Le handicap, une large notion (2ème partie)

J’avais commencé ici à analyser ce qui me gênait dans cet article, je continue  aujourd’hui (enfin)…

Pour commencer, j’ai remarqué plusieurs points précis qui me semblent capillotractés (c’est un  mot que j’aime bien, ça veut dire « tiré par les cheveux »…) ou qui ne sont vrais que lorsqu’on reste à la surface …

Bien sûr, il y a probablement des profiteurs (pour le macaron notamment), il y en aura toujours, il me semble pourtant que ce n’est pas l’ouverture de la notion qui fera un changement flagrant et puis là on rentre plutôt dans le débat du  savoir-vivre et du respect…

Pour ce qui de l’allocation adulte handicapé, je vous assure qu’il n’y a pas de danger de « profitage » tellement c’est compliqué de l’obtenir et tellement la somme versée est dérisoire … (si vraiment c’est un profiteur ça signifie que son handicap est très léger et donc que s’il la touche ce sera le minimum et donc que cela ne lui suffira pas pour vivre…)

Quant à la question de la reconnaissance en tant que travailleur handicapé, je ne suis pas sûre que cela soit toujours  un vrai atout, lorsque le handicap est léger et/ou invisible en particulier : il me semble que la peur de l’inconnu sera plus forte que la menace d’une amende et que si la personne postulante n’arrive pas à définir clairement et simplement ses problèmes et besoins, elle sera finalement rejetée par l’embaucheur.

Par ailleurs le changement de vocabulaire entre « personne handicapée » et « personne en situation de handicap » ne m’a jamais gênée, au contraire je trouve que cela  permet de rendre les cases plus perméables et de moins écarter-stigmatiser-étiquter-discriminer les personnes handicapées, de toute façon le concept est déjà flou, qui pourrait le définir clairement ? (et je pense que l’expression « en situation de handicap » n’a pas totalement effacé l’expression de « personne handicapée ».)

De plus, je pense que la plus grande ouverture de la notion de handicap n’est pas un vol, mais simplement une conséquence des avancées de la médecine (entre autres) : de plus en plus de maladies rares, voire orphelines sont (re)connues et donc intégrées dans la définition du handicap, en quoi cela est-il une mauvaise chose ?
Élargir l’acceptation du handicap à plein d’autres facettes n’est pas gênant, puisque (selon moi, en tout cas) on ne calcule pas le handicap en comparaison avec une autre personne mais bien en comparaison des attentes de la société, de la masse …

C’est pour ça que je n’accepterais jamais qu’une personne valide, surtout un médecin, me dise « mais vous savez vous avez de la chance ! » en parlant de mon handicap. Oui bien sûr ç’aurait pu être pire, j’aurais pu ne pas pouvoir marcher, ne pas parler, ne ne pas voir et ne pas entendre et …. et … et… mais quand même, quand je me compare à ce médecin, qui a le plus de « chance » entre lui et moi ??? (peut-être moi, j’ai un cerveau !😉 )  Est-ce que lui tous les jours il se dit : « Mais dis donc, j’en ai de la chance ! »

Fait étrange (ironie), ces gens qui disent « tu as de la chance » sont toujours des valides, des gens sans aucun problème de santé, je n’ai jamais eu cette réflexion de la part de personnes qui, je le sais, sont beaucoup plus handicapées que moi. Et moi je n’oserais jamais dire qu’un valide a plus de chance que moi.

« Avoir de la chance » … ça ne veut rien dire …. est-ce qu’un garçon valide mais orphelin et qui  a grandi dans la misère, a plus de chance(s) qu’une personne aveugle et sourde (je caricature, bien sûr), est-ce qu’une personne sourde a plus ou moins de chance qu’une personne unijambiste, est-ce qu’une personne aveugle a plus ou moins de chance qu’une personne avec un seul bras ((existe -il un mot pour remplacer cette longue expression ???))

Bref, vous l’aurez compris, s’il y a bien une phrase toute faite qui m’énerve c’est celle là !

Plutôt que de parler de chance je préfère parler de bonheur, peut-être parce que  « chance » induit une part de destin-fatalité-hasard en lequel je ne crois pas. 

J’ai le bonheur d’avoir une famille qui m’entoure, le bonheur de voir, le bonheur d’entendre, le bonheur de respirer (on l’oublie trop …), le bonheur de marcher, le bonheur de pouvoir exprimer mon opinion, le bonheur de faire des études qui me plaisent (ce n’est pas un hasard !)….

J’ai fini de dire tout ce que j’avais à dire à ce sujet, mais je ne prétends pas détenir la Vérité, le débat est ouvert !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s