Mobilité et grain de sable – 1

Mon titre est très joli, par contre, je ne sais pas vraiment comment commencer mon article… Peut-être par le début. (Ahah, quelle idée de génie…)

Depuis plus d’un mois ou depuis quasiment deux, tout dépend de la perspective, je n’ai plus de séances de kiné. J’aimais beaucoup ma kiné à Paris, mai j’ai déménagé loin et je n’aime pas le téléphone… alors j’ai trainé pour prendre rdv.

J’allais bien alors c’était pas si pressé, hein ?
C’est pas comme si je savais maintenant que la kiné me faisait du bien et surtout que la kiné était nécessaire. Hmm. Non, pas du tout.

C’est pas comme si, j’avais aussi remarqué qu’ici mon activité physique allait drastiquement changer (pas le même maillage de transports et un relief bien plus prononcé dans mon environnement direct). Non, pas du tout.

C’est pas comme si je m’étais dit; il y a un mois, après la randonnée d’ouverture. « Oh si je veux continuer comme ça, il va falloir que je trouve un kiné. Non non.

Bref, il y a deux semaines, je suis allée passer un petit week-end en famille 4h de voyage plus tard (bus et train inclus) j’étais arrivée… et j’avais mal à la hanche/cuisse.

Pour être honnête, je crois qu’avant même ce voyage je me sentais déjà raide, je veux dire « trop raide », plus que d’habitude. J’avais cherché le kiné et son n° mais pas appelé.

Bref, j’avais mal. Une douleur un peu sournoise que j’avais déjà eue lors d’un voyage passé plus long et chargé (6h). Une sorte de blocage de hanche avec contracture musculaire. C’était dans la cuisse mais je ne savais pas localiser précisément la douleur (pourtant c’était pas diffus mais quand quelques jours plus tard la kiné m’avait demandé « devant,derrière,à gauche, à droite » je n’avais pas su répondre.)

J’ai donc retrouvé cette même douleur. Enfin je crois bien que c’est la même. Une douleur dans la hanche/cuisse, avec contracture musculaire. Pas diffuse mais pas possible de la localiser précisément non plus. Comme si l’irridiation empêchait d’identifier le foyer. (La forêt qui cache l’arbre.) Ou comme si j’avais encore des problèmes de schéma corporel, je ressens la douleur sur le moment mais dès qu’elle passe -à la fin du mouvement- je ne sais plus la localiser.

Bref, après mon voyage, la douleur se manifestait en mouvement seulement. Lorsque je mobilisais l’articulation de la hanche J’y inclus un simple changement de position assise ou l’allongement de la jambe. Mais au repos, immobile je ne sentais rien (enfin, rien que la raideur). La douleur en fait se manifeste surtout au début. Comme un vieil engrenage grippé qui a juste besoin de s’échauffer pour retrouver sa bonne forme. Bref, il était pour moi clair que le problème initial était l’immobilité prolongée. J’ai essayé des étirements qui n’ont pas fait grand effet, je me suis maudite d’avoir oublié mon huile d’arnica, j’ai fouillé dans les placards et pris celle de mes parents, profité de la baignoire et des bienfaits de l’eau chaude. Après les bains, je retrouvais une mobilité normale pendant 30 minutes. La douleur était surtout embêtante pour monter ou descendre des escaliers, aux premières marches j’avais toujours la retenue de « je vais me faire mal » puis ça se déliait.

Finalement, au troisième jour d’arnica, bain et petits étirements aidants, je montais et descendais un escalier quasi normalement. Pourtant je ne me faisais pas d’illusions, en reprenant le train ce soir-là, je remettais un grain de sable dans l’engrenage.

Et ça n’a pas loupé. Hop, recontracture de la cuisse et redouleur irradiante non localisée entre cuisse et hanche.


Quelques jours/une semaine/plusieurs (?) ont passé entre le début de la rédaction ci-dessus et ce qui suit ci-dessous…

A mon retour, j’ai encore laissé trainé quelques jours parce que ce n’était jamais le bon moment pour téléphoner. Et finalement, un jour où j’avais bien mal – même immobile, lorsque jambe repliée – j’ai appelé. Rdv deux jours plus tard. Le lendemain j’étais bien contente de ma décision parce que toujours aussi mal. Et le jour J – évidemment, comme toujours – ça allait miraculeusement mieux.

Bien sûr de toute façon, j’avais besoin d’une séance de kiné et ça a fourni la motivation qu’il fallait. Mais quand même, quel troll ce corps !


Depuis cette première séance de kiné, il y en a eu d’autres (une fois par semaine 20 à 30min). Ma jambe droite n’est toujours pas revenue à son état « normal », la contracture et la douleur font le yoyo sans que je comprenne bien. Je n’arrive plus à voir de corrélation entre la mobilité ou l’immobilité et la douleur. Je n’arrive pas non plus à savoir quel étirement fait du bien ou pas. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi à ce moment-là c’est parti alors que la veille non. Et ça me perturbe énormément. Je suis plus habituée à voir les effets de mes actions et à comprendre les mécanismes. Là impossible. Je ne comprends pas ce qui fait mal et donc comment le soigner.

Le kiné n’a pas trop de solution non plus, il faut dire qu’il ne connait que cet état de moi, pas de comparaison pour dire ce qui n’est pas « normal » ou « anormal » (par rapport à ma normalité à moi et non la normalité majoritaire d’un corps valide).

Mais il semblerait qu’il faille que je m’entête à faire les étirements montrés quotidiennement, même si je ne sens pas les effets directement, le problème c’est bien des contractures musculaires. Donc l’antidote c’est des étirements.


Je vais m’arrêter ici pour ce soir. Suite au prochain épisode

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s