Exposition : « Chagall, Soulages, Benzaken… Le vitrail contemporain »

Je suis allée voir l’exposition sur le vitrail contemporain à la cité de l’architecture et du patrimoine (dans le palais Chaillot) (elle y est jusqu’au 21 septembre).
large_vitrail_01_e2025

Je connaissais déjà quelques exemples : les vitraux de Marc Chagall à la cathédrale de Metz, les vitraux de Henri Matisse dans la chapelle du Rosaire de Vence (toute entière pensée par Matisse jusqu’au mobilier et aux vêtements liturgiques), les vitraux de Pierre Soulages dans l’église Sainte-Foy de Conques…  et c’est pour ça, pour approfondir ce sujet, que je voulais y aller, et je ne regrette pas : c’est une très belle exposition !

Une belle expo parce que il y a de belles œuvres, bien sûr, mais cela ne suffit pas pour que je trouve qu’une exposition est belle. Tout l’environnement est important. L’organisation et la clarté du parcours, l’organisation et la clarté du discours, la manière dont les œuvres sont exposées, les explications qui les accompagnent … Tout cela a une importance dans la réussite d’une explication à mes yeux !

L’expo se déroule dans une unique très grande salle rectangulaire divisée pour l’occasion en 2 travées, elle est organisée suivant un  parcours chrono-thématique simple, chaque portion se focalisant autour d’un monument ou d’un artiste clé dans le développement et l’évolution de l’art du vitrail. Chaque portion commence par une suite de photos défilant sur un petit écran, montrant les monuments qui vont être évoqués ensuite. Le cheminement est  simple, linéaire, sans allers-retours ou zig-zags (comme cela arrive malheureusement souvent et je trouve ça désagréable, ça brouille les idées…). Pour chaque portion une série de petites œuvres (dessin, détail d’un vitrail…) fait face à une œuvre de plus grande dimension (une baie entière, un dessin préparatoire grandeur nature…) Donc, déjà, bon point pour le parcours !

J’ai aussi beaucoup apprécié les textes : ils sont clairs et concis, compréhensibles par tous, mais comprenant les détails nécessaires pour satisfaire les attentes de spécialistes : c’est un équilibre que les commissaires d’exposition ont bien souvent du mal à trouver : soit les explications sont très généralistes et laissent au spécialiste (et parfois même au visiteur lambda) un sentiment de frustration (il manque le nom de la technique utilisée, l’explication de l’iconographie, par exemple…) soit les explications sont beaucoup trop pointues, dans un jargon incompréhensible au non-initié, or je trouve important qu’une exposition ne soit pas dirigée vers un public ciblé de connaisseurs au contraire elle a plus pour intérêt de faire connaitre !
Ici, j’ai trouvé  les textes bien complets : dénomination de l’œuvre, nom de l’artiste-peintre (qui a réalisé le dessin du vitrail), nom de l’atelier de verriers (qui est en charge de la réalisation technique), localisation (monument, ville, département), matériaux, technique(s), puis des explications concises mais suffisantes sur le contexte de création et/ou l’iconographie et/ou la spécificité de la technique… Chacun peut piocher les  informations qui l’intéressent sans être noyé ! 
NB : j’ai apprécié la  lisibilité des textes écrits en noir sur blanc, avec des caractères de taille correcte, à une hauteur contentant tout le monde… (même si les caractères auraient peut-être pu être encore un petit peu plus gros et que je me suis  penchée 2 ou 3 fois pour lire -mais vraiment je chipote…)

J’ai apprécié la diversité des médias utilisés : l’exposition ne montrait pas seulement des vitraux mais aussi des dessins préparatoires à différentes échelles et en différentes techniques (peinture sur papier, crayon sur papier, papiers gouachés découpés….), et je l’ai déjà dit, il y avait aussi des écrans montrant des photos des monuments, ce qui est à mon sens très important car cela permet de remettre les œuvres en contexte, mieux comprendre ce qu’a voulu l’artiste (car l’artiste ne crée pas un vitrail indépendamment du lieu, il y a toujours une réflexion sur l’environnement, le vitrail n’est pas un tableau posé sur un mur mais une œuvre qui fait partie intégrante du monument, le rapport entre les 2- vitrail et monument/architecture, voire même rapport entre les 3 – vitrail, monument/architecture et environnement, est très important et c’est cette dimension que les photos permettent d’appréhender et je pense que sans cela l’expo aurait été vidée d’une partie de son sens !

De plus, l’exposition se termine par une projection de plusieurs vidéos d’environ 15 minutes chacune, dans une salle séparée, j’en ai vu 2 : un échange avec Pierre Soulages à propos des vitraux de l’église Sainte-Foy de Conques, très intéressant pour comprendre son œuvre, et une vidéo expliquant la fabrication et la mise en place de vitraux du peintre Gérard Collin-Thiébaut et maître verrier Pierre-Alain Parot à la cathédrale Saint-Gatien de Tours, qui permettait de mieux comprendre l’aspect technique.

J’ai aussi beaucoup aimé cette exposition car elle m’a fait faire des découvertes, des découvertes qui m’ont donné envie  d’aller voir plus loin par moi même, sans sentiment de frustration, juste de la curiosité et du plaisir d’apprendre …

Oui, c’était vraiment une très belle expo ! (une fois n’est pas coutume je vous préviens assez tôt pour que vous puissiez aller la voir ! )

NB : Il y a un point qui me titille. En soit l’expo est tout à fait accessible aux fauteuils roulants (et pour ceux qui auraient besoin des fauteuils roulants sont en prêt à l’accueil, comme dans la plupart des musées parisiens); les textes, les écrans et les œuvres sont tous à une bonne hauteur …  Mais je me suis demandée après :  les lumières ne sont- elles pas gênantes ? ; c’est une  question qui me titille souvent j’ai remarqué que bien souvent les lumières sont placées en réfléchissant à un spectateur de taille standard mais si on est plus grand ou plus petit les reflets deviennent gênants, c’est donc compliqué de contenter tout le monde … Comment faire ? Mais ici je n’ai pas l’impression que les lumières soient gênantes, je n’ai pas eu un seul reflet, mais je ne saurais pas dire pourquoi… peut être que toutes les lumières étaient indirectes ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s