Le musée des arts et métiers en fauteuil roulant

C’est un musée que j’apprécie vraiment beaucoup et que j’ai visité de nombreuses fois et de nombreuses manières : pour des cours avec l’école (en fauteuil), seule debout (pour une visite normale ou des occasions particulières comme la nuit des musées où il y a plus de monde), seule en fauteuil, en fauteuil accompagnée.

La dernière en date était « en fauteuil accompagnée », c’est d’elle que je vais vous parler mais en ayant les autres en tête pour comparaison.

À savoir en préambule : les musées ont 2 lois pour les inciter à l’accessibilité : la loi de 2005 bien connue, mais aussi la loi du 4 janvier 2002 relative aux Musées de France. En effet, selon l’article 2 de cette-dernière une des missions permanentes du musée est de  » Rendre leurs collections accessibles au public le plus large ». On peut pas dire que ce soit vraiment le cas partout (ahem.)

Pourtant, en 2007, le ministère de la culture a publié ce guide pratique de l’accessibilité. Très complet et clair, il recense les différents types de handicaps, les contraintes et les besoins impliqués par chacun et les solutions qui peuvent être mis en œuvre pour y remédier ou compenser. (Si le sujet vous intéresse, je vous en conseille vivement la lecture.)

Les musées ont donc toutes les clés en main pour agir. Sauf les sous me direz-vous… Les sous ont bon dos ! Parce que même quand on a les sous il faut y mettre un chouia de réflexion et de bonne volonté… C’est loin d’être le cas partout ! (j’ai un exemple tout trouvé au Louvre mais bon, c’est pas le sujet, je vais me retenir 😉 )

Fin du préambule, passons aux choses sérieuses.

Dans le manuel sus-cité, pour les personnes à mobilité réduite (ils parlent de « personnes très fatiguables » c’est pas idiot je trouve) ils conseillent le prêt de fauteuil. C’est en effet un dispositif adopté dans beaucoup de musées et que j’utilise beaucoup. C’est le cas au musée des Arts et métiers.

Une fois arrivée au musée, nous avons donc acheté nos billets d’entrée (gratuit pour moi car -25 ans, payant pour mon accompagnatrice), j’ai ensuite demandé si je pouvais prendre un fauteuil roulant (en général demandez soit à la caisse soit au point/information-acceuil,parfois ils vous redirigeront ailleurs, vers les vestiaires notamment) : aucun problème il me l’apporte en échange de ma carte d’identité (système très fréquent.) Je m’installe dans le fauteuil (en très bon état -c’est pas le cas partout- et confortable.) Nous récupérons un plan, les ascenseurs y sont indiqués c’est parfait (très appréciable de ne pas avoir à demander un plan spécifique.) Nous voilà parties pour la visite.

 

Nous commençons par l’abbaye de St-Martin-des-Champs. Pour voir le pendule de Foucault aucun problème. Les objets dans les vitrine c’est déjà un peu moins bien : je les apprécierais plus s’ils étaient placés un tout petit peu plus bas (ou avec un miroir pour pouvoir tout voir) et seule, je ne peux pas lire les cartels explicatifs, qui sont placés trop hauts (à plat horizontalement sur la cimaise de présentation.) Il y avait aussi apparemment quelques objets dans des vitrines en contrebas, mais inaccessibles car il y avait quelques marches et aucune rampe (dommage, je pense que pour cet espace ça ne doit pas être trop difficile à mettre en place : peu de marches, beaucoup d’espace…)

 

 

Pour les grosses machines dans la nef aucun problème. Notons cependant que les cartels sont assez sombres et écrits petits, placés à nos pieds : même moi assise en fauteuil j’avais du mal à lire ! Ensuite nous avons voulu monter (voir les voitures « suspendues. ») Le gardien nous a indiqué le monte-charge à emprunter la marche à suivre (maintenir le bouton appuyé tout du long, comme pour tout monte-charge d’après mon expérience.) Mais le monte-charge ne fonctionnait pas (la porte s’ouvrait et se fermait sur commande mais il ne montait pas … C’est dommage c’est sa fonction normalement 😉 ) Du coup, le gardien nous a laissé passer par la rampe qu’empruntent tous les visiteurs normaux (normalement le fauteuil ne passe pas par là pour des raisons de sécurité : la pente est raide !) Nous avons donc pu voir le premier étage de la mezzanine, mais pas au-dessus car l’accès se fait par des escaliers (le monte-charge aussi s’arrête au premier étage, il est donc de tout façon impossible d’aller plus haut en fauteuil.)

 

Ensuite nous avons voulu passer aux toilettes : les plus proches étaient en haut d’un escalier, nous sommes donc allées aux plus lointaines… Si on excepte la porte à passer pour y accéder (elle tout juste assez large pour passer et il faut être accompagné pour pouvoir l’ouvrir et la maintenir ouverte… Toutefois en étant seul c’est juste à côté du restaurant, on peut toujours demander.) ça m’a semblé tout à fait accessible et adapté au fauteuil en termes de dimension et d’aménagement. (J’ai pas besoin de me transférer puisque je me lève je ne peux donc pas dire si pour ça c’est bien foutu !)

Ensuite nous sommes montées dans les étages. Pour des questions de temps nous avons  décidé de ne faire que le premier étage (normalement si on suit le parcours de visite c’est 2° puis 1°)

Il y a normalement 3 ascenseurs dans ce musée, un d’un côté (vers la section transports, au cas où ça parlerait à quelqu’un) et les 2 autres du côté de l’entrée. Nous avions su avant de passer aux toilettes que l’ascenseur côté transports ne fonctionnait pas. Côté entrée un seul sur les 2 fonctionnait. Heureusement ce bâtiment est assez simple : chaque niveau est plane et continu (pas de demi-niveaux, pas de lieux accessibles seulement d’un côté.) Ainsi même avec un seul ascenseur en état de marche on peu visiter l’intégralité des collections. (Mais bon il faudrait pas qu’il tombe en rade aussi, là ils seraient bien embêtés…  Les ascenseurs en panne chez eux ça a l’air assez fréquent, voire habituel, même si ils ne l’ont jamais été tous en même temps dans mon expérience, il faudrait peut-être qu’ils s’en préoccupent un jour… Je dis ça comme ça. )

Nous sommes donc allées au premier étage.

Là aucun problème pour voir les objets en vitrine, en revanche les cartels explicatifs sont toujours placés de telle manière que je ne peux pas les lire. Ils sont à plat : il faudrait qu’ils soient beaucoup plus bas pour être à portée de mon regard ! Pour améliorer cela il suffirait de les placer différemment : sur le devant de la vitrine.

Il y a des écrans explicatifs avec des vidéos, selon les endroits ça n’est pas toujours facile de se placer devant (sièges fixes ou mobiles) globalement c’est pas mal, mais améliorable.

 

0000310_002

La joueuse de tympanon, très impressionante. (source photo.)

Il y a à cet étage le théâtre des automates, certains étaient un peu trop hauts/ trop loin dans la vitrine pour pouvoir être pleinement visibles et appréciés. Mais globalement c’est bien. L’écran avec les vidéos d’automates en fonctionnement est bien accessible, on peut bien se positionner devant l’enceinte et l’écran. (Il y a un ou deux écrans dans les gradins donc inaccessibles mais ils montrent les même contenus : un écran est donc bien suffisant…)

 

Au bout du premier étage il y a une mezzanine, à laquelle on accède normalement par un petit escalier en colimaçon, j’ai aperçu qu’il y avait un monte-charge à l’autre-bout de la pièce, dommage qu’il ne soit pas plus indiqué, on pourrait renoncer en pensant que c’est inaccessible. (Pour des raisons de temps je n’y suis pas montée, je ne peux donc pas vous dire s’il fonctionne ou pas…)

Nous avons ensuite décidé de nous arrêter là et de nous diriger vers la sortie. Donc vers les l’ascenseur. Nous comprenons rapidement (2 ou 3 minutes) qu’il ne fonctionne pas. Ou plutôt si, fonctionne, il bouge mais il ne nous « entend » pas… C’est le bouton ne remplit pas son office. Donc l’ascenseur ne s’arrête pas au 1°, par contre l’écran nous fait bien remarquer qu’il passe allègrement du 0 au 2°… Nous cherchons un gardien (2 minutes). Je pensais alors qu’il pourrait simplement alerter quelqu’un qui pourrait nous l’envoyer (étant donné que nous l’avons emprunté pour monter pas de raison pour cela ne fonctionne pas !) Nous lui expliquons bien la situation et je lui propose aussi ma solution, mais il ressent quand même le besoin de vérifier par lui-même. Au bout de 5 minutes, il se décide à appeler un collègue. Je pense alors qu’il l’appelle pour qu’il nous envoie l’ascenseur comme je l’ai suggéré, que nenni ! (Ce serait trop simple !) Le collègue (un technicien visiblement) arrive … et il essaye aussi ! Je lui explique, je lui suggère ma solution mais non il veut vraiment voir par lui-même. (Genre « au bout d’un moment ça fonctionne et moi j’ai de l’or au bout des doigts ») Le gardien veut aussi lui faire entendre raison (parce que bon lui aussi, il commence à en avoir marre ça fait 10 minutes qu’il est sur l’affaire…) mais non. « Non mais ça va fonctionner vous allez voir, je vais pas vous laisser tomber j’ai tout mon temps » (oui mais pas nous…) « Non mais vous énervez pas ça va fonctionner » (en fait c’est toi qui m’énerve…) et là  (le gars est là depuis juste 2 minutes, l’ascenseur en est à son 2° aller-retour alors que depuis que nous sommes devant il en a fait au moins 15) Poum, il s’ouvre !  « Bah voilà vous voyez ! » (oui je vois qu’il y avait des personnes dedans qui voulaient visiblement arriver ici et avaient donc appuyé sur le bouton qui fonctionne à l’intérieur !! Ce bouton que ça fait 20 minutes que je demande qu’on aille appuyer dessus…) Le gars a donc fini sa journée persuadé que tout va bien le bouton fonctionne (une fois sur 4, 5 ou 6 … mais il fonctionne…) et moi ça m’énerve. Parce que du coup il ne va probablement pas arranger la situation et le prochain qui en aura besoin se retrouvera dans la même situation… (à moins qu’un jour cet ascenseur ne fonctionne plus non plus -> plus d’ascenseur…)

http://www.arts-et-metiers.net/musee/personnes-mobilite-reduite : tout ça c’est très bien, mais si les ascenseurs ne fonctionnent plus on ne va plus très loin…

Les ascenseurs qui ne fonctionnent pas c’est comme les toilettes handicapées fermées à clé / occupées par les produits ménagers ou comme les cabine d’essayage handicapées remplies de cartons ou comme les caisses prioritaires / les guichets adaptés constamment fermés. ça fait semblant de respecter la loi, ça fait illusion, ça fait beau, mais ça sert à rien du tout. Personnellement, ça m’énerve encore plus que les lieux franchement non accessibles ou non adaptés…

C’est comme le Louvre qui rénove ses espaces d’accueil, prévoit un lieu spécifique pour le retrait de fauteuils roulants (et poussettes) et ferme cet espace par des portes… que la personne en fauteuil ne peut pas ouvrir seule… (trop lourde, heureusement elle est en verre donc transparente, mais bon… )

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s