Fatigue et maladresse

Ces 2 notions sont clairement très très étroitement liées.

Parce que ma maladresse me fatigue

Parce que, quand je suis fatiguée, je fais un nombre immensément plus grand de maladresses. (Oui, parce que même si j’adore créer et faire des choses de mes mains il est clair et net que je suis une fille maladroite… Étant dyspraxique ça n’est pas étonnant outre-mesure -ceci est un euphémisme…)
Je sais bien que la fatigue rend plus maladroit un grand nombre de gens, mais chez moi c’est vraiment flagrant. Je l’explique de plusieurs manières :

Quand je suis fatiguée, les stratégies -que j’ai appris à mettre en place en rééducation et à intégrer jusqu’à mon inconscient- fonctionnent moins bien, le naturel revient au galop.

Quand je suis fatiguée, j’ai envie d’aller plus vite (pour aller plus vite dormir), et -forcément- ça ne fonctionne pas (je suis même très probablement naturellement plus lente, quand je suis fatiguée), et je commets des imprudences qui ont (parfois) des conséquences.

Quand je suis fatiguée, je réfléchis moins bien, je m’organise de travers, je me dis que quelque chose va fonctionner alors que bien sûr que non. (Imprudence bis)

Quand je suis fatiguée, j’ai moins de réflexes (déjà que c’est pas vaillant d’habitude…) donc pour rattraper l’imprudence qui chute… … Catastrophe !

Quand je suis fatiguée, je tiens moins bien debout, je vacille, mon équilibredéjà naturellement précaire- s’évapore…  « Catastrophe » bis !

Pour couronner le tout, c’est une loi cosmique, quand je suis fatiguée, forcément, ce n’est pas sans raison : il y a, ce moment-là –toujours- 1001 choses  dont il faut s’occuper –en même temps (ça, je crois que c’est pareil pour tout le monde…) Donc il faudrait que je sois rapide et efficace et -forcément- je ne le suis pas. N’oublions pas, qu’en plus, il faut ajouter le temps de réparation des éventuelles catastrophes…

Résumons donc, quand je suis fatiguée je lâche  les objets que je tiens dans la main, je casse donc un œuf en rangeant mes courses,  je me cogne deux fois plus aux meubles,  je pose des objets n’importe où-n’importe comment (parfois ils tombent, parfois -heureusement- non ) (la casserole de soupe par exemple, hum), j’oublie ce que je suis en train de faire, je me disperse (je mets donc 2 h à manger mon repas complet -alors qu’il est prêt- parce que je veux gérer d’autres choses en même temps…) je tombe, je faits tomber d’autres objets…

Bref… Pour l’efficacité on repassera…

Heureusement demain est une journée moins chargée, je vais pouvoir me reposer un peu (faut pas rêver non plus, j’ai du pain sur la planche…)

Publicités

2 réflexions au sujet de « Fatigue et maladresse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s