Le changement …

« J’ai envie d’écrire… »

Voilà ce que je me suis dit ce soir. Écrire oui, mais quoi ? J’ai une foule d’idées, un tas de brouillons en attente (plus le temps passe plus la proportion de brouillons augmente, c’est effrayant !) Je pense qu’il est donc tout à fait d’actualité de vous parler de ce vilain défaut : quand j’ai une foule d’idées comme ça, je ne sais plus où donner de la tête et par quel bout commencer. C’est vrai pour tout : quand je suis débordée par le travail, quand je dois ranger mon appartement, quand je dois faire ma valise, quand je dois prendre plusieurs rendez-vous, quand j’ai plein de projets …

Certains vous diront que c’est parce que je suis dyspraxique (le correcteur connaît « dyspraxie » et « aphasique » mais pas « dyspraxique », no comment, il est ajouté au dico.), en effet la dyspraxie est connue pour entraîner des problèmes dans l’organisation des tâches, la difficulté à envisager un enchaînement d’actions… Pour ma part je ne sais pas si je dois dire que c’est dû à la dyspraxie ou que c’est aggravé par. Ou plutôt si, je sais. Je préfère la deuxième formulation. Parce que, que ce soit dû ou pas à la dyspraxie, je vis avec et ça fait entièrement partie de moi , la dyspraxie n’est pas une entité détachée, d’autant plus que l’on naît avec, on ne devient pas dyspraxique en plein milieu de sa vie, par accident, je n’ai donc pas de comparaison « avant-après », seulement « moi-les autres » , or je n’ai pas encore réussi à entrer dans la tête des autres pour savoir comment ça se passe chez eux…
Et puis je refuse de tout mettre sur son dos, ce serait trop simple, considérer que tout est la faute de mes divers handicaps reviendrait à les séparer de moi et à dire que je n’ai pas de défauts, ce qui ferait de moi un ange, sauf que non, comme tout un chacun j’ai des défauts (dommage !)

Toujours est-il que je passe du coup un temps fou à faire des listes et à décider dans quel ordre je dois faire les choses…

« Bon, alors, je prends d’abord mon rdv chez le kiné, parce que c’est le plus urgent, puis, après, je fais la vaisselle… ah mais non, je veux me doucher d’abord, donc, récapitulons : je me douche, puis j’appelle le kiné, puis je fais la vaisselle, puis … ah, sauf que … »

Bref, je me noie dans un verre d’eau, c’est pas simple… (et vous aurez compris que je dois tout marquer sur ma liste, y compris la douche, sinon j’ai l’impression d’oublier des choses / de m’éparpiller / de ne pas avancer et ça me déprime (ou me stresse encore davantage …))

Par conséquent cette période de rentrée est pour moi véritablement compliquée.

D’abord, il y a les valises à faire : j’ai horreur de ça, symbole de départ, de séparation, et puis les transports me stressent parce qu’il y a toujours un tas d’informations à traiter, faire attention à l’heure (ma gestion du temps est un autre énorme problème possiblement aggravé par la dyspraxie), se repérer dans la gare, ne rien oublier…(j’en reparlerais dans un autre article, il fait partie de mes nombreux brouillons…)

Puis, en plus de la vie quotidienne à reprendre en main (en deux mois de vacances en famille, j’ai oublié les automatismes que j’avais réussi à prendre pour la cuisine …bon ! ) [ça pour le coup je peux dire par comparaison avec les Autres que c’est dû à mes handicaps > ah ah ! autre question : handicap d’accord, mais lequel ? dyspraxie ou difficulté de motricité fine due à l’IMC ? On s’en fout carrément !)], il y a aussi toutes les démarches administratives, les rattrapages (qui laissent dans l’indécision j’ai HORREUR de ça) et, j’ai gardé le meilleur pour la fin, le changement de domicile …

Changement de domicile, ça signifie se reconstruire des habitudes, découvrir un nouveau quartier (s’orienter n’étant pas mon point fort, c’est possiblement…), découvrir le nouveau logement avec de nouveaux rangements donc une autre organisation, et puis là il faut défaire les valises et cartons et TOUT RANGER (j’ai trop d’affaires !!!) et puis c’est reparti pour un tour :

« Bon alors si je range ça là, ça je le range ici, ah mais alors où est-ce que je vais mettre ça ? Bon ! Crevette, une chose à la fois ! Commençons par … les livres, de toute façon ça va dans l’étagère et y en a qu’une … »

Bref, c’est long et fastidieux, et en attendant c’est le bazar, restons polis.

Donc, le changement et moi c’est compliqué, stressant, fatiguant et tout ça… Et pourtant (pleine de contradictions que je suis) j’aime ça aussi !

Changement est synonyme de découverte : un nouveau quartier c’est de nouveaux beaux endroits, un nouveau logement c’est une autre étape vers de plus en plus d’autonomie, être bousculé dans ses habitudes c’est très bien, ça permet de réfléchir à ses projets sous un autre angle, de revoir ses priorités, d’imaginer plein de possibles jusqu’alors inenvisageables …

Moralité : j’aime bien le changement mais il faut me laisser le temps de m’y préparer (un peu) et (surtout) de le digérer …

Publicités

5 réflexions au sujet de « Le changement … »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s