Questionnaire de Flow : 102 à 122

102) Quelle est la couleur dominante dans votre garde-robe ?
Probablement marron (et ses nuances.), j’ai aussi pas mal de bleu, et de nuances autour du rouge et du violet (en passant par le rose framboise que j’aime beaucoup.) En bref, j’ai une garde robe assez colorée (parce que j’ai aussi du vert, du jaune et même du orange…)

103) Profitez-vous à fond de chaque jour ?
Euh… (Qui peut répondre OUI sans sourciller une seconde ?) J‘essaie, mais évidemment, certains jours c’est moins facile que d’autres.

104) Admettez-vous facilement vos erreurs ?
Ahah, j’aimerais bien, mais je crois que non.

105) Quelles choses vous donneraient envie de rester enfant ?
Ne pas avoir à s’occuper de paperasse, ne pas avoir à téléphoner.

106) Pouvez-vous vous passer d’Internet pendant une semaine ?
Oui (en vacances, pendant l’année scolaire, non.)

107) Qui vous connaît le mieux ?
Moi. Même si j’ai certaines lacunes (j’ai du mal à voir mes qualités et la conscience de mon corps c’est pas tout à fait ça), ça reste moi qui aie la meilleure visibilité sur toutes mes facettes.

108) Quelle tâche ménagère trouvez-vous la moins ennuyeuse ?
La cuisine. J’aime ça, je trouve même ça assez relaxant. Le problème, c’est la vaisselle qu’il faut faire après, ça par contre je déteste…

109) Avez-vous déjà été déçu par une personne ?
Oh oui, des tas. Souvent des personnes que je croyais être des amis et qui ne l’étaient pas.

110) A quoi ressemble une journée parfaite pour vous ?
Avec du soleil et du vent, quelques obligations (notamment le matin pour m’obliger à sortir du lit) et un minimum de temps libre.

111) Êtes-vous fière de vous ?
Plutôt oui. Mais il y a quelques parts d’ombre, évidemment et heureusement.

112) Quel talent inutile possédez-vous ?
Euh… Aucune idée. (Mettre de la couleur dans mes articles de blog ?)

113) Y a-t-il des problèmes en suspens dans votre vie ?
Mon problème actuel c’est l’attente des résultats scolaires (mi-juillet) pour savoir ce que je fais l’an prochain. C’est pas un très gros ploblème, ça va 🙂

114) Pourquoi buvez-vous ou ne buvez-vous pas d’alcool ?
J’en bois par goût, pour partager aussi. Mais je suis loin de considérer ça comme obligatoire ou nécessaire pour s’amuser.

115) Quel genre de choses vous rend heureux ?
La météo, la nourriture, les sourires et rires, les moments suspendus, ma famille, mes amis… Cette liste est super longue ! Cf mes Petits bonheurs.

116) Avez-vous regardé les nuages aujourd’hui ?
Oui (en fait c’est pas difficile, il n’y a que ça, il suffit donc de regarder le ciel…)

117) Quel mot utilisez-vous trop souvent ?
à l’écrit je qualifie beaucoup de choses d »importantes ». A l’oral, je ne vois pas…

118) Aimez-vous être sous les feux de la rampe ?
Non !!!

119) A quoi devriez-vous consacrer plus de temps ?
Mon ménage (pas plus de temps mais plus régulier…)

120) Pensez-vous que les gens sont foncièrement bons ?
Oui. Sauf que ça peut se gâter assez « facilement » dès le début.

121) Faites-vous passer le travail avant l’amour ?
Oui (trois fois oui.)

Sachant que pour 20 questions je n’ai pas mis une seule fois la même couleur mais qu’elles sont toutes belles et bien choisies, je confirme mon talent inutile 🙂

La dyspraxie visuo-spatiale si bien expliquée

On dit régulièrement des femmes qu’elles se perdent facilement. Nous sommes nombreux finalement à ne pas avoir un bon sens de l’orientation, parfois parce que nous n’avons pas prêté attention aux repères autour de nous, parfois parce que, effectivement, notre sens de l’orientation laisse à désirer. Cependant, cela ne signifie pas que nous souffrons tous […]

via Dyspraxie visuo-spatiale — Au bonheur d’apprendre

J’ai vraiment vraiment pas le temps d’écrire en ce moment (tellement pas le temps que je n’ai même pas d’idées qui me trottent en tête, c’est dire…

Pourtant je suis OBLIGEE de revenir vers ici pour partager cet article parce que C’EST TELLEMENT CA !!!

Je nuancerai seulement les points suivants (ce qui signifie que j’adhère TOTALEMENT à tout le reste…

Coller une gommette dans les chaussures afin de savoir si elle va à gauche ou à droite.
là ce n’est pas une nuance mais une précision : il faut coller une gomette que d’un seul côté, parce que le truc des pataugas avec un point d’interrogation et un point d’exclamation rouge / vert… ça ne m’a jamais aidé, c’est interchangeable. Alors que effectivement si on décide que la montre est à la main droite… C’est la main droite ! (Moi j’avais un bracelet brésilien (je l’avais comme pacte d’amitié, pas pour repérer ma gauche de ma droite mais ça a quand même parfaitement rempli cet office  : le truc parfait je ne l’enlevais jamais pas même sous la douche ou pour dormir.)

Proposer un jeu appelé « Au Nord, Au Sud : j’ai pas bien compris l’intéret du jeu… (si quelqu’un comprend je prends l’explication 😉 )

Utiliser un GPS pour éviter de se perdre : j’ai trop dû entendre mon père pester contre les GPS, je ne suis pas sûre que ce soit une bonne idée. Si je suis le GPS, je ferai encore moins attention, alors si d’un coup le GPS est perdu, je le serais deux fois plus… Mais il est vrai que pouvoir se passer de lire les panneaux… C’est tentant…

Proposer des cahiers avec des lignes larges : je suis en même temps d’accord et pas d’accord. Pour l’enfant dans les premiers temps oui +++ Mais pour la suite, j’ai remarqué que moi je suis plus perturbée / je trouve ça plus difficile à relire, quand je n’ai pas suivi la ligne des feuilles américaines (lignes simples) que quand je n’ai pas suivi les lignes des feuilles à carreaux. (ou que j’ai écrit de travers sur une feuille blanche.) Ne me demandez pas pourquoi, j’en ai aucune idée. Enfin si c’est un peux comme si deux lignes claires s’interrompaient sans cesse  (ligne droite de la feuille et ligne courbe puisque montante et descendante, de l’écriture) sur la feuille américaine. Alors que sur la feuille à carreaux, quand je relis, les petites lignes sont un fond, pas au même niveau de lecture que l’écriture…Je ne suis pas sûre de m’être très bien expliquée… Les feuilles américaines : il y a deux signaux que je vois sur un pied d’égalité et donc qui se parasitent alors que sur les feuilles à grands carreaux le quadrillage s’efface au profit de l’écriture que celle-ci suive les lignes ou pas… (par contre on oublie les petits carreaux, définitivement, c’est une catastrophe.)
Pour conclure les feuilles américaines c’est très bien quand j’ai le temps de m’appliquer piurs suivre les lignes… Pour la prise de note c’est non. (Mais pour les courriers officiels c’est très bien, ça me permet d’écrire droit…)

Manipuler au maximum, en particulier en mathématiques : là ce n’est pas du tout une réserve mais juste que je ne l’ai – je crois – jamais expérimenté. Mais effectivement ça me parait une bonne idée. Et verbaliser +++ (et mettre de la couleur) en maths aussi, c’est méga important.

Lorsque c’est possible, éviter les balles et ballons qui « disparaissent », privilégier les balles et ballons colorés. Oui, oui, oui, et oui. (Même colorés ils disparaissent parfois du champ de vision sans que l’on ne comprenne… Alors si en plus ils sont petits / peu visibles…)

Proposer une place dans les buts : je ne sais pas (jamais expérimenté) peut-être… Mais alors il faut insister pour valoriser les victoires et minimiser les échecs. Parce que moi j’aurai très mal vécu de faire marquer un but à mon équipe en loupant le ballon parce que distance mal évaluée… (mais l’idée de minimiser les points d’attention et laisser à un point fixe n’est pas mauvaise, c’est vrai.)

Les couleurs associées au livres de cours et aux matières dans l’agenda… je le fait toujours… (et j’aime bien choisir des couleurs qui collent bien avec l’idée que je me fais de la matière : par exemple du marron pour l’Histoire (parce que le bois des bibliothèques) (Mais c’est parfois lointain par exemple violet est resté pour l’espagnol et bleu pour le français simplement parce que j’aime beaucoup ces couleurs et ces matières…)

Et j’ai utilisé jusqu’à mon bac toujours le même code couleur dans la hiérarchie des titres -quel que soit le cours. Rouge puis vert puis noir. Ou rouge puis vert puis violet / bleu turquoise.Toujours une couleur plus « pétante » pour le grand titre, pour aller vers du plus discret (tout est relatif) ensuite.

Pour être plus précis, le code couleur (et la manière de souligner / mettre en page) est resté le même pendant tout le collège au lycée, ça changeait d’une année sur l’autre parce que des « exigences / besoins  » se rajoutaient. J’ai augmenté la gamme des stylos de couleur. Ainsi je pouvais écrire une traduction en bleu turquoise, les mots-clés de philo ou de vocabulaire en rose, faire des renvois en marron.
Mais les grands titres restaient rouge puis vert puis noir… Ou rose puis violet puis bleu turquoise dans certaines matières. (La littérature et l’espagnol pour ne pas les nommer. Les titres dans ces matières avaient moins d’importance, c’était surtout pour repérer des grandes idées, beaucoup moins pour donner une hiérarchie, je pouvais donc me permettre des fantaisies…)

Je pensais pas que j’écrirais autant…

J’ai un peu du mal à comprendre comment je vais passer au travers des dix jours qui arrivent… Mais bon… De toute façon, quoi que je fasse, ça passera (c’est bien finalement, le temps… Que ce soit réussi ou pas, ça passe…. et ça se retrouve forcément derrière nous à un moment ou à un autre… (Soyons positifs.)

(D’ailleurs, message perso pour V. : Je ne t’oublie pas, d’ailleurs ce serait difficile avec ce que je viens de poster… Carrément avec des conseils pour le code… Mais il est très probable que la réponse à ton mail va attendre jusqu’à début mai…)

Petits bonheurs, souvenirs d’Automne…

J’ai passé la serpillère

Je suis allée au Théâtre

J’ai vu des belles expos

Ça fait bien trop longtemps que je n’ai pas écrit ici mes petits bonheurs, il est temps de rattraper ça… Comme d’habitude, je pose tout en vrac et vous offre un petit retour en arrière et plein de couleurs… (tout ça fait vraiment du bien 🙂 )

Je suis allée à la piscine

J’ai acheté un nouveau pyjama, beau, hyper confortable, doux et chaud et en coton bio.

L. m’a invitée à manger chez elle avec M.-A. et J.

J’ai participé à une séance de yoga
(j’ai d’ailleurs failli m’inscrire à un cours mais trop de manque de temps… L’année prochaine peut-être ? Ou après les études !)

J’ai profité du soleil aux Tuileries

J’ai regardé les Jeux paralympiques

J’ai fait connaissance avec ma voisine

J’ai savouré une crêpe avec C., N et A

J’ai mangé des anneaux de calmar frits

J’ai retrouvé mon appartement bien à moi

J’ai servi d’audio-descriptrice (particulière), c’est une très chouette expérience et le film était très drôle…

J’ai été invitée à manger chez mes grands parents

J’ai acheté deux belles nouvelles paires de chaussures

J’ai eu un nouveau téléphone après une longue coupure

J’ai regardé Les petits meurtres d’Agatha Christie à la TV

Je me suis promenée dans Paris à l’occasion de la Nuit Blanche.

J’ai visité Metz et Nancy avec C. et E.

J’ai des cours intéressants, j’apprends beaucoup de nouveaux trucs…

Un chat ça joue avec n’importe quoi (genre des sacs) et c’est vraiment super drôle à voir.

J’ai dévoré 2 bons hamburgers (des hamburgers gastronomiques ^^)

J’ai  regardé mes sœurs se faire coiffer. Se faire maquiller (juste un peu.)

Juste en ouvrant les yeux, j’ai vu par la fenêtre le ciel coloré par le lever du soleil…

Je savais que j’allais bientôt retrouver une partie de ma famille pas vue depuis des années

J’ai profité des Journées du Patrimoine :
une belle bibliothèque  et un atelier de pianos (passionnant),
avec un bon petit repas en intermède.

J’ai passé une soirée à la Bellevilloise, avec un petit goût international
(Angleterre-France-Allemagne-Suisse)

J‘ai dégusté une bière et un gâteau au chocolat
(il y avait aussi un très bon plat mais je ne sais plus ce que c’était …)

J’ai fait les courses de rentrée dans un supermarché
(oui, je suis un peu bizarre, j’adore les supermarchés, je sais absolument pas pourquoi…)

Je me suis replongée dans des photos « très anciennes »
que je n’ai pas eu souvent l’occasion de voir

(j’en ai même découvert certaines, qui ont mon âge ou un peu plus 🙂 )

J’ai acheté un « tableau » au gars du porte-à-porte qui cherche à se réinsérer
et, du même coup, j’ai décoré un peu plus chez moi..

J’ai assisté à une grande grande fête magique, une fête avec pleins de belles robes, un passage chez l’esthéticienne et un chez la coiffeuse. (ça s’appelle un mariage… ^^ et une faillle spatio-temporelle.)

2 séances cinéma (Polina dont j’ai parlé ici et Réparer les vivants.)

Petit à petit j’ai réussi à m’intégrer dans ma nouvelle promo, avec l’aide de L.

Le repas avec E. et M… Une faille spatio-temporelle (bis).

 

Si j’étais …

Je suis une fan des portraits chinois du coup, forcément, quand j’ai lu celui d’Élodie , j’ai immédiatement sauté sur l’occasion…

♥ Si j’étais une fleur ? Un tournesol, parce qu’il regarde toujours le soleil selon la légende, et même si j’ai un doute sur la véracité du fait, je retiens la poésie… et je souhaite diriger ma vie comme ça : en regardant autant que possible vers le soleil…
((et, en plus, à chaque fois que la question florale revient dans un portrait chinois je pense à Harold et Maud et à cet extrait-là (précisément))…

♥ Si j’étais une partie du corps humain ? Ma main droite… Je sais pas me débrouiller sans elle. (j’ai dû réfléchir sur ce coup-là quand même…)

♥ Si j’étais un pays ? aucun ne me vient à l’esprit spontanément… En général je suis plutôt tournée vers la culture et la langue espagnole, en ce moment je ne pense qu’à l’Irlande et sinon j’aime beaucoup mon propre pays aussi ! (l’herbe n’est pas toujours plus verte chez le voisin !)

♥ Si j’étais un paysage ? La mer, avec une plage de sable ou de galets; peu m’importe… Tout ce qui compte, c’est les vagues qui viennent inlassablement se briser en bout de course, juste devant alors que dans le lointain l’horizon reste, stable et immuable.

♥ Si j’étais un peintre ? Marc Chagall : parce que c’est coloré, poétique et imparfait (c’est-à-dire qu’il reste du fouillis de l’ambiguité, du non-fini… qui laisse beaucoup de place à l’imagination.)

 Si j’étais une couleur ? Le bleu Oh ben ça alors, quelle suprprise ! C’est une couleur qui a beaucoup de nuances, je ne saurais choisir ma favorite… Chacune a son charme et son utilité…
Le bleu, c’est la couleur du ciel ensoleillé, la couleur de la mer des beaux jours, c’est donc une couleur solaire, mais plus discrète que le jaune, un peu comme moi
En surfant je suis tombée là-dessus, je suis donc assez cohérente !

Comme le ciel bleu ou la mer qui ouvre les horizons, le bleu et ses nuances (turquoise, cyan…) est une couleur étroitement liée au rêve, à la sagesse et à la sérénité. Le bleu est l’écho de la vie, du voyage et des découvertes au sens propre et figuré (introspection personnelle). Comme l’eau qui désaltère, le bleu a un petit côté rafraîchissant et pur qui permet de retrouver un certain calme intérieur lié aux choses profondes. Le bleu est symbole de vérité, comme l’eau limpide qui ne peut rien cacher.

Le bleu c’est aussi une couleur très importante en peinture qui a donné lieu à des œuvres magnifiques (je ne suis absolument pas subjective…) (je vous prépare un joli diaporama 🙂 )

♥ Si j’étais un instrument de musique ? Le violoncelle, c’est un instrument magnifique très chaleureux et doux mais aussi puissant et vibrant, et avec une grande tessiture … mais je ne suis pas du tout objective…

♥ Si j’étais un dessert ? La mousse au chocolat : le chocolat est déjà un péché-mignon à lui tout seul, en mousse c’est l’apogée !

♥ Si j’étais une citation ? J’ai un énorme problème, j’adore les citations, j’ai beaucoup de mal à en choisir une seule, j’envisage d’ailleurs de créer une rubrique citations sur le blog (j’oublie généralement les citations très rapidement mais j’aime malgré tout garder trace de celles qui me parlent…) [Pour une fois, ça m’intéresserait d’avoir vote avis : si l’idée vous plait, je peux partager mes citations inspirantes ici, sinon je continuerai à les écrire dans mon cahier…] [ Regardez comme c’est magnifique j’ai créé un sondage rien que pour ça ! Si autre jour, précisez dans autres, réponse multiple possible]

Bref, voici une citation (qui serait d’Albert Einstein) qui me correspond plutôt bien :

« Tout le monde est un génie. Mais si vous jugez un poisson sur ses capacités à grimper à un arbre, il passera sa vie à croire qu’il est stupide. »

Un jour-un livre #29

Un livre de mon enfance

C’est tellement dur de choisir, il y en a tellement….

  • Quand j’étais enfant (c’est-à-dire pour être plus précis, parce que je suis toujours un enfant,  en maternelle puis en primaire…) nous allions toutes les semaines à la bibliothèque lire et emprunter des livres (au collège ça a continué mais j’y allais seule…, je pouvais y passer des heures !)
  • Quand j’étais enfant ma maman nous lisait (à ma grande sœur et moi) une histoire tous les soirs avant d’aller au lit.
  • Quand j’étais enfant l’argent de Noël de mes grands-parents servait à payer un ou 2 abonnements annuels : Popi puis Pomme d’Api puis Belles Histoires (que de souvenirs) puis Images Doc puis plus tard Okapi et Virgule puis Phosphore et Virgule (que je conseille +++).
  • Quand j’étais enfant nous étions aussi tous les ans abonnées à L’école des Loisirs

Tout ça fait beaucoup de lectures, d’histoires et de livres à différents âges de l’enfance… (et puis il y avait aussi cette amie bibliothécaire-conteuse avec ses histoires formidables, et ses conseils de lecture…)

Un livre clé parmi tant d’autres, que ma maman m’a lu tant et plus comme histoire du soir (ou même pas du soir !) : Pétronille et ses 120 petits de Claude Ponti.

Claude Ponti est un auteur incontournable de mon enfance.l_arbre_sans_fin
Une petite anecdote le montre assez bien :
longtemps mon grand jeu dans le bain quand je devais me laver les cheveux, c’était de mettre assez de shampoing pour réussir à imiter la coiffure d’Hipollene (héroïne de L’arbre sans fin -sur la couverture c’est la petite en rouge)
(je jouais aussi à devenir Père Noël en me faisant une barbe et des sourcils de bain moussant… mais c’est une autre histoire 😉 )

Et donc, Pétronille et ses 120 petits, une histoire que ma maman a du lire plus d’une centaine de fois (peut-être un millier, avec mes sœurs arrivées après, en plus…)

pc3a9tronilleetses120petits
Là, rien que d’en parler j’ai envie de relire l’histoire, ça me rappelle tellement d’images, dans le désordre : quand elle achète une confiserie et un jeu de carte à l’épicerie, quand elle pleure comme une madeleine (elle se retrouve au milieu d’un océan de larmes…), quand il pleut tellement fort qu’elle se réfugie sous le dolmen et joue aux cartes avec les pierres, quand elle donne l’énoooorme biberon à ses petits, quand les 2 gars bizarres chantent « une souris verte »… et mon moment préféré (d’après ma mère, et je n’ai aucun mal à la croire) quand Pétronille rentre chez elle et qu’elle pense à ses 120 petits, sur le dessin elle est entourée d’une énorme fleur dont chaque pétale contient un prénom d’enfant (tous aussi beaux et mignons que Pétronille), et à chaque fois je lui demandais de les lire, tous… Bien sûr, elle n’as pas toujours accepté (suivant l’heure, la fatigue, l’humeur, le s’il-te-plait, la sagesse du jour…) mais quand même, rien que pour ça, elle a beaucoup de mérite ! (parce qu’il y a vraiment 120 petits et donc 120 prénoms ((c’est vrai, on a compté !)), tous aussi inventifs que Pétronille…)

petronille1

(en cherchant les images j’en ai retrouvé encore bien d’autres mais, par honnêteté ((je suis une fille bien)) je ne vous mets que celles citées de mémoire d’enfant.)