Dublin #3 : Et moi alors ?

Je vous ai donné beaucoup d’informations mais je n’ai parlé de moi qu’en filigrane… Mais, comment j’ai vécu mon voyage en fait ?

Super bien !!!

Pour commencer, aucun problème à l’aéroport… Il faut dire que voyager sans bagage en soute c’est vraiment plus facile et moins stressant ! (Il faut que je m’en rappelle pour les prochains petits voyages : restreindre le bagage c’est casse-tête mais ça vaut vraiment le coup !)

Là-bas (deux heures de vol c’est vraiment pas long surtout quand avec le « décalage horaire » tu as l’impression de rajouter une heure à ta journée !)( ça a un côté surréaliste dans ma tête : décollage 13h-arrivée 14h, durée de vol : 2h !! ben voyons, c’est tout naturel 😀), là-bas donc, je retrouvais une amie en Erasmus, je n’avais donc pas besoin de chercher un logement, ni de m’inquiéter de l’organisation pratique ni de me soucier de mon orientation spatiale pourrie (je ne l’ai pas quittée d’une semelle 😀 mon amie je veux dire…) Tellement de stress en moins ! (Vous vous rappelez ce que je vous avais raconté ici et ?)

D’ailleurs, je dois dire qu’au delà du voyage et de la découverte, ce séjour fut un chouette moment amical. Ça compte dans les bons souvenirs que j’en garde !

J’ai eu une chance inouïe : en 4 jours il n’y a pas eu de pluie ! Juste un petit crachin à la fin en guise d’au-revoir…C’était quand même plus pratiques pour toutes nos pérégrinations…

Je garde un très grand souvenir de la bibliothèque de Trinity, de la Chester Beatty Library et de notre passage sur la côte irlandaise (on peut rejoindre la côte très rapidement et facilement en train.)

Mes billets d’avion étant pas très chers et les musées étant gratuits, je me suis un peu lâchée sur les souvenirs… Pourtant je ne suis pas du genre consommatrice mais là… j’ai fait exception… Que des petits trucs mais plein ! Cartes postales, cartes à jouer, livres, magnets, sous-verres… J’ai presque autant dépensé en billets d’avion qu’en souvenirs…

J’ai aussi beaucoup aimé parcourir les rues du centre-ville (Dublin est une ville assez petite en fait… heureusement pour moi ! 😀)

J’ai beaucoup marché : je savais que ça en valait la peine et je voulais vraiment en profiter à fond, du coup j’ai un peu repoussé mes limites sur ces quelques jours… Pour compenser je dormais beaucoup (sieste systématique en fin d’après-midi avant de ressortir le soir) et je ne regrette absolument pas ! Surtout que cette escapade m’a fait tellement de bien au moral que finalement la semaine suivante je n’étais pas aussi fatiguée que je le craignais (ou je n’ai pas ressenti la fatigue… C’est possible aussi…)

Ce voyage je l’ai surtout apprécié parce que c’était une belle découverte culturelle. C’est pour ça que j’aime les voyages : voire la diversité des modes de vie, des habitudes vestimentaires, culinaires et tout le reste… Tous les petits détails qui font la différence… (tous ces petits détails dont je vous ai parlé en première partie …)

Je m’aperçois d’ailleurs que j’ai oublié de vous parler  de l’accent irlandais ! Absolument charmant / très mignon (je vous laisse choisir l’expression que vous préférez…)

Pour conclure, on ne me change pas : les pubs irlandais c’est trop génial  et la Guiness c’est très très bon !!!

 

Voilà voilà j’ai dit tout ce que j’avais à dire sur Dublin…
J’ai plein d’autres articles sur plein d’autres sujets en réserve…
Ça arrive tout doucement, l’un après l’autre !

Publicités

8 réflexions au sujet de « Dublin #3 : Et moi alors ? »

  1. J’espère ne pas t’avoir blessée avec mon commentaire sur le côté psychologique de la fatigue… Je sais que ce n’est pas facile pour toi de reconnaître tes limites physiques et moi j’ai l’air de dire que ça peut être dans ta tête :/ Pas très futé!!!

    J'aime

    • Ton commentaire ne m’a pas du tout blessée 🙂 Je suis bien d’accord qu’il y a une partie psychologique dans la fatigue (d’ailleurs on peut être fatiguée même sans avoir rien fait quand ça ne va pas bien psychologiquement). Mais ça a tout de même des limites… Et j’ai parfois du mal à comprendre certaines fatigues ou au contraire absences de fatigue. Pour Dublin, j’ai vraiment repoussé mes limites et ça m’a rappelé ce que j’avais fait aux JMJ de Madrid… Or alors que les circonstances et le moral étaient quasi identiques (les JMJ étaient plus longs) Je ne l’ai absolument pas vécu pareil et les suites étaient radicalement différentes…

      Aimé par 1 personne

  2. Ping : Ce que j’ai fait en 2016… Ce que j’aimerais faire en 2017 | Crevette de Mars

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s