Madeleine de Proust météorologique

Depuis hier j’avais envie d’écrire un article pour me changer un peu les idées, un truc léger et insouciant. Un truc sans prise de tête. Je regardais mes 46 brouillons et rien ne me convenait. Je voulais un truc spontané, improvisé. Je cherchais l’inspiration mais rien ne venait. Puis, d’un coup, elle est tombée du ciel ! (Non, non, je ne suis pas folle !) Donc voilà.

La météo et ses changements incessants et capricieux c’est quand même un phénomène extraordinaire. Chaque situation (mis à part la grêle et les phénomènes exceptionnels comme les cyclones) a son charme.

J’aime contempler le soleil régnant dans un ciel bleu immaculé, mais j’aime aussi observer les nuages qui le côtoient parfois, qu’ils soit légers, fins et vaporeux ou opaques, gros et cotonneux. J’aime quand un nuage cache le soleil puis le découvre l’instant d’après, poursuivant sa course. J’aime la lumière dorée du matin et celle rosée du soir. J’aime quand il y a un vent à décorner les boeufs, c’est vivifiant. J’aime quand il pleut et que soudain le vent s’en mêle, par bourrasques, rendant inutiles et inutilisables tout parapluie (je ne prends jamais de parapluie.) J’aime aussi quand l’horizon gris ardoise se déploie peu à peu sur le ciel tout entier. J’aime quand l’orage éclate, j’aime entendre les bruits secs ou les roulements du tonnerre et me laisser surprendre par le flash puissant des éclairs. J’aime quand la pluie tombe à gros gouttes (et que je suis tranquille à l’intérieur… Mais l’excitation de courir sous la pluie parfois c’est bien aussi 😀 ) (rappelons-le : je ne prend jamais de parapluie !) et j’aime aussi quand soudain elle s’arrête. J’aime moins quand c’est un petit crachin insidieux et perpétuel, mais ça a au moins l’avantage de me laisser marcher –sans parapluie donc– sans me retrouver in fine trempée jusqu’aux os. Et si je suis abritée, j’aime beaucoup contempler les gouttes glisser sur la vitre les entendre toucher le sol.

Après avoir lu tout cela, je pense que ça ne vous étonnera pas si je vous dis que j’aime garder la fenêtre ouverte. Quand il fait beau pour laisser la lumière et la chaleur du soleil entrer à flots (ou sentir un courant d’air en été) mais aussi quand il fait moins beau (même si la fenêtre est brillante de propreté, elle fait perdre un tantinet en luminosité) et quand il pleut (oui il faut qu’il y ait un rebord au-dessus de la fenêtre) pour entendre la pluie tomber.

Oui bien sûr je la ferme parfois (même probablement plus de 50% du temps et encore plus en hiver) mais je peux la rouvrir à plusieurs moments de la journée pour profiter quelques instants du dehors, surtout quand -comme en ce moment- je sors très peu.

J’aime aussi quand le ciel gris prend une couleur inopinée (il y a des jours où même un temps nuageux et gris peut-être extrêmement lumineux, je trouve cela très mystérieux et génial !) Il y a aussi des jours où la lumière prend une couleur jaune-dorée comme si il allait y avoir une tempête de sable. J’aime aussi le blanc si particulier du ciel précédent la neige. (J’aime aussi quand la neige tombe mais est-il besoin de le préciser…)

Bien sûr comme tout le monde au bout de plusieurs jours sans soleil je désespère et déprime mais j’aime énormément cette diversité capricieuse, imprévisible et étonnante.

Mais pourquoi diantre je vous parle d’une madeleine de Proust ?! Patience, j’y viens !

J’ai écrit cet article en hommage à l’orage qui vient d’éclater -fenêtre ouverte. Le ciel était sombre il est maintenant beaucoup plus lumineux. Nous avons eu des trombes (et un peu de vent j’ai dû par instants fermer ma fenêtre) maintenant le dehors s’égoutte et ça les nuages lâchent une petite bruine (je viens de vérifier, c’est aussi un truc que j’aime faire : mettre mon bras sous la pluie.) Nous avons eu des claquements secs et des roulements bref, la joie ! Mais je crois que ce que je préfère c’est quand l’orage éclate une fois la nuit tombée. D’abord parce qu’il y a la joie de voir les éclairs. Mais aussi je crois grâce à mon enfance. Bien sûr comme tous les enfants j’ai eu peur de l’orage. Cet idiot m’empêcher de dormir. Mais justement (oui!).

Pour dédramatiser, mon père racontait souvent l’histoire des Schtroumpfs (oui, chez nous c’est les Schtroumpfs et pas les Belges, plus intemporel et plus respectueux, plus long et difficile à écrire aussi) :

Pourquoi les Schtroumpfs vont-ils à la fenêtre quand il y a de l’orage ? (connaissez-vous la réponse ??? Oui je suis une gamine 😀 )

Et puis même si ça me faisait peur j’aimais beaucoup écouter les différents sons des coups de tonnerre et surtout nous nous amusions à compter entre l’éclair et le tonnerre pour connaitre la distance.

Et puis j’ai grandi à la campagne, quand l’orage éclatait souvent c’est qu’il avait très lourd et chaud les jours précédents et la terre avait besoin de pluie. C’était donc nécessaire et bien.

Peut être aussi parce que quand l’orage éclatait en journée nous étions obligés d’éteindre tous les appareils électroniques : plus de télé, plus d’ordi, plus de musique ! Au moins le soir et la nuit je n’étais privée de rien.

Peut-être aussi parce que c’était alors une excellente excuse pour aller toquer à la porte de leur chambre et demander un câlin.

En tout cas, l’orage qui éclate le soir c’est pour moi la meilleure madeleine de Proust météorologique.

En écrivant j’ai pensé à cette chanson. Elle est parfaitement dans le thème : pluie, orage, éclairs, tonnerre, câlins et retour en enfance…

… Je suis gentille, je vous offre une deuxième chanson pour vous enlever la première de la tête (elle est culturellement plus élevée comme l’âge de mes lecteurs… 😀 )

Et une dernière pour la route (parce que… jamais 2 sans 3… voilà !) 

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Madeleine de Proust météorologique »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s