Après l’incertitude le soulagement.

En écrivant cet article je me suis rendue compte qu’il était important que j’exprime ce que j’avais sur le cœur. Que l’autre ne pouvait pas rentrer dans ma tête et qu’il fallait que je m’exprime. Attendre n’était pas la solution puisque cela me rongeait, il fallait donc que j’agisse pour comprendre et la meilleure façon pour cela c’est de poser les questions. Pour arrêter de se monter la tête et de s’imaginer tout et n’importe quoi à tort ou à raison il n’y a qu’une seule véritable solution : poser les questions. Après, l’autre y répond ou pas, mais la porte est ouverte et, au moins, je peux espérer que lui me comprend un peu mieux. D’ailleurs s’il ne me répond pas c’est peut-être LE signe qui montre  que la relation est finie.
L’autre problème qui va se poser avec la réponse c’est la sincérité mais j’ose espérer que la clarté de mon discours dans ce cas n’appelle que l’honnêteté. Et que l’autre est assez intelligent pour comprendre que l’hypocrisie ne mène à rien, ne sert à rien.

Dans ce but j’ai donc envoyé un mail à l’une de ces connaissances, non pas pour renouer le contact à l’occasion d’une trêve hivernale comme je l’avais pensé avant, mais pour poser les questions et trouver des réponses.
Pour poser les mots. Pour permettre à l’autre de voir ce qu’il représente pour moi et peut-être même lui montrer ce que j’attends-espère de lui et de notre relation. Pour permettre à l’autre de me comprendre que je puisse le comprendre à mon tour.
Pour l’instant cette personne n’a pas répondu, ce qui est normal, c’est tout récent. Mais rien que de poser les maux et de savoir que c’est dit, extériorisé, que maintenant ça ne dépend plus que d’elle, ça fait un bien fou.

Mon autre amie, ma très chère amie d’enfance, c’est différent.
À elle je n’ai pas envoyé de message, je restais sur mon idée de la trêve hivernale.

Par peur, peur de comment dire, l’ampleur de son importance, l’ampleur de mes sentiments et émotions. Peur de me dévoiler. Peur de sa réponse.
Mais une coïncidence m’a donné une moitié de réponse : je vais voir cette amie peu après Noël. Dès que je l’ai su je lui ai rapidement envoyé un court message pour lui dire mon bonheur à cette perspective. Elle m’a aussi rapidement répondu par un message tout aussi bref : un message bref parce que nous allons nous voir bientôt, et que rien ne vaut les échanges de vive-voix, mais assez long pour exprimer les regrets de ne pas m’avoir écrit plus tôt du fait d’un « malaise » inexpliqué.
Nous avons donc mutuellement monté des barrières !

 Je crois qu’il faut définitivement que j’ancre en moi cette idée. Cette amie-là (elle précisément, ne généralisons pas ) ne m’oublie pas, quelque soit la rareté de ses messages.
Il faut que j’accepte que notre relation ait changé avec le temps qui passe, la distance, et le vécu mais que quoiqu’il en soit elle est là et c’est pour ça qu’elle répond toujours.
Je sais que j’ai encore du mal à l’accepter : quand je vais bien je le comprends, mais quand je vais moins bien, quand pour x raisons ma confiance prend un coup, je doute.

Tout est donc question de confiance…

(et là j’ai coupé, parce que ça partait à la dérive, mais il y a une suite à la réflexion…une suite un peu moins joyeuse…je ne l’avais pas du tout vue arriver celle-là !)

Publicités

9 réflexions au sujet de « Après l’incertitude le soulagement. »

  1. Ping : Question(s) de confiance | Crevette de Mars

      • Non, ce sont deux choses différentes puisqu’on peut se résigner à renoncer ou renoncer à se résigner 😉

        Par contre, même si le post est plein de doutes, tu es quand même dans l’action. C’est ça que j’avais oublié et que je trouve positif!

        Aimé par 1 personne

      • Aha, pas mal 😉 !
        Oui tu as raison, avoir osé sauter le pas était sacrément positif… Merci de ton retour, ça m’a permis de remarquer le chemin parcouru… (il faudrait que je retourne lire mes anciens articles plus souvent…)

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s