Ces parents qui s’expriment à la place de leurs enfants #2 : coup de gueule

(J’ai écrit un petit préambule par là.)

S’il y a bien une chose qui m’énerve, une manière d’écrire, une attitude, c’est bien ça.

Bien sûr il y a les parents qui calquent leurs envies et leurs frustrations sur leurs enfants :

Je n’ai pas pu faire de piano, tu seras le meilleur !

Bien sûr ça m’énerve beaucoup aussi… (Laissez-votre enfant affirmer SES goûts et SES envies !!!)

Mais moi, je pense plutôt à certains parents d’enfants différents qui ouvrent un blog et s’expriment à la première personne  comme si leur enfant de 1 an pensait et parlait déjà comme un adulte…

Aujourd’hui j’ai fait de la kiné, j’ai eu mal mais j’ai été très courageux !

NON NON ET NON !!!

Ça m’énerve parce que le parent pense à la place de l’enfant, il lui prête des sentiments qui ne sont peut-être pas les siens.

Ça m’énerve parce que en s’exprimant ainsi il fait comme si c’était la seule pensée possible, véritable… Ce qui est très différent d’un parent qui dit :

« Elle est allée chez le kiné aujourd’hui, elle a été très courageuse » (ou mieux « Elle est allée chez le kiné aujourd’hui et je l’ai trouvé /la trouve très  courageuse »)

Ça n’est pas forcément plus vrai (aller chez le kiné n’est pas forcément du courage…) mais on voit bien que c’est le parent qui voit son enfant comme courageux, ce qui est hautement plus compréhensible. Je vous jure que je ne me suis jamais sentie courageuse en allant chez le kiné, mais je comprends que les autres me voient ainsi...(Je dis ça parce que j’ai l’impression que les gens pensent souvent que quand on va chez le kiné c’est pour se battre contre son handicap. Or, non, je ne me bats pas contre mon handicap, j’apprends à vivre avec et je prends les mesures nécessaires pour le vivre le mieux possible, les séances de kiné est un de ces moyen.) (Pour enlever tout doute : ma vie n’est pas un combat ! )

Je m’écarte du sujet : revenons à nos moutons.

Ça m’énerve parce qu’en s’exprimant ainsi à la place de l’enfant c’est comme si le parent niait à son enfant cette possibilité. Comme s’il considérait que comme il parle avec des phrases plus construites, plus précises, avec des mots plus savants, avec des idées plus ordonnées, sa pensée vaut plus. Si tu es le parent d’un enfant trisomique (ou autre, c’est l’exemple le plus parlant qui me vient), il peut parler, il a le droit de s’exprimer à sa manière, même si ça n’est pas d’aussi beaux discours aussi bien léchés. Alors laisse-lui son expression et exprime toi sur tes ressentis à toi, tu auras autant à dire. Oui c’est vrai, à un an, deux ans et parfois plus, un enfant ne parle pas. Et alors ? Est-ce une raison pour parler à sa place ? Quand il sera plus grand tu feras comment ? Tu lui montreras tes écrits en disant : « Regarde je parlais à ta place ? » ou alors tu diras « Regardes je parlais de toi ? » (Ben non, raté, tu parlais à sa place.)

Ça m’énerve parce que c’est tellement dommage. Si les écrits retraçaient la pensée du parent, plus grand l’enfant pourrait les lire pour apprendre son histoire et peut-être en rediscuter avec son parent. (Un enfant est toujours, il me semble, à la recherche de son histoire, de son passé, peut-être encore plus quand il est handicapé. Chez tous ceux que j’ai croisé -moi la première- il y a un immense besoin de savoir comment se sont passés les premiers jours/mois/ années, de connaitre l’évolution, ce qui a été dit, pensé, proposé… Pas pour juger mais pour savoir, pour se construire.) Mais si c’est écrit à la place de l’enfant ? Comment il va retracer son histoire ? En se collant dessus l’image forcément tronquée et en partie fausse que le parent avait de lui ? (Parce que même mes parents ne connaissent et ne comprennent pas tout chez moi …Heureusement.)

Ça m’énerve tellement parce que c’est déjà tellement naturellement compliqué de se démarquer du parent, de s’affirmer, de trouver sa place. C’est déjà tellement naturellement compliqué d’exprimer ses ressentis. et d’oser dire au parent que son ressenti n’est pas le même que le sien. (D’après mon expérience en tout cas, mais il ne me semble pas être la seule…) Comment faire si, en plus, celui-ci s’exprime à notre place ? Si avant même qu’on est ouvert la bouche il fait semblant de deviner ce que l’on pense ?

Ça m’énerve parce que c’est comme si le parent considérait qu’il connait tellement son enfant par cœur qu’il connait aussi toutes ses pensées, tout ce qui lui passe par la tête. Parfois il semble même avoir compris des choses que l’enfant lui même ne réussit pas encore à savoir (du genre, le métier qui sera bien pour lui plus tard.) Il pense qu’il sait tout alors qu’il y a tellement de choses qu’il ne vit pas. Tellement de choses vécues intérieurement difficilement dicibles. Tellement de choses qui sont difficilement compréhensibles quand on ne les vit pas soi-même.

Donc en plus d’être oppressant, castrateur (l’enfant ne peut pas s’exprimer) c’est aussi très réducteur.

Ça m’énerve parce que ça enlève tout filtre. Je veux dire que les personnes qui lisent ce blog à la première personne elles aussi se mettent à penser que l’enfant pense comme ça, elle n’ont pas les moyens de remettre ça en question : déjà quand c’est le parent qui l’exprime ça imprime une certaine image dans la tête des gens mais quand en plus c’est fait au nom de l’enfant ça rajoute dans le pathos… et donc dans l’absence d’esprit critique (« oh oui qu’est-qu’il est courageux ce petit ! ») Je vous rassure la famille et les amis n’ont pas besoin d’un blog qui raconte les aventures de l’enfant à la première personne pour le trouver courageux ! Beaucoup de personnes autour de moi sont visiblement admiratifs. Je ne dis pas que c’est mal, ça fait beaucoup de bien à l’estime de soi mais ça met aussi pas mal de pression parfois… Mais au moins, je sais que l’image qu’ils ont, ils l’ont par ce qu’ils ont vu, vécu à mes côtés, ce que je leur ai raconté moi, parfois par ce qu’ont raconté mes parents aussi certainement mais pas à ma place ! Ils ont raconté (toujours je crois, j’espère…) ce qu’il vivaient eux à mes côtés, pas ce que moi je vivais. Ce qui fait une grande différence, selon moi. (et j’espère qu’à travers ce long article vous le comprenez, au moins un peu…)

Au fond si je poussais mon raisonnement au bout je devrais peut-être être tout aussi énervée par les films ou livres qui s’expriment à la place des gens concernés. Mais  en fait, je ne le suis pas autant. Parce qu’il y a pour moi une différence fondamentale. Derrière ces blogs il y a une personne en chair et en os, ce n’est pas le cas des films où au fond l’histoire raconte aussi plein d’autres choses. De plus, un film ou un livre (en tout cas ce genre là) c’est une création, c’est un exercice de style, c’est romancé. Et une personne qui va voir un film ou qui lit un livre doit être capable de se dire : c’est romancé, ce n’est pas la réalité. Du coup bien sûr ça m’énerve, parce que ça donne à voir à la société l’image qu’ils ont déjà, on aimerait bien que ça sorte plus souvent des sentiers battus, que ça soit mieux documenté, que ça soit raconté par une personne directement concernée. Parfois on aimerait être sûrs que la personne qui a inspiré l’œuvre est d’accord avec ce qui est dit d’elle, de son vécu. Mais ça ne me fait pas bouillir pareil. Parce que c’est un acte de création, d’imagination.

Ce qui n’est pas le cas de ces blogs-là ! Ces blogs sont destinés à raconter un vécu, une histoire, de personnes en chair et en os, réelles. Des personnes humaines qui ont donc des ressentis et des pensées. Des personnes humaines qui ont le droit de s’exprimer.

Et donc ça m’énerve (j’espère que là ça y est vous avez compris, sinon j’ai tout raté…)

Je peux au moins leur reconnaitre un mérite, ça m’a redonné la profonde envie de lire l’autobiographie d’Hellen Keller et celle d’Emanuelle Laborit.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Ces parents qui s’expriment à la place de leurs enfants #2 : coup de gueule »

  1. Ping : Ces parents qui s’expriment à la place de leur enfant #3 : conclusion | Crevette de Mars

  2. D’accord avec toi! Je n’aime pas non plus recevoir un texto ou un faire-part rédigé evidemment par des parents mais à la première personne comme si l’enfant s’exprimait : du genre « je vous présente ma petite sœur que j’adore déjà » 😬

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s