Lâcher prise

En ce moment je suis assez contente, je réussis à lâcher prise (et par résonance à prendre de l’assurance) dans plusieurs domaines qui étaient jusqu’à maintenant assez épineux :

  • M’assoir dans le bus.

En fait ça a commencé aux arrêts de bus. Je me suis dit un jour « Maintenant je vais faire attention à m’asseoir sur le banc s’il y a une place (il y en a souvent) et même si c’est que pour 2 minutes. et je reste assise jusqu’au bout (quand le bus il est là devant, pas seulement, tout près, là-bas, arrêté au feu.) Tant pis de ce que les gens y pensent. (En pensent-ils vraiment quelque chose ? Et surtout ce quelque chose importe -t- il ? NON.)

Au même moment, il y a eu aussi la vidéo de Margot et ses commentaires qui m’ont fait réfléchir. Dans le bus s’asseoir est une autre affaire…

bus Je n’ose jamais demander une place et je n’osais jamais non plus prendre les places dites prioritaires [qui sont à l’avant du bus] parce que je me disais que je n’avais pas besoin de celles là. « J’ai juste besoin d’une place assise pas forcément d’y arriver rapidement. » Ce qui est est à moitié vrai. D’abord parce que mon équilibre est plus ou moins vaillant selon les jours. (Certes ça ne met pas ma vie en danger, mais si je pouvais éviter de me faire détester de tout le bus en écrasant tous les pieds et bousculant tout le monde, ça serait pas si mal.) De plus, le temps d’arriver au fond du bus, souvent, les places vides ont été prises. Enfin, il semblerait que dans la tête des gens il est plus logique que je demande à m’asseoir à une place prioritaire qu’à une autre parce qu’elles sont faites pour ça. (Ce raisonnement m’énerve ) (Si ça vous intéresse je pourrais peut-être faire un article spécifique sur « M’asseoir dans les transports en commun » pour récapituler ce que j’ai déjà dû dire de-ci de-là et rajouter ce genre de choses…)

Je me suis plusieurs fois retrouvée absurdement coincée entre demander une place avec ma carte mais ne pas oser -car là-bas la place prioritaire est libre-, et ne pas oser aller s’asseoir à cette place dite prioritaire -parce qu’impression d’illégitimité (En écrivant ça je me rends compte à quel point c’est profondément idiot). Je me suis aussi très souvent retrouvée debout parce que je me suis dit « Non je ne vais pas prendre ces places-là [les place prioritaires] il y en a au fond » et finalement quand j’arrive, il n’y en a plus… (et, rappelons-le, je n’ose pas demander.)

Alors un jour j’ai réfléchi autrement.

  1. « Cette place est libre et j’ai besoin de m’asseoir »
  2. « Cette place est une place prioritaire et je suis prioritaire. »
    (J’ai une carte prioritaire [et celle-là je n’ai même pas eu à insister pour l’avoir…] = je suis prioritaire)
  3. « M’asseoir ici m’évite les problèmes d’équilibre jusqu’au fond du bus et j’épargne les pieds des gens.
  4. « Bon, je m’assois. » (!)

En 1 mois, (oui cette révolution date de quelques semaines seulement) j’ai dû le faire 3 ou 4 fois, toujours sur le même long trajet (c’est-à-dire une trentaine de minutes pour aller ou revenir de l’École), je n’ai encore jamais eu de remarque.

carte_de_prioritePeut-être des regards, je ne sais pas trop en fait puisque j’ai pris le parti de ne pas regarder les gens, je m’en fiche de ce qu’ils pensent (j’essaye). En fait, pour être sûre de ne pas me sentir gênée en croisant un regard réprobateur, je regarde par la fenêtre (mais c’est beaucoup moins le stress et la fuite qu’avant… Avant j’étais fixée-vissée à la fenêtre, maintenant je suis juste tournée vers… Je ne sais pas si vous visualisez la différence d’attitude…) Je ne me sens pas encore capable d’affronter tous les regards mais il y a quand même une grande évolution… J’ai un peu lâché-prise.

Peut être que la prochaine étape va être de sortir la carte pour demander une place quand il n’y en a pas ?

  • Les courses.

J’arrête de me presser/stresser à la caisse. Curieusement, ça se déroule beaucoup plus facilement. Clairement, je prends du temps : alors que j’ai à peine fini de vider mon panier sur le tapis, le caissier ou la caissière a déjà passé la moitié [de ce que j’ai posé]. Et donc le temps que je paye et range tout, s’il y a une (voire 2) personne derrière il doit attendre ou se débrouiller autrement. Hé bien tant pis. Je ne me presse pas pour autant. Je mettrais du temps de toute manière, pas la peine de rajouter au ridicule s’il y en a

Je crois que j’ai aussi été aidée pour ça par l’observation de mes amis (c’est-à-dire que JE les observe), je crois que je suis très complexée par ma lenteur… Mais qu’en fait eux n’en ont rien à faire. Parfois même je me dépêche tellement pour ne pas être lente que c’est moi qui les attend (Comment c’est possible ? Je fais tout à moitié ou de travers, eux s’appliquent et vont jusque au bout…) Il faut que je continue à travailler dessus. J’ai avancé mais le complexe est encore là.

  • Les relations amicales.

J’ai aussi lâché du lest dans ce domaine [J’ai continué à…] mais c’est un peu compliqué à expliquer en quelques mots, parce que tout ça est un sacré chantier, encore inachevé. Mais ça avance, je monte dans les étages… (et il n’y a pas eu de casse, juste une petite fêlure, aujourd’hui colmatée…)

Ce qui est génial dans tout ça : ces  petites avancées ont -il me semble- des répercussions plus globales… Je me fais plus confiance !*

*Pour une fois je suis sûre que ça n’est pas le processus inverse : la première fois que je me suis assise sur la place prioritaire je n’avais pas plus confiance en moi qu’avant. C’était un crash test. Crash test qui a été couronné de succès,  cela m’a donné plus d’assurance, de motivation, pour réessayer la fois d’après et encore après.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Lâcher prise »

  1. Je dois avouer que je n’ose pas demander non plus lorsque j’ai besoin de m’asseoir… parce qu’à chaque fois que je le fais, je sens le jugement dans les yeux de la personne dérangée (mon handicap est invisible) et je préfère encore souffrir debout que de subir ça. Mais du as tellement raison… c’est un droit de demander une place faite pour les gens comme nous.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s