Questionnaire de Flow : 102 à 122

102) Quelle est la couleur dominante dans votre garde-robe ?
Probablement marron (et ses nuances.), j’ai aussi pas mal de bleu, et de nuances autour du rouge et du violet (en passant par le rose framboise que j’aime beaucoup.) En bref, j’ai une garde robe assez colorée (parce que j’ai aussi du vert, du jaune et même du orange…)

103) Profitez-vous à fond de chaque jour ?
Euh… (Qui peut répondre OUI sans sourciller une seconde ?) J‘essaie, mais évidemment, certains jours c’est moins facile que d’autres.

104) Admettez-vous facilement vos erreurs ?
Ahah, j’aimerais bien, mais je crois que non.

105) Quelles choses vous donneraient envie de rester enfant ?
Ne pas avoir à s’occuper de paperasse, ne pas avoir à téléphoner.

106) Pouvez-vous vous passer d’Internet pendant une semaine ?
Oui (en vacances, pendant l’année scolaire, non.)

107) Qui vous connaît le mieux ?
Moi. Même si j’ai certaines lacunes (j’ai du mal à voir mes qualités et la conscience de mon corps c’est pas tout à fait ça), ça reste moi qui aie la meilleure visibilité sur toutes mes facettes.

108) Quelle tâche ménagère trouvez-vous la moins ennuyeuse ?
La cuisine. J’aime ça, je trouve même ça assez relaxant. Le problème, c’est la vaisselle qu’il faut faire après, ça par contre je déteste…

109) Avez-vous déjà été déçu par une personne ?
Oh oui, des tas. Souvent des personnes que je croyais être des amis et qui ne l’étaient pas.

110) A quoi ressemble une journée parfaite pour vous ?
Avec du soleil et du vent, quelques obligations (notamment le matin pour m’obliger à sortir du lit) et un minimum de temps libre.

111) Êtes-vous fière de vous ?
Plutôt oui. Mais il y a quelques parts d’ombre, évidemment et heureusement.

112) Quel talent inutile possédez-vous ?
Euh… Aucune idée. (Mettre de la couleur dans mes articles de blog ?)

113) Y a-t-il des problèmes en suspens dans votre vie ?
Mon problème actuel c’est l’attente des résultats scolaires (mi-juillet) pour savoir ce que je fais l’an prochain. C’est pas un très gros ploblème, ça va 🙂

114) Pourquoi buvez-vous ou ne buvez-vous pas d’alcool ?
J’en bois par goût, pour partager aussi. Mais je suis loin de considérer ça comme obligatoire ou nécessaire pour s’amuser.

115) Quel genre de choses vous rend heureux ?
La météo, la nourriture, les sourires et rires, les moments suspendus, ma famille, mes amis… Cette liste est super longue ! Cf mes Petits bonheurs.

116) Avez-vous regardé les nuages aujourd’hui ?
Oui (en fait c’est pas difficile, il n’y a que ça, il suffit donc de regarder le ciel…)

117) Quel mot utilisez-vous trop souvent ?
à l’écrit je qualifie beaucoup de choses d »importantes ». A l’oral, je ne vois pas…

118) Aimez-vous être sous les feux de la rampe ?
Non !!!

119) A quoi devriez-vous consacrer plus de temps ?
Mon ménage (pas plus de temps mais plus régulier…)

120) Pensez-vous que les gens sont foncièrement bons ?
Oui. Sauf que ça peut se gâter assez « facilement » dès le début.

121) Faites-vous passer le travail avant l’amour ?
Oui (trois fois oui.)

Sachant que pour 20 questions je n’ai pas mis une seule fois la même couleur mais qu’elles sont toutes belles et bien choisies, je confirme mon talent inutile 🙂

Publicités

Questionnaire de Flow : 1 à 5

Annick Annouck s’est lancée il y a quelques jours dans un très long questionnaire (210 questions !). En regardant les questions au premier abord je l’ai trouvé très impressionnant et difficile mais plus je vois ses réponses et plus je le trouve finalement abordable et j’ai envie d’y répondre aussi. Or mes réponses sont souvent trop longues pour que je puisse répondre spontanément en commentaire.

En plus, en ce moment j’ai envie d’écrire mais je n’ai pas le temps + je n’y arrive pas (mes petits bonheurs de l’hiver attendent depuis une semaine mais je n’arrive pas à trouver une forme qui me convienne…)

Or, ça c’est rapide et « simple » (pas de question de forme, de style…)

Je me lance donc. Ce ne sera probablement pas quotidien ni régulier mais dès que j’aurai envie d’écrire. (et ce ne sera probablement pas grandiose au niveau de la mise en forme et très fignolé…)

  1. Avec qui vous entendez-vous le mieux? Je crois que c’est avec ma soeur ainée, même si nous avons des profils scolaires et des manières de penser très différents. Nous avons un an et demi d’écart et nous avons souvons été dans la même chambre. Nous avons partagé beaucoup, nous avions/avons beaucoup d’amis communs (parce que je la suivais beaucoup, dans les soirées où je ne connaissais personne je liais connaissance avec ses amis !)
  2. À quoi passez-vous trop de temps ? à procrastiner, sur internet en particulier.
  3. Quelles blagues vous font rire ? Je suis très bon public, tout me fait rire, à part les blagues de sexe ou méprisantes.
  4. À quand remonte la dernière fois que vous avez fait quelque chose pour la première fois ? ça c’est une question que je trouve difficile. Je n’en sais absolument rien ! Cuire des poireaux à l’étuvée la semaine dernière ; acheter de la semoule bio en vrac le mois dernier … ça compte ?
  5. Pleurez-vous facilement devant les autres? Aloooors, ça dépend 😉 Disons que je vais rarement pleurer la première. Généralement quand je pleure devant les autres c’est qu’ils pleurent eux et ça me fait pleurer. Mais par contre effectivement je pleure facilement quand je vois quelqu’un -que je connais de près ou de loin- pleurer. Je pleure rarement devant un film que je vois en groupe alors que je pleurerais en le voyant seule, je pleure très facilement aux enterrements (même si je suis très peu attachée à la personne concernée. Je pense par exemple à l’enterrement de notre vieux voisin, je n’ai pas pleuré de tout l’enterrement, je le connaissais peu par contre je me suis mise à pleurer quand j’ai vu sa fille à la fin -alors que je la connais peu aussi- parce qu’elle pleurait comme une madeleine). Je peux aussi me mettre à pleurer nerveusement quand je suis très fatiguée, sous pression (et encore plus si j’ai mes règles… merci les hormones). Mais alors là c’est difficile et gênant parce que je pleure « pour un rien » et j’ai bien du mal à m’arrêter et à expliquer, les autres en face se contentent rarement du « c’est rien c’est la fatigue et le stress… » (surtout si, comme c’est mon cas, tu continues à pleurer en le disant….) (Oui, ça sent le vécu, hein 😉 )

Trouver un rythme

[Hier j’ai écrit ça. Pour me mettre un coup de pied au derrière en quelque sorte, sauf que maintenant je trouve ça ridicule/je me trouve ridicule, j’hésite donc à le publier… et l’effet coup de pied perd de son ampleur… Je vais le publier quand même parce que il y a bon nombre de choses que je trouvais ridicules qui ont finalement trouvé écho (et parce que rien que le fait de publier est un véritable effort-coup de pied en soi. Vraiment.) Mais s’il disparait du jour au lendemain, ne vous étonnez-pas.]

Déjà l’année dernière j’avais eu un peu ce problème mais cette année, comme elle est plus chargée, c’est encore plus flagrant : depuis que je vis seule je n’arrive pas à m’imposer un rythme quotidien régulier. Je me lève à n’importe quelle heure, je me couche à n’importe quelle heure, je mange à n’importe quelle heure… Les seules contraintes étant les cours. Et les éventuels autres rendez-vous.

Le reste c’est n’importe quoi. Et ça m’énerve parce que je ne me comprends pas… Je ne comprends pas pourquoi je suis devenue cette fille semi-paresseuse qui repousse les devoirs au dernier moment, qui préfère sauter un repas que se faire l’effort de le préparer. Je n’ai pas l’habitude d’âtre paresseuse comme ça. Je n’ai pas l’habitude de ce manque de volonté, ça m’énerve, c’est pas moi. Vraiment pas. Et pourtant, si.

Je sais qu’il y a déjà 3 facteurs :

  • je suis toute seule.
  • je suis beaucoup trop sur internet, or c’est difficile de s’en détacher une fois qu’on y est.
  • Je suis stressée.

Prenons chacun l’un après l’autre.

  • Bon le premier je ne peux pas y changer grand chose. Il faut que je me prenne en main un point c’est tout.
  • Concernant internet, le problème c’est que dans ma vie actuelle j’ai sans cesse besoin de l’ordinateur et d’internet : pour lire mes mails, mon principal moyen de communication avec l’extérieur, pour écouter de la musique, pour chercher une recette de cuisine, pour des questions de cours, pour des powerpoint de cours… Et donc une fois que j’y suis j’y traine. Il faut que j’arrive à changer cette habitude : écouter de la musique à la radio, pour toutes les activités sur ordi, débrancher internet le plus possible (pas besoin d’internet pour lire les cd sur mon ordi ni pour lire des powerpoint de cours.) Regarder mes mails à des horaires fixes et surtout pas le matin (en espérant que cette résolution puisse tenir avec les impératifs des études…). Retourner à des loisirs hors internet. (mandalas, promenades, lectures…)
  • Je suis stressée, en fait ça n’est pas en rapport direct avec internet mais surtout avec la procrastination intensive de cette année, procrastination qui trouve une application facile sur internet ! Sauf que le serpent se mord la queue là : je suis stressée-je procrastine-je stresse encore plus. Parce que je me vois en train de foncer dans le mur, c’est méga énervant. Parce que, en plus, évidemment comme je procrastine en ayant jamais l’esprit tout à fait tranquille et ne faisant que rarement des vrais loisirs, j’ai l’impression de travailler tout le temps, de ne jamais me poser vraiment. Je me répète mais : c’est méga-énervant.

Je me vois foncer dans le mur sans arriver à bifurquer mais là j’en ai vraiment marre, je profite du changement de semestre pour tenter une remise en ordre.

Au semestre prochain, j’aurais cours certains jours le matin (9h et 9h30) d’autres l’après-midi, d’autres pas du tout. Cours à 9h ça implique de se lever à 7h30. Je décide donc d’essayer de me réveiller tous les jours à 7h30. Jour de cours : je me prépare pour le cours. Jours de pas cours, je peux rester écouter la radio dans mon lit (il y a les infos à 7h30 sur France Inter ou alors la matinale sur France Musique) jusque 8h ou me mettre au yoga, j’ai un livre qui n’attend que ça depuis des mois. (Peut-être que ça pourrait aider à me déstresser ?)

à 8h je me lève -douche et petit-déj’-, 9h je suis prête pour bosser (hors internet impératif.)

à 12h je regarde mes mails /12h30 je me mets au repas (horaire qui fonctionne pour tous les jours même quand j’ai cours l’après-midi) et puis ça me permet d’écouter « Le jeu des 1000 » à 12h45 sur France Inter.

L’après-midi je bosse (avec des pauses loisirs) jusqu’à quand je peux. Soit chez moi soit en bibliothèque. à 18h ou 19h je cale un temps internet. (Avant ça je peux aller faire mes courses/ma lessive. ) 19h30 je me prépare le repas (possiblement plus long/complexe que le midi.) Puis selon la charge de travail, je bosse ou je me détends.

Vais-je arriver à m’y tenir ?

Pour m’aider : Les bibliothèques qui obligent au sérieux. La radio le matin, ça pourrait m’aider beaucoup… Et il faut que je recommence à faire des listes pour m’organiser.

Ce texte sert de témoin-lancement.

(Bon, en revanche, je crois que je pars avec problème dès le départ : le premier facteur de ma procrastination intensive c’est le stress, or aujourd’hui, 24h après avoir rédigé tout ça, il est déjà de retour à son maximum et je n’ai absolument aucun remède contre : je ne me sens absolument pas capable de faire ce qui est attendu de moi -à savoir : écrire un mémoire… De nouveau je me sens en décalage avec mon niveau d’études… Cette mauvaise impression m’aura donc laissé tranquille environ 6 mois…  J’en ai marre…)

Joyeux Noël avec Lilo !

Il n’y a pas si longtemps je te parlais de Lilo, ce moteur de recherche innovant qui permet de financer des projets solidaires grâce à l’argent généré par nos recherches internet. Je devances tes questions : non, Lilo ne me paie pas pour que je lui fasse de la pub !

Si je t’en reparles aujourd’hui, c’est que les créateurs de Lilo viennent de mettre en place un beau projet pour Noël : une opération permettant de partager tout simplement un peu de l’esprit de Noël avec des Sans-abris.

C’est presque rien du tout à faire mais ça peut faire beaucoup de bien !

Pour en savoir plus et participer (sans bouger de devant ton clavier) va voir par là !

 

 

Lilo

logo-lilo_reference

C’est un moteur de recherche que j’utilise depuis plusieurs mois maintenant et que nous devrions tous l’utiliser. Alors je vous explique pour que vous l’adoptiez aussi.

Son principe : à chaque recherche effectuée, tu récoltes une goutte d’eau.
Une fois que tu en as récolté plusieurs dizaines tu vas les donner à une association que tu choisis parmi le panel proposé (médecins du monde, chirurgie cardiaque…) Ces gouttes d’eau sont pour ces associations de l’argent ! (si mon explication sur les gouttes d’eau n’est pas limpide comme de l’eau de roche, allez voir par ).

Les 10 bonnes raisons d’adopter Lilo : 

  • tu aides très régulièrement (à chaque fois que tu fais une recherche sur internet)
  • tu aides sans donner de ton temps (c’est le temps que tu passes déjà à faire tes recherches)
  • tu aides sans donner de ton argent (ce n’est pas ton argent mais celui généré par tes recherches)
  • tu peux aider pleins d’associations différentes, parfois peu connues
  • tu as tes sites préférés en page d’accueil.
  • tu arrêtes d’enrichir gOOgle (il est déjà bien assez riche, il n’a pas besoin de ton aide)
  • tu gagnes une petite pensée philosophique positive à chaque fois que tu arrives sur ta page d’accueil. ( par exemple en ce moment : « Nous sommes ce que nous répétons chaque jour. » Aristote)
  •  Si tu multiplies les recherches parce que tu ne trouves pas ce que tu veux ou si tu refais mille fois la même recherche parce que tu as oublié le résultat… ça servira au moins à quelque chose !
  • Tu peux enfin chercher des choses inutiles ou futiles pendant des heures sans culpabiliser, tu as une bonne raison…
  • Donc, tu n’y perds rien mais tu y gagnes beaucoup !