sirène attendrissante (hmm, hmm, ok…) et rêveuse (oui d’accord, c’est vrai et on nous l’a déjà dit, merci) qui inspire les poètes (ahah J’ai une belle chanson écrite à partir de mon prénom, ça compte ?). Elle a un grand sens artistique et créatif (oui ça d’accord), et cherche un esthétisme inédit. (Ah.. euh, ça veut dire quoi ?) Quel que soit le domaine, elle se laisse influencer par toutes les tendances et les courants qu’elle croise (il est vrai que je suis très influençable) et elle les mélange pour créer une nouveauté, la sienne. (si seulement…) Ainsi ses relations familiales, amicales ou amoureuses ne sont jamais banales.(ah bon ? Mes relations familiales vont très bien, merci. Ok mes amies sont un peu barrées… Décidément y a un problème avec l’Amour aujourd’hui !) De même, ses goûts hétéroclites donnent un mélange d’influences intéressant. (Si ce n’était pas du grand blabla, ça serait probablement vrai dans le fond…) La femme Poissons calque aussi sa manière de penser au fil de ses rencontres et assemble entre elles plusieurs philosophies de vie.(Il est vrai que j’ai peu d’opinions arrêtées et que je suis très influençable -on se répète un peu là…- MAIS ma philosophie de vie est arrêtée depuis bien longtemps, elle. Elle s’enrichit probablement de mon vécu, certes, mais ce n’en est qu’une forme un tout bien harmonieux. Si si.)Elle aime méditer, réfléchir sur ce qui l’entoure, et garde toujours l’esprit ouvert. (Ah ça, oui !) Ce mode de fonctionnement fait de la native une personne surprenante et troublante(ahah, on ne m’avait encore jamais dit ça !) mais parfois déraisonnable (euh, ça non plus, même plutôt l’inverse…) et influençable (oui, ok, on avait compris). Elle peut aussi se montrer orgueilleuse et capricieuse, quand elle se sent bloquée dans un projet ou attaquée. (alors là, certainement pas !) La femme Poissons est sensible, indulgente et ne juge jamais ses amis car elle est respectueuse de la liberté de chacun. (oui oui oui.) Elle ne cherche en aucun cas à contrôler les univers qui ne sont pas les siens, seulement à les comprendre. (hmm, c’est un peu perché -je crois pas être très mystique comme ils disaient au-dessus…- mais si on veut…)

(J’arrive à bout de la première centaine de questions, il en reste encore 209… ça va durer encore longtemps 😀)

Questionnaire de Flow : 56 à 72

(Aujourd’hui c’est un gros morceau, je l’ai écrit petit à petit avant de me décider à finaliser la mise en forme pour le publier.)

56) Pourquoi avez-vous choisi le travail que vous faites actuellement ?
Je transforme la question : Pourquoi j’ai choisi les études que je fais actuellement ?
J’en ai déjà parlé plusieurs fois ici : l’enseignement proposé par cette école m’attirait beaucoup, il était à la croisée de plusieurs domaines qui m’intéressaient. Et j’ai continué dans cette école après le premier cycle (équivalent de la licence) parce que en y étudiant j’y ai découvert des métiers qui me plaisaient et le deuxième cycle était la suite logique pour y arriver.

57) Quels films préférez-vous regarder à la maison plutôt qu’au cinéma ?
Au premier abord j’ai eu envie de répondre aucun, le cinéma c’est trop bien. Mais en fait, il y a quand même des films que je ne paierais pas pour aller les voir au cinéma mais que je regarde avec plaisir quand ils passent à la télé : j’appellerais ça les films « divertissants » (certains films d’action, certains films à l’eau de rose : les acteurs / le scénario / le tournage ne sont pas forcément excellents mais ça fait passer un bon moment) et aussi les films très très commerciaux que je n’ai pas envie d’enrichir davantage  en allant au ciné.

58) À quel point vos jugements sont-ils indulgents ?
Je suis généralement très (parfois sûrement trop) indulgente. Je pense toujours qu’il peut y avoir derrière ce que je juge une raison que je ne connais pas (un handicap, un travail difficile, un quotidien compliqué, une journée pourrie…) et que le moment X que je vois n’est forcément représentatif. Mais il y a quand même certains domaines où je le suis beaucoup moins : l’orthographe par exemple, la curiosité gustative aussi (ne pas manger que pâtes-jambon.) Et les jugements sur moi-même ne sont pas du tout indulgents, au contraire.

59) Dormez-vous bien ?
Oui, j’ai cette grande chance, même quand je suis stressée je dors bien (dans ce cas le plus difficile est de s’endormir mais ça arrive toujours et après tout marche comme sur des roulettes.)

60) Quelle est votre dernière découverte ?
Question difficile : découverte à quel niveau ? Niveau gustatif j’ai découvert le poulet cuit à la vapeur froid c’est super bon ! (par contre chaud j’aime moins.) Niveau pro j’ai découvert le métier d’iconographe (enfin j’en avais déjà entendu parler avant mais là j’ai eu une présentation beaucoup plus complète qui m’a fait vraiment découvrir le métier.) Niveau études j’ai découvert des cursus très intéressants pour ce métier…. à Lyon (et quelques uns à Paris aussi).

61) Croyez-vous à la vie après la mort ?
Hmmm encore une question difficile. Oui j’y crois fermement. Une vie physique je ne sais pas (j’ai du mal à apréhender le concept de « résurrection de la chair » … je suis une mécréante 😉 ) mais spirituelle clairement oui.

62) Êtes-vous en colère contre quelqu’un ? Si oui, qui ?
Il y a quelques jours j’aurais dit « contre moi-même » mais ça va mieux. Et du coup, actuellement : non.

63) Prenez-vous souvent les transports en commun ?
Oui, minimum deux fois par jour en semaine (il est fréquent que je ne sorte pas le dimanche ou alors juste pour marcher.)

64) Qu’est–ce qui vous a causé le plus de chagrin ?
Et encore. Je ne sais pas. La mort de N. peut-être. Ou le divorce des parents de C. Ou le constat que je ne partageais plus rien avec C. qui était pourtant ma meilleure amie d’enfance (cette-même C.)

65) Êtes-vous devenu ce que vous vouliez être quand vous étiez enfant ?
Quand j’étais petite enfant (vers 4/5 ans je pense) je voulais être dresseuse de dauphin ou boulangère. Bon, c’est pas le cas. Mais quelques années plus tard j’avais dans l’idée d’être jardinier (pas le cas non plus mais je n’abandonne pas l’idée de remplir mon chez moi de plantes) ou archéologue ou bibliothécaire. Je m’en approche je crois ! Et puis si je sors du domaine des études, enfant je voulais devenir autonome, ça j’ai réussi !

66) Quelle chanson vous donne envie de danser toute la nuit ?
Je suis pas très danse… Du coup rien ne me vient…

67) Quel trait de caractère appréciez-vous vraiment chez un proche ?
La tolérance / l’ouverture d’esprit.

68) Quel a été votre plus gros achat ?
Mon ordinateur, acheté grâce à un gros chèque reçu pour mes dix-huit ans.

69) Donnez-vous une seconde chance aux gens ?
Oui beaucoup (l’indulgence tout ça…) parfois même une troisième, mais alors ce n’est généralement pas une bonne idée….

70) Avez-vous beaucoup d’amis ?
Non. Enfin, si je compte mes amis actuels – par « amis j’entends personne à qui je suis prête à me confier et que je sais qu’ils me répondront si je demande de l’aide – j’arrive à 13. Ce qui est plutôt pas mal. Mais, pour une raison que je ne comprends pas mes relations amicales ne durent jamais dans le temps. Je ne parle plus à mes amis du lycée ni à mes rares amis du collège, encore moins à ceux de primaire… Sur les 13 : j’en ai connu une au lycée, 10 depuis mon bac (à l’école ou au foyer étudiant), et deux cette année (à l’école.) J’ai l’espoir que mes amis post-bac résistent au potentiel déménagement… On verra.

71) Quel mot vous fait grincer des dents ?
L’expression « si j’aurais » pour la grammaire et tous les mots insultants utilisés contre une personne (dans le but d’insulter) pour le sens…

72) Avez-vous déjà eu le coup de foudre ?
Non.

Liebster Award

J’ai été nommée pour le Liebster Award.  Après avoir un peu hésité j’ai décidé de répondre parce que ça fait partie du jeu et parce que c’est un bon exercice… Merci Maman de Plume !

J’ai découvert son blog très récemment, j’aime beaucoup, c’est très varié et elle a une belle écriture (oserais-je dire « une belle plume »…)

logo_liebster-award-1

C’est parti. Je commence par 11 choses sur moi que vous ne savez pas…

  1. J’ai toujours un sentiment ambivalent face à ces nominations, ça me touche et me flatte qu’on pense à moi mais ça me gêne d’avoir à me révéler…
  2. C’est comme les photos : je me trouve toujours moche en photos et sur le moment je dis « nooon », mais si je n’apparais pas dans un dossier photos (après un voyage, un mariage…) ça va me vexer. (Bizarre et compliquée, moi ? Noooon !)
  3. J’ai une passion pour les sacs, j’en ai plein de différents et je pourrais en acheter encore. (Puis, en plus, il y a même des gens qui ont l’idée de m’en offrir ! On se demande pourquoi…)
  4. Idem pour les pulls et gilets, ma première cible d’achats lors des soldes.
  5. Idem pour les écharpes et foulards, j’aime en avoir des plus ou moins chauds de différentes couleurs pour que ça se marie bien avec ma tenue.
  6. En revanche, je n’ai pas beaucoup de paires de chaussures (une paire qui sert quotidiennement avec mes attelles + pour les 30 % de temps restant : une autre paire de chaussures fermées pour l’hiver, une paire de ballerines (mais avec un élastique ou une sangle sinon mon pied sort), une paire de sandales pour l’été et enfin une (deux actuellement) paires de chaussures plus chics pour les fêtes et grandes occasions.) (Ce qui fait quand même 4/5 paires pour un temps réduit…)
  7. Je suis en train de développer une passion pour les couvre-chefs aussi : bonnets, chapeaux, casquette gavroche… (mais c’est encore à l’état d’embryon et de réflexion pour l’instant. Je me retiens beaucoup dans les magasins parce que c’est dur à porter un chapeau je trouve. Je veux dire : ça attire beaucoup l’attention…)
  8. Au collège je vous aurais dit « je ne suis pas très bijoux » depuis  ça a un peu évolué : je me suis d’abord mise aux bracelets (à accorder à la tenue) puis j’ai eu des boucles d’oreilles. Maintenant j’ai de plus en plus de colliers (que je ne mets pas souvent mais quand même), je porte moins de bracelets mais toujours une paire de boucles d’oreilles.
  9. Avant même de me mettre aux bijoux, je portais toujours une montre, c’est toujours le cas aujourd’hui et je trouve que déjà la montre c’est une très belle « décoration » pour le poignet. C’est le bijou de base. (En 2° position : les boucles d’oreilles.)
  10. J’ai eu un bracelet brésilien qui a duré très très longtemps, il a peu à perdu toute ses couleurs mais je l’ai laissé jusqu’à ce qu’il devienne trop petit…
  11. J’aime beaucoup cuisiner mais il me manque un four (pas le droit dans ma résidence) je découvre en ce moment l’étendue des possibilités au cuit-vapeur, un jour peut-être je ferais un gâteau !

Passons aux questions de Maman Plume maintenant.

  1. Qu’est ce qui t’a décidé à écrire un blog ? Je lisais de plus en plus de blogs, à la fois mi-attirée par l’idée d’écrire et d’être lue (contrairement à mon journal de bord… qui est intime :-D) mi-inquiète sur l’intérêt réél de ce que je pourrais écrire. Un jour j’ai lu plusieurs articles (sur des blogs différents) qui ont fait écho et m’ont donné envie de réagir plus longuement que par un commentaire. J’ai décidé de sauter le pas et d’essayer. Car qui  ne tentes rien, n’as rien…. On voit où ça m’a menée… 😀
  2. A choisir, préfères-tu le tutoiement ou le vouvoiement ? Sur la blogosphère clairement je préfère le tutoiement, ça me vient beaucoup plus naturellement. Au quotidien en revanche, je ne sais pas trop. J’ai été éduquée avec l’idée qu’on vouvoyait par politesse, l’habitude est restée.
  3. Qu’est ce que tu aimes chez toi ? Sans hésitation, mes cheveux, ils sont parfaits. Ils sont beaux naturellement (si un matin j’ai la flemme, un coup de brosse rapide suffit), ils sont dociles face aux coiffures variées que je souhaite leur imposer, ils répondent favorablement à tous les soins que je leur prodigue et me déçoivent rarement. Parfaits, je vous dis.
  4. Bonbons ou chocolat ? Chocolat. Définitivement.
  5. Quel est ton métier rêvé ? Quand j’étais petite je voulais faire jardinière ou boulangère ou archéologue. Puis je suis passée par à peu près tous les métiers littéraires existants. Mon grand fantasme (mais qui ne se réalisera jamais) reste relieuse ou restauratrice de livres anciens.
  6. Et ton métier réel ? Pour l’instant aucun, je suis étudiante en M1 à l’École du Louvre.
  7. Quel est ton plat préféré ? Question difficile… En dessert la mousse au chocolat, ça c’est sûr (même si…la tarte tatin, les îles flottantes, la charlotte de fruits rouges, la reine de Saba et sa crème anglaise, le gâteau à l’orange…) Mais en plat salé … Les tagliatelles faites maison aux champignons ? Le boudin aux pommes ? La soupe de potimarron ? Les ravioles ? Les quenelles ? (je m’arrête là mais je suis sûre qu’en creusant un peu…)
  8. Jupe ou pantalon ? Je porte un pantalon 97 % du temps. Je porte une jupe : lors des fêtes, parfois pendant le week-end quand je ne sors pas de chez moi, parfois l’été quand il fait vraiment chaud. (Je suis très difficile en jupes. En soit, j’aime bien les jupes dans les catalogues… mais sur moi ça n’est jamais pareil, ça ne me va pas…)
  9. Le livre qui a changé ta vie ? Le Comte de Monte-Cristo. (oui, je le ressors un peu partout au cas où vous ne le sauriez pas encore…)
  10. Ta prochaine destination de vacances ? Je n’y ai pas encore réfléchi… ça me paraît loin. Peut-être bien le sud-ouest de l’Hexagone.
  11. Au camping est-ce que tu prends le rouleau complet pour aller aux toilettes ou quelques feuilles dans la poche au risque qu’il t’en manque au moment fatidique ? Tout dépend si c’est pour la petite commission (quelques feuilles) ou la grosse (le rouleau.) Quelle élégance … (en même temps la question…)

Alors, là j’arrive à la partie du tag que je n’aime pas : nommer des gens. Or sur le blog j’aime pas = je fais pas. Donc, je ne fais pas. MAIS si certains de mes lecteurs sont motivés, j’ai quelques questions en tête quand même 😉 NB : normalement je devrais nommer des blogs de moins de 200 abonnés (le but du liebster award étant de faire connaitre des blogs peu connus.) Je ne pense pas que j’ai beaucoup de lectures qui dépassent cet audimat…

Mes questions :

  1. Une question égocentrique pour commencer : comment as-tu découvert mon blog ? (si c’est un tag, te rappelles-tu lequel ? )
  2. Si tu gagnes au loto que fais-tu de l’argent ?
  3. Si tu pouvais (tu as le temps et l’argent) visiter un pays / une ville l’été prochain, lequel ce serait ?
  4. Est-ce que tu as déménagé ? Combien de fois ?
  5. Est-ce que tu as déjà changé de travail ? Combien de fois ? (en dehors des simples mutations, plutôt dans le sens « réorientation professionnelle »)
  6. Est-ce que ton travail correspond peu ou prou aux débouchés des études que tu as faites, du projet que tu avais alors ?
  7. Je sors des questions sur le travail (ça sent la réflexion intense, non ? 😉 ) mais pour une question pas moins sérieuse : Comment te comportes face aux élections (françaises) qui arrivent ? (Tu votes par conviction, tu n’es pas convaincue mais votes pour échapper au désastre, tu veux voter pour échapper au désastre mais tu ne sais pas qui, tu ne votes pas… Tu n’y réfléchis pas ça te déprime, tu poses ton joker ton vote est personnel et ne regarde que toi -une des premières choses que mes parents ont dû m’apprendre sur le vote-… J’en oublie certainement ! )
  8. Quelle valeur est primordiale aujourd’hui dans ta vie ? (La valeur qui prime sur tout le reste, qui influe tes décisions, ex : l’argent, la famille, etc)
  9. Que voudrais-tu apprendre de nouveau en 2017 ? (tricot, couture, une langue, cuisiner, etc.)
  10. Y a -t-il un musée que tu affectionnes particulièrement ?
  11. Quel site historique / patrimonial recommanderais-tu ?

Voilà voilà 🙂 (Si tu n’as pas de blog, tu peux toujours répondre en commentaire !) J’ai essayé de relever le niveau d’optimisme et de joie des dernières questions, j’espère que tu as apprécié !

Écrire la page qui se tourne et le remue-ménage

Voilà, les vacances d’été sont finies.

C’étaient probablement mes dernières grandes vacances. Après il y a les études, les stages et les boulots qui vont en prendre la place…

C’étaient probablement aussi mes dernières vacances en famille. Parce que la famille change. Bouge. Se disperse. C’est normal, c’est la vie, le temps qui passe et la transmission de génération en génération. J’aurais tort de critiquer, j’ai quand même été la première à partir…

Bref, c’était un été charnière. Mon enfance est définitivement derrière. Je rentre dans le monde des adultes. En fait j’y suis même déjà un peu… Mais je ne réalise pas… Je ne suis pas prête à travailler, à rendre des comptes, à me dire que je travaille pour les autres, que je vis sur ce que je gagne. J’en rêve (être véritablement autonome, décisionnaire et rendre service aux autres par mon travail) mais je ne veux pas. Il y a un fossé entre le rêve et la réalité. Qui me fait peur. Que je ne veux pas franchir, je ne sais même pas comment c’est possible… Et pourtant tout le monde le fait. Donc ça doit bien se faire. Si ça se trouve c’est même facile. Si ça trouve c’est comme le bac, on s’en fait un énorme film… et puis en fait, ça passe… C’est juste que je ne m’imagine pas « adulte qui travaille » dans ma tête je ne le suis pas, dans ma tête je suis toujours une petite fille dépendante… Heureusement le monde du travail ce n’est pas encore pour tout à fait tout de suite.

Bref, bref, bref, je suis partie très loin, je n’avais pas prévu d’écrire tout ça (mais maintenant que c’est là, ça va y rester)

Tout ça pour dire, donc, que c’est un été charnière qui vient de se terminer. Et que j’ai une année bien chargée en perspective (au niveau des études en particulier). Et que en ce moment on me demande beaucoup de me projeter et que j’ai du mal, et que je cogite à fond, et que ça se bouscule un peu. Moins que l’année dernière parce que je commence dans du positif (l’année dernière je devais redoubler, cette année j’entre en master) et que, mine de rien, j’ai muri et évolué pendant cette année de jachère. Je sais un peu mieux où j’en suis et ce que je veux. Et que mes cours semblent très intéressants. 

Mais quand même, je cogite et ça remue…

Et en fait, les pensées vont beaucoup plus vite que la parole ou l’écriture. Du coup c’est difficile d’écrire tout ce cafouillis. Difficile de prendre chaque pensée une à une pour y mettre de l’ordre. Difficile de mettre des mots sur un ressenti, une impression, une émotion.

Et du coup, je n’arrive pas à écrire, ni à lire d’ailleurs. Je n’arrive pas (d’ailleurs vous le voyez bien mon texte est tout décousu, avec plein de phrases commençant par « et » pour simuler un semblant de lien) et je n’ai pas vraiment envie non plus. J’ai la tête trop occupée pour ça et d’autres priorités.

Conclusion : ne vous inquiétez pas si je ne donne plus signe de vie, c’est juste une pause. Pause à durée indéterminée parce que je ne sais pas quand je retrouverais le temps et l’envie.