Le bonheur du cinéma

Encore un ode au cinéma, c’est vraiment un de mes plus grands loisirs (autant solitaire que collectif) et je remercie ma sœur pour cette prie de conscience. Le week-end dernier je suis allée au cinéma en soirée, voir Decision to leave et c’était une bonne soirée 🙂

Prise dans le tourbillon de mon nouveau boulot, de mon installation dans l’appartement et de divers déplacements, je n’avais pas été au cinéma depuis au moins 3 semaines. Ce n’est pourtant pas l’envie qui manquait… mais le temps et l’occasion.

C’est un bon et beau film : très bien joué, avec de belles images, une intrigue bien ficelée, de l’humour -ce qui est assez rare dans les thrillers- et une bonne ambiance musicale. Ce n’est pas un coup de cœur pour moi car il y a quelques éléments-ressorts absurdes et ce n’est pas trop ma tasse de thé et il y a, à mon goût, quelques passages où ça traine / ça se répète inutilement. Ce n’est donc pas un film coup de cœur mais tout de même un film que je recommande !

Au delà du plaisir de voir un bon film, j’ai ressenti plus particulièrement ce soir-là, le grand bonheur d’aller voir un film LE SOIR.

C’est une émotion que je n’explique pas vraiment, mais il y a pour moi une autre saveur à aller voir un film le soir plutôt que dans l’après-midi (et à moins d’être accompagnée ou de vouloir voir un film bien particulier je n’y vais pas le matin.)

D’où vient cette saveur particulière, je ne saurais trop le dire…


Vincent Van Gogh La nuit étoilée

J’aime le cinéma pour la force de l’évasion, de la plongée complète dans un ailleurs, pour la beauté de ce qu’on y trouve souvent, pour la force de émotions ressenties aussi.

J’aime la liberté du choix, le choix du jour, de l’horaire, de la place, d’y aller seule et de tout décider comme je veux, jusqu’au dernier moment, ou quasiment. Mais c’est valable en journée comme en soirée…

J’aime la spontanéité de la décision, me dire que je peux y aller après le boulot en semaine et pas forcément le week-end. En y allant le soir en semaine je peux consacrer mon week-end à d’autres tâches et loisirs plus chronophages et/ou énergivores que je ne ferais pas la semaine. Il y a alors comme un sentiment de récupérer du temps, de voler du temps au temps (parce que sinon les soirs de semaine je ne fais pas grand chose de notable). (C’est peut-être une habitude à changer, moins errer sur internet et m’occuper à d’autres loisirs les soirs de semaine…)

J’aime cette ambiance d’entre-deux, de flou et de rêverie quand je sors de la salle après le film, encore tout enveloppée dans l’histoire et dans l’ambiance, quand je repense au film encore tout frais dans ma mémoire. C’est peut-être ça le bonus du soir… l’ambiance feutrée du dehors à la nuit tombante / tombée qui accompagne la rêverie et la conforte.


C’était osé, d’ailleurs, d’aller voir ce film le soir alors qu’il est classé « thriller ». Je vais plutôt voir ce genre de film en journée, généralement pour ne pas perturber ma nuit. Mais là, je ne ais pas, j’avais envie. Finalement c’était une bonne pioche. C’est effectivement un thriller, avec une histoire de meurtre, une enquête complexe,, des tensions, de la psychologie… Mais c’est thriller original : de l’humour (pas forcément noir), une belle esthétique (pas glauque), une tension présente mais pas insoutenable et une histoire d’amour très forte. Bref, ce film est un véritable oxymore, un « thriller doux » (on finit la gorge nouée quand même, hein).


J’aime ce sentiment de rentrer chez moi, dans mon cocon après être partie ailleurs, vraiment ailleurs. Ailleurs au cinéma, ailleurs dans une histoire, dans un autre lieu, un autre temps, un autre décor, une autre manière de penser et de voir le monde. Et je trouve ce sentiment (le bonheur de rentrer chez soi après la séance de cinéma) encore plus fort quand c’est le soir. Quand tu sais que tu rentres chez toi pour dormir, que la séance de cinéma avec sa rêverie clôt cette journée…

L’autre soir, justement, c’était ma première séance de cinéma « du soir » depuis que je suis arrivée dans ma nouvelle ville [plus de 3 mois… !] Mon logement de transition excentré ne me permettait pas d’y aller après 19h…

Plus encore, j’ai réalisé en passant le pas de ma porte que c’était la première séance de cinéma depuis que j’étais dans cet appartement. Et en rentrant j’ai pensé : je suis chez moi ! 🙂

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s